Chronique

SEPULTURA - SEPULQUARTA / Nuclear Blast 2021

2020, la pandémie du COVID-19 a littéralement paralysé le spectacle vivant. Au Brésil, comme partout ailleurs, une résistance artistique s'est rapidement organisée. Dans le cas de Sepultura, à raison d'une session tous les quinze jours, c'était beuf à la maison, chacun devant sa Webcam, des invités, le tout diffusé sur les réseaux sociaux. Au total, ce ne sont pas moins de 28 titres bruts de décoffrage enregistrés en mode confiné. Et une galette de 15 à la sortie du mixage. De quoi passer une grosse heure d’écoute

La toute première impression, avant-même d'avoir posé l'oreille sur cet album, est que le concept est génial et que cette parenthèse valait le coup d’être racontée D’ailleurs, c’est encore une fois l’artwork qui en parle le mieux : du pire a jailli le meilleur. Et c’est d’autant plus appréciable que le résultat est absolument bluffant. Live et studio à la fois, authentique et écoutable à la fois, le mixage a fait des merveilles à partir de ce qui était, sans jeu de mot, un peu trop roots.

En parlant de roots, le groupe a tenu présenter toute l’étendue de sa carrière. De Beneath the Remains à Quadra, Sepulquarta ratisse large pour passer du death metal d’autrefois au groove dans une tracklist bien réfléchie, typique de Sepultura, sans vous-savez-qui. C’est ainsi que Roots est représenté par Ratamattah et Chaos AD par Slave new world, avec un guest tellement fondu dans le décor que sa voix en est méconnaissable puisqu’il s’agit de Matthew K. Heafy (Trivium).

Les invités, c’est la cerise sur le gâteau. Si, intuitivement, nous aurions envie de parler des plus célèbre comme Devin Townsend, l’écoute, elle, donne envie de parler… d’elles. Outre des superstars, Sepultura a fait venir des artistes locaux totalement méconnus, et tout particulièrement un trio improvisé de Angélica Burns, Fernanda Lira et Maraya Puertas qui cassent littéralement la baraque sur Hatred aside, ou encore Emmily Barreto sur Fear, Pain, Chaos, Suffering. Le brésil en a sous la pédale, Arch Enemy n’a qu’à bien se tenir !

Album souvenir, ou album pour quand vous êtes vraiment énervé, Sepulquarta c’est votre ami 2021, votre pass salutaire. Et là, no spoil, c’est vous qui demanderez la troisième injection… la quatrième aussi… et puis la cinquième… ad lib.

Tracklist

01. Territory (avec David Ellefson)
02. Cut-Throat (avec. Scott Ian)
03. Sepulnation (avec Danko Jones)
04. Inner Self (avec Phil Rind)
05. Hatred Aside (avec Angélica Burns, Mayara Puertas et Fernanda Lira)
06. Mask (avec Devin Townsend)
07. Fear, Pain, Chaos, Suffering (avec Emmily Barreto)
08. Vandals Nest (avec Alex Skolnick)
09. Slave New World (avec Matthew K. Heafy)
10. Ratamahatta (avec Joao Barone & Charles Gavin)
11. Apes Of God (avec Rob Cavestany)
12. Phantom Self (avec Mark Holcomb)
13. Slaves Of Pain (avec Fred Leclercq & Marcello Pompeu)
14. Kaiowas (avec. Rafael Bittencourt)
15. Orgasmatron (avec Phil Campbell)
 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4632 fois