Chronique

SPIRIT BOMB - TIGHT / Music Records 2021

Certains groupes n’ont pas de style, mais ont créé le leur, que ce soit au niveau visuel et/ou musical. Dans la région marseillaise, je pourrais citer Blobfish Killer, Ze Gran Zeft, Bad Tripes ou encore Joe La Truite. Vous l’aurez compris, Spirit Bomb fait également partie de cette catégorie. Composé de quatre musiciens et d’un dessinateur, le groupe soigne aussi bien son fond que sa forme. Leur album Tight sort aujourd’hui (24 septembre) chez Music Records et sa promo est assurée par la passionnée Élodie Briffard (Ellie Promotion) ; et même si sa conception a pris du temps (Covid, entre autres, oblige), l’attente en valait grandement la peine.

La musique
Autour d’Arnaud Duquesne (guitares), co-fondateur du groupe, on retrouve trois musiciens connus de la scène rock/metal régionale sudiste, avec Val au chant (Pryde), Florentin à la basse (Bad Tripes) et Zé Réminouch à la batterie (Style Trip, Maiden In Time). Et ce qui unit ces quatre zicos peut se résumer en un mot : live. En effet, chacun performe dans son instrument de prédilection et cela se ressent du premier au dernier titre de ce Tight. Ça pue littéralement le live ! Preuve supplémentaire que Spirit Bomb est véritablement un groupe de scène, à voir/écouter en concert. On pourrait rajouter des faux cris de fans qu’on penserait immédiatement à un cd enregistré lors d’un show du quatuor.
Musicalement, ce qui ressort incroyablement bien de cet esprit live, c’est ce son imprégné d’un groove indiscutable. Et ce groove n’est pas l’oeuvre d’un seul musicien, mais bien des quatre zicos ; que ce soit le chant habité de Val (« Bad words »), la basse de Flo qui claque sa race (« Come out »), la batterie/percu de Jérémy (« Each ») ou le solo bluesy d’Arnaud (« Bad words »).
Et même si tous les titres de cet opus résonnent résolument groovy, certains comme « Come out », « Each » ou « Brand new scars » sortent peut-être encore plus du lot grâce, en partie, au son de basse de Flo qui slappe comme un malade, et qu’est-ce que ça rend bien ! Au-delà de ce groove intrinsèque à chaque morceau, d’autres transpirent le rock et le reggae. Styles différents certes, mais, à l’instar de Ze Gran Zeft, assez complémentaires dans l’écoute globale de cet album ; après tout, le feeling ne se résume pas qu’à un seul style de musique... Ainsi on passe de titres très rock, comme sur « Take it » qui mêle punk britannique et hard rock australien avec du Red Hot Chili Peppers ou l’énervé « Bababudda » à des morceaux typés raggamuffin tels que « Come in » ou l’excellent « Break a brick ». Pour ces deux chansons-là, on est obligé de saluer la performance de Val qui prouve à quel point il peut être versatile dans son chant et tout simplement talentueux.

L’image
Comme énoncé brièvement plus haut, l’autre fondateur de Spirit Bomb est Pierre, alias Gotto Lorem, dessinateur de son état. L’idée de la création du combo est donc liée à un esprit de bande dessinée (qui devrait sortir en 2022) associée à un univers musical très visuel. C’est donc assez logiquement au final que les chansons de Spirit Bomb font voyager l’auditeur dans des environnements difficilement explicables, mais qui nous paraissent bel et bien « réels ». Un titre comme « Bad words » semble tout droit tiré d’un polar avec son côté bluesy, renforcé par le sublime solo d’Arnaud, à mi-chemin entre les pionniers du genre Santana et Gary Moore. Tandis que « Take me land » avec son gospel, lorgne plus vers une imagerie un peu plus tribale, voire western (mais du côté des Indiens), avec, une nouvelle fois, une mention spéciale au magnifique solo de guitare final sublimé par un piano très bien intégré (à la « November rain » des Guns).
« When police riots » et « One spirit one bomb » feraient, quant à eux, plutôt penser à des films policiers ou sociaux retranscrivant des émeutes urbaines (pour le premier) et un sentiment de rage intérieure qui explose au fur et à mesure que le titre se développe (pour le second). Enfin, la ballade « Sandman » m’a fait penser à une comptine bluesy issue de la B.O. d’une oeuvre de Quentin Tarantino.

Conclusion :
Tight est le parfait exemple que la persévérance et l’originalité paient, surtout quand le talent musical est magnifié par un aspect visuel faisant voyager l’auditeur. Les concerts n’ayant pas encore repris à 100%, Spirit Bomb nous propose un excellent album studio résolument live qui tombe -ou plutôt explose- donc au meilleur moment.


Tracklist :
01. Take it
02. Come out
03. Come in
04. Each
05. Bad words
06. Take me land
07. Brand new scars
08. Intro
09. Break a brick
10. Bababudda
11. When police riots
12. One spirit one bomb
13. Sandman
 
Critique : Secret Sfred
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 4670 fois