Chronique

TIGERLEECH - MELANCHOLY BRIDGE / M & O Music 2021

Deux ans après le déjà très bon « The Edge of the End » les Parisiens de Tigerleech nous reviennent avec un nouvel album encore supérieur à son prédécesseur. Avec sa pochette sombre et énigmatique digne d’un slasher 80’s on se dit que ce « Melancholy Bridge » va nous dévoiler bien des trésors. A son écoute on réalise que cette impression première ne nous avait pas trompé.

Tigerleech a depuis ses débuts mêler un son stoner, sludge et desert-rock à un autre hérité du hard-core. On trouve encore ce mélange ici même si cette influence hard-core semble moins importante qu’elle ne l’était par le passé mis à part un « I’m Against » dévastateur. En revanche l’influence grunge que l’on ne connaissait guère jusqu’ici chez ce combo semble ici évidente tant ce nouvel opus nous rappelle à de nombreux moments le Soundgarden des débuts avec ce son lourd, puissant et crade qui était la marque de fabrique du groupe de Seattle dans ses premières années. C’est un son que l’on a tellement aimé que le réentendre aujourd’hui fait extrêmement plaisir, et ce d’autant plus que Tigerleech s’en inspire sans être à aucun moment dans la pure nostalgie d’un âge révolue.

Tigerleech a toujours été depuis ses débuts, il y a maintenant huit ans un groupe intéressant mais de disque en disque il le devient davantage. Si leur précédent album était une belle réussite, on pouvait néanmoins lui reprocher d’être par trop uniforme. Ce n’est pas le cas avec ce qui explore plein de voies différentes tout en restant cohérent. Entre stoner, sludge, grunge et même pop explosive mélodique : le superbe « Primal Catharsis » qui conclut l’album on a droit ici à un disque qui devrait voir le groupe conquérir de nombreux nouveaux fans. C’est en tout cas tout le mal qu’on leur souhaite.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 142 fois