Chronique

BLACK LABEL SOCIETY - DOOM CREW INC / Spinefarm 2021

Le grand Zakk Wylde arrive avec son 11ème opus. Très occupé par de multiples projets (Zakk Sabbath, Generation Axe, Ozzy Osbourne) notre gaillard n’en n’oublie pas son principal groupe, pour notre plus grand plaisir. Allons-nous descendre quelques notes de guitares sauvages !

Une gentille guitare acoustique nous ouvre « Set you free », avant qu’un riff made in Wylde débarque. Un titre puissant qui ne dénote pas et permet de retrouver ce qu’on aime. Un peu plus de rythme nous arrive avec « Destroy & conquer » qui va être un pur régal en live ! A noter que pour la première fois de sa carrière Zakk partage les solos avec son acolyte Dario Lorina. 
Le mid tempo « You made me want to live » arrive et nous propose un titre entre lourdeur et mélodie. Pas le plus mémorable mais il fait son job. Place à la ballade « Forever and a day » très touchante. Un piano voix sensible qui démontre à nouveau la douceur de notre ‘ours’ !
« End of days » reprend le style habituel de BLS et sans être exceptionnel fait sa place, puis « Ruins » arrive et livre un Stoner, avec quelques passages psychés. Etrange mais sympa.
« Forsaken » apporte du bien mieux avec son gros riff et son odeur de soufre. Un morceau aux sonorités 90’ qui fait du bien. Une des belles réussites de cet opus. « Love reign down » est la version ballade, écrite à l’origine du titre que l’on retrouve dans ‘Stronger than death’. Un superbe moment en hommage à sa mère qui prend ici toute sa dimension. Un riff pachydermique à la Tony Iommy déboule avec « Gospel of lies » qui nous remet tout de suite de nos émotions. Oui ici ça sent le Black Sabbath à plein nez mais qui d’autre que Zakk Wylde peut le faire aussi bien et être aussi légitime à cela !? Une petite merveille que voilà tout simplement !!
La pression monte pour « Shelter me » qui envoie des pieds et reste dans le haut du panier. Du très bon BLS sans hésitation ! Du rythme déboule avec « Gather all my sins », qui fait du bien ! Là encore l’ami Zakk sait y faire pour toujours être au top !!
On termine avec « Farewell ballad », un dernier moment de douceur, où la guitare est reine. Un moment fort agréable qui clôt de manière intéressante ce dernier opus.

Conclusion : Zakk dorénavant se fait plaisir et réalise ses albums de façon similaire mais garde toujours de bonnes idées à mettre dedans. Je pense que le temps des gifles est révolu mais pas celui du plaisir coupable de cette musique virile.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 5006 fois