Chronique

NEGURA BUNGET - ZAU / Prophecy Productions 2021

Après la mort du batteur et fondateur de Negurã Bunget, Gabriel « Negru » Mafa survenu en 2017 on pensait que l’on ne verrait malheureusement jamais la fin de la trilogie transylvanienne entamée avec « Tãu » en 2015, poursuivie avec « Zi » en 2016. Mais les anciens membres du groupe ont exhumé les bandes sur lesquelles étaient enregistrées les prémisses de ce Zãu et on travaillait à partir de celles-ci dans l’esprit ce qu’avait entrepris leur leader défunt. Quinze ans après le splendide « Om » qui avait révélé ce groupe aux yeux du monde Zãu conclut un chapitre que l’on aurait voulu éternel.

Cet album sera comme une splendide épitaphe. Nul doute que si Gabriel Mafa l’écoute de là-haut il sera fier de ce que ses anciens comparses ont accompli ici. L’album est en effet ce qui peut se faire de mieux en matière de pagan folk/atmosphérique black. Negurã Bunget exprime au travers de cet opus à la perfection ce qu’est le mysticisme ancestral transylvain et nous l’offre dans un écrin de velours.
Cet album, à mi-chemin du metal et du folklore roumain, est d’une beauté irréelle. Le groupe passe sans coup férir de longs passages ambient et atmosphériques à des moments d’une totale brutalité black et c’est toujours grandiose.

Zãu est comme un long et beau voyage, une véritable odyssée à travers les forêts roumaines. Le titre qui ouvre l’album « Brad » est une merveille qui s’étend sur plus de quinze minutes. Il amène l’auditeur à un état contemplatif et rêveur avec ses longs passages ambient oniriques particulièrement réussis. Ce titre baigne dans une ambiance païenne brumeuse et cotonneuse à souhait. On a l’impression à son écoute de flotter entre ciel et terre.

La suite de l’album est tout aussi réussi, alternant passages fiévreux et moments d’accalmie rêveuse.
Negurã Bunget n’est plus mais avec cet album il laisse un testament qui restera gravé à jamais.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 9/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 114 fois