Chronique

POWER PALADIN - WITH THE MAGIC OF WINDFYRE STEEL / Atomic Fire Records 2022

Premier album du combo islandais (originaire de Reykjavik) mais aussi premier album studio à proprement parlé du nouveau né Atomic Fire Records, ce « With The Magic Of The Windfyre Steel » est donc le point de départ de deux aventures: celle du label est certainement bien tracée aux vues de ses fondateurs et des groupes déjà signés, mais qu’en est-il du groupe ?

Pour prendre les devants, il en effet peu commun pour notre île nordique d’avoir des groupes de metal qui ne sont pas dans le style extreme au sens large du terme. Présenté comme les enfants de Edguy, Hammerfall ou encore Rhapsody, on peut dire qu’avec la pochette kitsch à souhaits on replonge au début des années 2000 avec une touche de modernité disons avec un dragon sur la pochette le groupe Twilight Force.
Heroic Fantasy est donc le schema principal pour le premier opus d’une sans surprise saga. Pour les plus curieux, vous avez aussi dû le remarquer, le label a mis les petits plats dans les grands en proposant plusieurs singles représentés par des vidéos animées plutôt sympathiques (Kraven The Hunter, Righteous Fury ou encore pour la dernière en date Creatures Of The Night).
C’est d’ailleurs à travers ces single que l’idée que le power symphonic metal a peut être encore un avenir avec cet élan de fraîcheur et de tonic, avec un brin (quasi) d’innocence. Car oui, ce domaine musical a été épuisé, essoré jusque’à la moelle par les groupes mêmes fondateurs qui comme HammerFall par exemple sont arrivés à se parodier et malheureusement à devenir lassant.

Il y a eu bien sur des groupes qui ont réussi à sortir deux ou trois très bons albums comme les canadiens de Forgotten Tales, ou encore les déjà cités Twilight Force qui avec leur tenue scénique a aussi marqué les esprits. Beaucoup se sont quand même mangé le mur, il faut le dire.
Mais revenons en à nos islandais qui avec leurs neufs premiers morceaux s’en sortent plutôt pas mal avec des titres accrocheurs et variés comme « Kraven The Hunter », « Evermore » ou encore - et pour ma part le meilleur titre de l’album « Into The Forbidden Forest ». Ce dernier étant d’une dynamique implacable et épique comme les codes du genre le veulent !
Le bémol viendra sans aucun doute de ce trop plein d’influences car les ‘enfants de’ ne s’en cachent pas et les passages à la Dragonforce avec des soli guitare inutiles ou des bruitages faisant penser au parodique Donjon de Naheulbeuk des ‘oooohhhh ooooohhhh’ a tout va façon Hammerfall, en font des moments un peu grinçants.

Alors certes on ne peut pas être parfait dès le premier essai, mais celui-ci est quand réussi et mérite que l’on y tende une oreille et même les deux. Autres points positifs: la production claire / puissante et limpide, et aussi l’absence de la traditionnelle balade qui comme on le constate est contournable. Aller, on se relance un « Into The Forbidden Forest » pour le plaisir !
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 137 fois