Chronique

CORELEONI - III / Atomic Fire 2022

3ème album pour le projet de Léo Leoni (Gotthard) qui cette fois ci va nous livrer que de l’inédit. Enfin je vais y trouver un intérêt ! Je suis impatient de découvrir cela. A noter un gros changement puisque Ronnie Romero (comme un peu tout le monde aujourd’hui) ne fait plus partie de l’aventure.

Petite guitare en picking puis la voix d'Eugent Bushpepa arrive, avec une désagréable impression d’entendre Steve Lee et « Let life begin tonight » déboule. Léo ne se travestit pas et pratique son Hard Rock musclé comme il sait si bien le faire. Rien d’exceptionnel mais ça fait le taf. A la suite « Purple dynamite » arrive avec plus de mordant et poursuit cet opus sur la bonne voix. On retrouve bien l’aspect plus old school de Gotthard.
« Guilty under pressure » prend place et apporte plus de rythme et on a vraiment l’impression de se retrouver à l’époque de ‘G’ !! Quel plaisir ! On lâche rien avec un « Greetings from Russia » qui est taillé pour le Live ! Léo Leoni se fait plaisir et ça se ressent !
Un peu de calme avec la ballade « Sometimes » qui est très proche des travaux plus récents de Gotthard. Un moment sympa mais sans grand plus. Ambiance US pour le début de « Like it or not » qui se poursuit en un Hard Rock bien méchant ! Un titre puissant qui fait son effet ! Eugent nous en met plein les oreilles de part sa performance vocale.
« Wake up call » continue cet opus avec du bien rythmé qui va te mettre le feu ! Je pense qu’un titre comme ça en concert ça va être une tuerie ! Avec « Sick & tired » on lâche rien et voilà encore un titre qui envoie du très lourd et Eugent nous éclabousse. Ça c’est du Hard Rock !!
Accélérateur toujours à fond pour « Would you love me », qui permet vraiment à cet opus de garder un rythme de croisière fort élevé ! Quel bonheur !! On calme le jeu avec la très jolie ballade « Deep in my soul », qui met très bien en valeur l’organe fabuleux d’Eugent. Je ne peux m’empêcher de penser à Steve Lee tant son ombre plane sur ce joli moment avec ses chœurs gospel.
On termine avec une reprise des Rolling Stones « Jumpin’ jack flash » qui je dois dire n’est pas très réussie. Cette version trop bourrine fait perdre toute la magie de son original.

En bonus 4 reprises de Gotthard : « Say goodbye », « Good time lover », « Fist in your face », « I’m on my way » qui même si elles restent bien, ne valent pas les originales.

Conclusion : pour ce 3ème opus, Léo nous fournit du très bon Hard Rock fait avec envie, force et conviction, bien mené par des musiciens impliqués. Un très bon moment en attendant le nouveau Gotthard !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4893 fois