Chronique

MAGO DE OZ – MADRID LAS VENTAS (DVD) / Locomotive Records 2006

Il y a des groupes que l’on ne présente plus et Mago de Oz en fait parti. Voilà que nos hispaniques nous sortent là leur deuxième DVD pour un concert réalisé dans les arènes de Madrid qui pour l’occasion, ont affiché complet. Une chose bien intéressante et non surprenante pour ce groupe de métal festif hispanique.
 
L’intro se fait sur la sublime « Obertura MDXX » avec des images de la faune et de la flore en fond histoire de nous montrer et de nous faire réagir sur les merveilles que nous donne la nature et que nous ne respectons pas avec nos constructions de toutes sortes ansi qu’avec la pollution.
Ca attaque fort avec « Van a rodar cabezas » qui met les choses au clair immédiatement : le show va être grandiose : un décor de navire de pirate, des tenues d’époques pour tous les membres du groupe et un jeu de lumière énorme. Des que le synthé et la guitare se font entendre c’est l’euphorie et tout s’emballe immédiatement sur ce morceau qui à une patate d’enfer. On ne négligera pas non plus la batterie titanesque qui comporte un nombre incalculable d’accessoires et de fûts.
On enchaîne avec « Ancha es castilla » qui une nouvelle fois met le feu au public. Le groupe à une énergie débordante et nous régale par son sourire constant mais aussi par sa musique de grande qualité. Il n’y a quand même pas moins de trois guitaristes sur scène ce qui est monstrueux. Sans oublier, les violonistes, le synthé, l’accordéoniste, le bassiste.
Bon, fini les chichis on entame le premier hymne du groupe avec « Fiesta Pagana » qui je vous le dit en live comme en studio est un vrai bonheur : comment ne pas pogoter sur un tel morceau je vous le demande ? Mais, avant d’entamer le morceau, un petit solo guitare se pointe et nous clou le bec.
Pas le temps de se remettre de ses émotions que voilà un autre morceau dévastateur « El que quiera entender que entienda ». Là encore, c’est l’irruption monumentale dans le caleçon tout comme sur scène avec les artifices. Et le public qui chante à la place du chanteur sur le refrain, ouf ! Ca bouge, ça saute, le public de rêve de quoi. Et le couplet en version ragga : un bon trip avant une montée en puissance.
Petit jeu entre les fans et le chanteur pour un « El pacto » qui arrive doucement mais sûrement. Le violon donne une sublime sensation de légèreté, accompagnée par la flûte de pan avant une entrée dans le vif du sujet pour un titre des plus festifs et des plus énergiques.
Enchaînement avec « El arbol de la noche triste » qui voit arriver à gauche et à droite de la scène un couple de strip-teaseurs vêtus de cuir qui se déshabillent tout au long du morceau. Autant vous dire que quand les filles se tortilles en string et en soutif c’est l’érection totale (oui je suis un mec…. Mais pour les filles, les mecs font la même chose je vous rassure : il y en a pour tous les goûts). Miam miam.
Au tour du morceau épique et génialissime de se faire jouer. Je parle bien sur de « Gaia » qui est un pur joyau. Alors jouer en live, et accompagné par le chant du public, je vous raconte pas chaire de poule que j’ai. Sans oublier l’ajout d’une chaise électrique sur le devant de la scène pour une exécution du chanteur (non pas réelle je vous rassure).
Le morceau suivant est introduit par le piano avec un solo d’une rare beauté (un morceau de Mago de oz). Et là, une chanteuse apparaît sur scène et le duo peux commencer pour cette chanson qu’est « El peso del alma ». En fait ce morceau est une reprise de la sublimissime ballade d’Hammerfall intitulée ‘Glory to the brave’. Que de sensations !!
On reprend le côté festif et dansant avec « La rosa de los vientos ». Le morceau calme nous envoûte et nous porte vers les cieux. Et là, un duo masculin se fait : quel bonheur encore. Il faut dire que cette chanson jouée au piano et accompagnée de trois violonistes est monstrueuse.
Petit discours et hop on poursuit avec « Noche toledana ». L’intro réalisée avec les trois guitaristes en même temps nous émerveille par son harmonie. Le solo guitare nous scotche et hop, on entame le morceau monstrueux qu’est « Astaroth ». Un morceau sombre sur lequel une femme en tenue orientale asse légère nous fait une sacrée danse du ventre, sans oublier son sacré jeu de bassin : quel déhanché et quel corps. Je bave une fois de plus. On n’en reste pas là car une chanteuse (juste écossaise et débardeur) vient se greffer pour un nouveau duo des plus excitants.
Loin d’avoir fini de nous surprendre, c’est au tour de la chanson « La leyenda de la llorona » d’être jouée. Et à la percussion : un joueur de football très connu en Espagne (je ne pourrais vous dire lequel car je n’aime pas le foot). Le feu est allumé, on continu de danser autour sur cette ambiance détonante et plus que joyeuse.
En parlant de feu, « La danza del fuego » se fait entendre aussi. Immédiatement le public se met à chantonner dès les premiers accords. Quelle magie ! Un clame puis la tempête, pas le temps de rester tranquille longtemps. Bon, on ne va pas en rester là bien sûr alors au tour de « La costa del silencio » de se glisser dans nos oreilles. Quelle intensité. Le public à une telle énergie, comme le groupe d’ailleurs. Aucun répit pour tous avec cette ambiance folklorique et amicale.
On arrive sur le dernier morceau du DVD et ce n’est pas moins que l’énormissime, le monstrueux, ou encore le majestueux « Molinos de viento ». Quel final ! Une intro calme qui n’a rien à voir avec celle de l’album histoire de cacher le morceau et bim l’intro officielle arriver et là c’est l’euphorie dans les arènes : le public chante les premiers couplets en cœur. C’est sublime tout simplement. Un personnage géant se gonfle dans le décor, le public chante encore et encore ; une telle union est si rare dans les concerts. C’est merveilleux et ça fait rêver. Au final : une gigantesque explosion de feux d’artifices.
 
Conclusion : un DVD monstrueux à posséder sans restriction bien au contraire. Un vrai bonheur que de voir et revoir ce groupe en live. Seuls deux petits points me dérangent : un ou deux bugs sur le dvd au début, et un set liste tranchée car il manque pas quelques titres du concert (cf les photos dans les bonus). Ce n’est peut être pas le cas sur la version commercialisée. Quoi qu’il en soit il faut se procurer ce DVD !!!
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : site officiel de Mago de oz
Vues : 4865 fois