Chronique

MERZHIN - MARCHE ET (C)RÊVE / Verycords 2022

Comme le bon vin Merzhin se bonifie avec les années. Près de vingt-cinq ans après leurs débuts les bretons viennent de sortir avec « Marche et C(Rêve) » leur huitième album studio, disque qui est peut-être le meilleur de toute leur carrière. Depuis « Babel » en 2016 le combo offre des albums empreints d’une grande humanité. « Marche et C(Rêve) » ne fait bien sûr pas exception à la règle, enfonce même le clou avec des textes liés directement à l’Histoire comme ce « Jesse », hommage au grand Jesse Owens. Merzhin dénonce toute sorte de fanatisme avec « Messiah » et rêve d’un monde meilleur. L’album est parfois triste car l’Humanité peut faire désespérer parfois mais au bout du compte il y a malgré tout l’espoir que les choses changent.

Politique et social (vu le titre on ne pouvait pas s’attendre à autre chose) « Marche et C(Rêve) » n’est pas qu’un disque avec des textes fort et importants. Il est aussi très bon musicalement. Les riffs des bretons n’ont sans doute jamais été aussi lourds. Cette puissance sert incontestablement on ne peut mieux le propos. Produit par Drew Bang (U2, Royal Blood) au studio ICP de Bruxelles on sent clairement la patte de ce dernier avec cette puissance de feu qui impressionnait dans les productions de Royal Blood et impressionne aujourd’hui dans cet album. Puissant et varié, « Marche et C(Rêve » nous offre des titres d’une grande intensité comme « Mur d’eau » ou « Je veux ». Comme à son habitude Merzhin mélange les guitares électriques aux instruments traditionnels bretons. Cela n’a peut-être jamais aussi bien sonné que sur le superbe « Luna » qui conclut magnifiquement le disque.

« Nomades », le précédent opus de Merzhin sorti en 2018 était déjà un très bon disque mais « Marche et C(Rêve) » lui est encore supérieur. On a désormais hâte d’entendre ce que tout cela donnera sur scène car cela risque de faire très mal.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 9/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 235 fois