Chronique

FALLEN SANCTUARY - TERRANOVA / Afm Records 2022

Timeline: 2018 est le point de départ de cette aventure avec la rencontre lors d’une tournée avec leurs groupes respectifs, entre Georg Neuhauser (Serenity) et Marco Pastorino (Temperance). S’en suit la période compliquée sanitairement parlant, les deux musiciens décident d’unir leurs forces et de fonder un groupe Fallen Sanctuary. Avec ce nom de groupe, on reconnait clairement la patte maitresse originaire d’Autriche, car c’est le nom du troisième album du dit combo.

Au delà de ça, le groupe est annoncé en grandes pompes par son label AFM Records (alors que bizarrement les deux musiciens sont respectivement signés chez Napalm Records). Le premier single « Broken Dreams » met clairement les choses à plat: ce sera un groupe qui sera principalement sur du speed / power metal assez proche de ce que les musiciens font déjà. La dynamique musicale est bien bonne, le duo fonctionne à merveille et ça fait mouche. On comprend aussi le choix (si c’est le cas) de Napalm Records de ne pas signer le groupe car trop proche, voire même étant un copié collé de ce que les groupes font déjà mais au lieu d’avoir un duo (ou trio) homme femme, ce sera mâle mâle.
La mise en bouche étant passée, le second single est tout simplement le titre d’ouverture de l’album « Terranova ». Autant le premier extrait était orienté mainstream, autant celui là n’est pas piqué des vers et fuse à tout va. Ici on met les bouchées doubles.
Pour ce qui est du troisième extrait avant la sortie de l’album, c’est « Now and Forever » qui vient aussi compléter le trio de tête du lancement de l’album. Un condensé des deux premiers singles avec des passages racés, et un refrain plus posé et envolé en duo pour ajouter un peu de délicatesse.
Et c’est grosso modo la ligne majeure de ce premier album qu’est Terranova. Du power metal mélodique diablement bien mené, ce sans surprise quand on regarde le C.V de Marco et Georg. Bien entendu, tous les morceaux s’enchaînent avec une facilité singulière, nous immergeant dans cet univers mené majoritairement par la voix de Georg Neuhauser. L’appui de Marco apporte énormément sur les choeurs et les passages en duo, mais les moments en lead sont moins nombreux que ceux de son comparse.
Il y a bien entendu, les traditionnelles ballades ici nommées « I Can’t say » et « Wait for me », en mode acoustique dont l’efficacité sera redoutable en concert histoire de créer un moment de communion supplémentaire avec le public.

Vous l‘avez compris, ce premier album est au final sans grande surprise niveau originalité mais cela n’empêche pas de l’écouter avec plaisir. Comme le dit l’adage, « ça passe comme une lettre à la poste » (bien que le poste actuellement… bref, ce n’est pas le sujet). Les fans de power speed metal seront ravis.
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 94 fois