Chronique

AHASVER - CAUSA SUI / Lifeforce Records 2022

Si tu te demandes ce qu'un mélange de Psykup, Gorod, Eryn Non Dae., Zubrowska, Dimitree, Drawers..., pourrait donner, voici Ahasver avec leur premier album Causa Sui, qui sortira le 16 septembre.
Le combo qui travaille sur l'écriture de cet album depuis quatre ans, nous offre des sonorités aux influences tantôt doom, tantôt sludge ou éléments progressifs, ce qui créé un mélange plutôt atypique et difficile à « catégoriser » et ça ne le rend que plus intéressant !
Ahasverest un personnage qui, selon un livre apocryphe, a refusé d'aider Jésus sur son chemin vers le Golgotha. De ce fait, il s'est alors vu refuser le droit de mourir et a été condamné à errer sur terre pour l'éternité. Causa Sui sera donc son témoignage, son cheminement à travers huit morceaux.
L'intro toute en puissance du jeu de tomes de la batterie, rejointe ensuite par la lourdeur des guitares et de la basse, donne le ton du premier titre Fierce, le chant et le personnage d'Ahasver entrent alors en scène pour nous embarquer avec lui dans son errance. Peace, aux consonances plus « déstructurées », sera une sorte d’introspection dans les tourments de notre compagnon de route. Viendra ensuite le morceau Dust, qui lui nous amènera plutôt sur un questionnement de nous-mêmes et de nos croyances, baignée dans une atmosphère emplie de colère et de tristesse. Tales et son refrain entêtant, lancinant, sera plus énergique et électrique. Autre morceau, autre ambiance, Wrath nous livre dès ses premières notes une atmosphère beaucoup plus lourde, beaucoup plus malsaine. Puis Path continuera sur cette même lancée, avec des paroles laissant apparaître la résignation d'Ahasver face à sa situation, une certaine douleur se dégage de ce morceau, par ses paroles et par sa musicalité. Sand semble être la continuité du précédent titre, en plus oppressant, plus profond, laissant l'impression que ces deux morceaux en sont en fait un seul, dans lequel notre personnage s'enfonce chaque minute un peu plus dans son mal-être. Pour son dernier morceau (et oui déjà), le combo tape fort, Kings nous offre une performance beaucoup plus survoltée, plus « hargneuse », avec des paroles plus percutantes encore, en guise de bouquet final.

Conclusion : Voyage intéressant que nous a offert Ahasver. Personnage tourmenté et damné, cette épopée à ses côtés ne nous laisse pas de marbre, pour peu qu'on se donne la peine de se laisser transporter avec lui et de l'écouter nous conter son histoire. Causa Sui est un album très travaillé, réfléchi, complet et complexe. Ses textes, son chant, chaque instrument, chaque note, tout est concordant et complémentaire, rien n'est laissé au hasard, apportant une fluidité à ses morceaux. Et puisqu'il est condamné pour l'éternité, espérons qu'Ahasver en profitera pour nous partager son histoire à travers d'autres albums.
 
Critique : Anais
Note : 7/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 112 fois