Chronique

OZZY OSBOURNE - PATIENT NUMBER 9 / Epic 2022

Comme promis la légende des légendes is back avec un nouvel opus ! Seulement deux ans après un pas super convaincant ‘Ordinary man’ ! Et pas de bol pour moi c’est (comme prévu) exactement le même compositeur et producteur Andrew Watt qui rempile ici. Alors certes il y a pléthore d’invités (pas toujours gage de bonne nouvelle non plus) et donc je vais prendre mon courage à deux mains pour voir si le Madman n’a pas définitivement perdu la boule.

Une ambiance étrange nous accueille, avant de balancer le premier single « Patient numero 9 ». Un Mid tempo Heavy et efficace avec un Ozzy très mais alors très en voix ! C’est des plus étonnant mais qu’est ce que ça fait plaisir !!! Niveau solo c’est le très grand Jeff Beck qui est venu faire chanter sa Stratocaster dans son plus pur style ! Dommage qu’il soit sous mixé. Un très bon début qui me rassure quelque peu, mais attendons la suite… Celle-ci se présente avec « Immortal », un titre plus rythmé et bien fichu qui fait un sacré effet ! Et bien quelle surprise. Ici c’est Mike McCready (Pearl Jam) qui officie à la 6 cordes.
Un petit « Parasite » dans la tradition Osbourne arrive. Un titre entre couplets Mid tempo et refrains Rock, qui passe bien le tout saupoudré d'un solo du grand Zakk Wylde !! Je dois bien avouer que le Prince of Darkness se montre sous un bien meilleur jour !! Avec « No escape from now » on lorgne vers Black Sabbath et ce n’est pas étonnant d’y retrouver Tony Iommy !! Que de bonnes idées depuis le début, je revis !!
« One of those days » se veut plus calme et mélodique mais est surtout une rencontre unique avec l’immense Eric Calpton qui distille son subtil jeu bluesy avec un très grand brio !!! Avec « A thousand shades » nous avons droit à la première ballade. Un moment sympa qui me rappelle beaucoup l’album ‘Ozzymosis’. C’est une nouvelle fois Jeff Beck qui s’occupe du solo avec grand génie.
« Mr darkness » débute doucement et renforce mon impression précédente. Heureusement le refrain est une bombe qui t’explose en pleine figure ! Ça réveille sévère !! Le fidèle Lieutenant Mr Wylde vient nous éclabousser de parties solistes de très haut niveau !! Quel jeu incroyable ! « Nothing feels right » retrouve notre colosse Zakk sur une power ballade sympa. Un doux moment qui voit un Zakk des plus inspiré !!
« Evil Shuffle » retrouve le Heavy version Black Sabbath mais avec Zakk Wylde aux commandes. Un titre au refrain Pop surprenant mais fort convaincant. Quant à « Degradation rules », il retrouve le maître du riff Tonny Iommy et le vieil harmonica d’Ozzy, pour un titre qui aurait pu figurer sur un opus de Black Sabbath sans problème.
La basse intronise « Dead and gone », un titre léger parfait pour les radios. Un single au fort potentiel mais pas vraiment ce qu’on attend de notre maître. « God only knows » est la dernière ballade de cet opus et fait son boulot avec réussite. Un bon moment. Pour conclure « Darkside blues » est un très court titre Blues façon année 40. Une drôlerie…

Conclusion : je dois bien avouer que j’étais des plus septique avant l’écoute de cet opus, mais je dois bien reconnaître que celui-ci m’a grandement surpris et régalé ! Des compos de grandes qualités, inspirées et variées avec un Ozzy Osbourne en immense forme et des invités qui font plaisir. Cela faisait un long moment que le Madman ne m’avait pas autant emballé !! Merci à vous M. Ozzy pour cela !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 140 fois