Chronique

THERION - LEVIATHAN II / Nuclear Blast 2022

En l’an de grâce 2021 quand j’apprends que THERION revient sur le devant de la scène avec un nouvel album, je suis surpris. En effet après l’œuvre « Beloved Antichrist » je m’attendais à ce que Christofer Johnsson, tête pensante du combo suédois se repose un peu plus longtemps. Je mets ça sur le dos du COVID…
Mais là, une petite année après le très bon « Leviathan », voici « Leviathan II » (il se sont pas cassé le bonnet sur le titre). Certes la trilogie « Leviathan » a pour but de rendre hommage à trois facettes majoritaires de la musique du combo mais tout de même…
En bref ici le chapitre 2 qui se concentre sur la période « Vovin », mélancolique et mystique, de 1998.

Je commence par « Aeon of Maat » en hommage à l’une de mes divinité égyptienne préféré, et le titre me plaît beaucoup. Musicalement simple mais avec une petite orchestration qui est très entêtante, avec des chœurs efficaces, comme chantés en canon et le duo vocal opéra/rock est bon, ça passe tout seul ! « Litany Of The Fallen » démarre bien avec de jolies chœurs, mais le couplet casse tout. Amélodique au possible et pesant, j’accroche pas du tout. Le refrain est plus sympa déjà. Dans l’esprit ça me rappelle un peu Epica.
« Alchemy Of The Soul » s’ouvre sur des harmonies rock, avec des voix féminine très douces. On reconnaît le son de THERION directement. Bon le titre est très simpliste et assez répétitif mais s’écoute. Même le solo, bien que mélodique, ne décolle pas.
« Lunar Coloured Fields » remonte un peu le niveau par des rythmes changeants, une ambiance qui alterne le mélancolique planant et les passages orchestraux travaillé. Le chant lyrique de Lori Lewis que je suis ravi de réentendre sur l’album ! Retour à quelque chose d’un peu plus musclé avec « Lucifuge Rofocale » plus heavy et « violent » (ne vous attendez pas à un retour à leur début dans le death metal). Disons que le riff de guitare fait metal là où précédemment ça sonnait beaucoup plus rock. Jusqu’ici j’ai vraiment l’impression d’entendre un album pour musique d’ambiance. Il y a certes un côté mélancolique, mais pas de lignes de chants vraiment prenantes, ni de riffs qui envoient. Musicalement c’est bon mais c’est vrai qu’après la première Partie je m’attendais à autre chose ;
Les sonorités et l’ambiance de « Marijin Min Nar », épique aux sonorités arabisantes me donnent un peu d’espoir. Musicalement très réussi, varié, plus coloré, le titre s’écoute tout seul et montre si c’est encore nécessaire, que Christofer est un excellent compositeur et gère parfaitement les chants et les chœurs. On passe rapidement par la ballade de l’album « Hades And Elysium », pas folle. Manque de mélodies, de belles lignes vocales. Pas mauvais dans le fond mais dispensable.
« Midnight Star » revient à quelque chose de plus classique avec une Lori sublime et un Thomas très en voix. Le titre est plus puissant avec enfin un peu plus de lignes de chants acceptables. Et on poursuit avec « Cavern Cold As Ice » un peu plus dynamique sans jamais lâcher cette ambiance mélancolique, non là rien à dire le boulot est respecté et le refrain passe tout seul.
« Codex Gigas » est un morceau plus simpliste. Rien de vraiment excitant mis à par peut etre le solo qui est sympa. Et même là ça casse pas des briques.
« Pazuzu » (qui a fait l’objet d’un clip) clôture ce chapitre 2. Initialement composé pour une tierce personne (mais refusée), la chanson a été remaniée pour coller à l’esprit THERION. Avec Erik Martensson (Chanteur d’Eclipse) en guest. Morceau rock assez sympa qui s’écoute tranquillement et c’est une bonne chose car on termine sur une touche pas trop mal.

Bon je vais être franc : ce n’est (pour moi) carrément pas le meilleur album du groupe. Ce qui est assez logique quand j’y pense parce que je ne suis pas fan de la période « Vovin » ou « Teli ». Donc déjà je partais avec un biais. Et le fait de savoir que Christofer, qui nous a pondu « Lemuria », « Sirius B » et « Sitra Ahra » me propose un album posé, mélancolique, sans vraies lignes mélodiques, ça passe pas trop bien. Musicalement ça reste recherché et propre et je sais que de nombreux fans y trouverons leur compte mais pas moi. Vivement 2023 donc avec un « Leviathan III » orienté orchestral.
 
Critique : SBM
Note : 6/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 145 fois