Chronique

WINGS OF STEEL - GATES OF TWILIGHT / Autoproduction 2023

WINGS OF STEEL est une formation très jeune car formée en 2019. Cette année là c’est Leo Unnermark et Parker Halub (respectivement chanteur et guitariste) qui décide de monter leur groupe car ils partagent l’amour du hard rock et du heavy metal des années 70 et 80.
Et c’est ainsi qu’après une session de travail intense, « Gates Of Twilight », mixé par Damien Rainaud et prêt à entrer dans vos oreilles ! Il fait suite au EP sobrement intitulé « Wings of Steel ».

L’album se lance avec « Liar in Love » où l’on comprend très rapidement que le groupe veux rendre hommage à ses aines. La voix de Leo est haute, cristalline, là où les guitares délivrent un son puissant posant une ambiance un peu mid tempo qui distille des soli impeccables.
Mais je suis plus séduit par des titres comme « Fallin In Line » qui me rappellent l’age d’or du heavy metal si chère au groupe. Quel titre ! Quel riff et quelle puissance !! C’est d’une efficacité délectable ! Leo côtoie des hauteurs toujours magistrales, quelle maîtrise ! Rien à dire non plus sur le solo. Ça scotche !
« Garden Of Eden » revient à quelque chose de plus lent, plus épuré. Grosse influence bluesy enivrante, intéressante mais qui ne me conquit pas totalement, même si Leo montre une autre facette (agréable) de sa voix. Mais heureusement pour moi, retour à de l’adrénaline comme on aime. « Cry of The Damned » me rappelle en certains points le « Number Of The Beast » d’ Iron Maiden. Le groupe joue carré, c’est propre, bluffant de talent. Quel solo mes amis !! Le Parker il sait se servir d’une six cordes, je vous le dis ! Plus mélancolique, « She Cries » apaise agréablement l’auditeur par ses arpèges clairs, cette vocalise qui s’accorde parfaitement avec le thème.
Le morceau s’emballe pour montrer une autre facette du thème, voilà qui est impeccable. Un régal avec un solo une fois de plus dantesque.
On se rapproche d’un titre déjà écouté avec « Lady Of The Lost », plus mid-tempo, plus simple mais pas déplaisant. Pas vraiment mon titre préféré mais ça s’écoute. Il en sera de même pour « Leather and Lace » qui propose une autre ambiance avec une mise en avant de lignes de basse bien groovies. Les soli se succèdent dans une danse délirante, et bien je sois pas totalement conquis il faut reconnaître le travail du groupe sur la composition !
« Slave Of Sorrow » se lance comme une ballade mais monte en puissance doucement comme le groupe sait fait. Il y a vraiment de la vie dans ces titres, ils évoluent comme un organisme vivant dans une logique imparable et pourtant imprévisible.

Le titre éponyme rugit enfin et envoie enfin ce que j’aime : du bon gros riff et de l’énergie ! Quel solo de fou ! Le son est impeccable, tout est à sa place, c’est vraiment du très bon boulot de ce côté aussi ! Le final du titre avec les chœurs est superbe !
On termine avec « Into The Sun » est calme mais terriblement mélodique et envoûtant (la cloche me fait obligatoirement penser à « Hallowed Be Thy Name »). Le morceau est absolument parfait pour terminer l’album en douceur. Le solo est inspiré et d’une vélocité records. La fin plus musclée arrive sans crier gare et c’est l’exemple parfait quand je parlais de morceaux vivants. Excellent titre !

J’ai toujours du mal à me dire que c’est seulement leur premier album. C’est un tour de force que de faire un premier essai de cette qualité, de cette richesse. Tout n’est pas parfait bien sûr mais le groupe tire son épingle du jeu par la vivacité et la technicité des titres. Très bel effort qui n’a rien à envier à certains grands groupes. Heavy metal is really not dead !
 
Critique : SBM
Note : 8.5/10
Site du groupe : Bandcamp Officiel
Vues : 301 fois