Chronique

THE GRANDMASTER - BLACK SUN / Frontiers records 2024

2ème album pour ce projet monté autour de Jens Ludwig (guitariste d’Edguy) avec en premier lieu Nando Fernandes au chant, ici remplacé par Per Johansson (Fate). Je dois dire que le premier album ne m’a pas laissé un quelquonque souvenir tant tout y était sur formaté et que le chant de Nando n’apportait rien de plus (je ne remet pas en cause ses qualités de chanteur). Je dois avouer que le fait d’y voir Per associé cette fois-ci me titille grandement. Donc arnaque ou pas ??

On attaque dans le vif du sujet avec “Black sun” qui est du pur Power Metal comme Edguy le pratiquait. Rien de bien original mais on se laisse prendre au jeu. Per de son coté est en place et apporte un petit plus à l’ensemble. “Watching the end” poursuit avec encore du rythme. Les couplets posés, conventionnels permettent à Per de jouer avec sa voix particulière. Un titre efficace qui me plait bien. On ressent vraiment du mieux au niveau composition.
Un peu de calme pour ouvrir “While the sun goes down”, qui pour la suite offre un Mid tempo rythmé et mélodique sympa à défaut d’être extra. On garde l’aspect mélodique avec “Learn to forgive” et son piano en fond. Une sorte de single bien aidé par un refrain efficace. Vraiment Jens a haussé son niveau d’écriture et cela se ressent.
Heaven’s calling” retrouve le speed si caractéristique de ce style et nous rappelle aux bons souvenirs des anciens d'Edguy ! Un direct dans ta tronche qui fait beaucoup de bien ! Per est vraiment hyper à l’aise pour notre plus grand bonheur. Quelques bruitages intronisent “Something more”, qui se la joue Heavy ! A nouveau le travail de Jens est vraiment à souligner, certes il n'a pas le talent de son ami chanteur (Tobias Sammet) mais il se débrouille tout de même très bien !! La preuve !!! Un très haut moment de cet opus. En plus on peut souligner aussi un joli travail sur les solos.
C’est par un piano tristounet que nous faisons la connaissance de “Fly, Icarus fly”. Elle se confirme bien comme étant une ballade et sans être originale ni exceptionnelle elle fait son boulot en attendant la suite. “I’m alive” est donc celle-ci qui se veut plus moderne avec son riff à la In Flames. Surprenant mais ça fonctionne à merveille !! J’en redemande !
What we can bear” pourrait se rapprocher des travaux gothiques d’un Paraside Lost avant de retrouver du Heavy mélodique. Une fois de plus le piano en fond apporte une touche mélancolique à ce titre là aussi surprenant. Je ne m’y attendais pas !
Soul sacrifice” retrouve du plus habituel et même si elle ne change pas la donne fait son effet grâce à sa vitalité communicative. On finit avec “Into the dark” et son rythme élevé. Un autre hommage au passé de Jens mais avec une sonorité plus moderne. Le refrain est un régal qui ne demande qu’à être chanté.

Conclusion : avec ce 2ème essai Jens et ses amis ont fait mieux (pas très dur faut dire) avec un opus mieux composé et plus marquant. l’apport de Per Johansson est un vrai plus qui me ravit. Pas de quoi s’enflammer mais un bon opus de Heavy Mélodique.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 116 fois