Chronique

DROWN IN SULPHUR - DARK SECRETS OF THE SOUL / Scarlet Records 2024

L’Italie est connue pour bien des choses mais pas vraiment pour sa scène metal. Attention il y a de quoi faire, mais il faut chercher…
Et en ce début d’année, un jeune groupe, formé en 2014, nous livre son deuxième album. Il s’agit de DROWN IN SULPHUR, qui s’est émancipé depuis ses origines deathcore pour instillé dans sa musique une essence black metal qui peut se sentir jusque dans le maquillage du combo. Attention spoiler : cet album « Dark Secrets of The Soul » est celui de la confirmation.

Après un intro assez malsaine, genre film d’angoisse, on rentre dans le vif du sujet avec « Eclipse Of The Sun Of Eden » qui rend clairement un hommage à Behemoth dans son riff et sa structure. Mais la comparaison s’arrête là. Point de plagiat. On est dans un registre plus violent, la frontière parfaite du black et du deathcore. Aussi bien au chant que sur les guitare. Ça pose de bonnes bases ! Et on ne s’arrête pas là, on poursuit avec « Buried By Snow And Hail » avec des rythmes plus saccadés, plus brutaux, sur les couplets mais cette vélocité black sur le refrain. Niveau chant Chris Lombardo n’a rien à envier aux grands. Certains passages m’évoquent un peu Will Ramos, c’est dire. Quelle violence sur ce pont! Claque assuré !
« Unholy Light » balance ses blasts dévastateurs sans ralentir, de quoi vous retourner les cervicales ! Quelques nappes de claviers apportent un côté épique, dark, au titre. Le tout rendu parfaitement équilibré par un mastering au poil ! « Lotus » apporte un touche nécessaire à l’album. Un morceau semi acoustique qui s’apparente plus à une complainte. Un moment enrichi l’écoute et donne un peu d’air à l’auditeur. Très bonne ambiance qui met un peu en avant la basse, et un chant clair qui contraste bien avec le growl. Le groupe ne semble pas vouloir s’embêter avec des étiquettes et c’est tant mieux !
Le titre éponyme est plus mélancolique et épique. Les orchestrations sont mises en avant et le combo sort le grand jeu sur les riffs et le chant. C’est puissant, bon, musical, la recette parfaitement équilibrée ! Le solo claque bien comme il faut, j’adore !
« Say My Name » (hommage à Heisenberg??? Possible...) a une structure plus simple avec tout de même cette petite touche sonore à la Gojira. Le titre est lourd, pesant, un vrai rouleau compresseur. Efficacité dans toute sa splendeur. « Vampire Communion » renoue avec des sonorités acoustiques, le temps d’une minute de transition. Dispensable, mais on rattrape avec « Shadow Of The Dark Throne » qui balance tout ce qui a à balancer ! Of putain que ce morceau envoie ! Le chant est très deathcore, ça fait du bien, musicalement c’est racé, épique, brutal. Un condensé parfait de ce que le groupe sait faire !! Un claque ultime histoire de bien se rappeler du groupe en fin d’album !

Et bien mes croquants, en voilà un bon moyen de démarrer l’année ! Les italiens ont prouvé avec cet opus qu’ils ont tout ce qu’il faut pour se faire une place sur la scène extrême ! Le groupe sait distiller ses influences avec brio et savoir faire tout au long de l’album, qui s’écoute sans difficulté. Et on en redemande ! Vivement la tournée !!
 
Critique : SBM
Note : 9/10
Site du groupe : Facebook Officiel
Vues : 117 fois