Chronique

WHOM GODS DESTROYS - INSANIUM / Inside out 2024

Né des cendres de Sons Of Apollo, Derek Sherinian et Ron ‘Bumblefoot’ Thal, ont embauchés de nouvelles têtes : Yas Noruma (The Resonance Project) à la basse, Bruno Valerde (Angra) à la batterie et le Croate Dino Jeluski (Jeluski/Whitesnake) au chant. Allons voir maintenant ce que musicalement ils nous proposent !

Le piano de Derek nous accueille pour “In the name of war” qui rappelle fortement Sons Of Apollo voir Dream Theater moderne. Le gros riff de Ron et le chant tout en puissance de Dino offrent une vision bien plus métal. Un premier titre qui annonce bien la couleur. Avec “Over again” on modernise les propos avec un chant rappé étonnant. La suite est plus classique, avec cette atmosphère lourde et sombre. Un morceau puissant qui ne rigole pas.
La basse est mise en avant avec “The decision” et ses couplets calmes. Un moment bien différent, bien plus mélodique qui montre un autre visage du groupe qui me plaît beaucoup ! Le groove qui tue débarque avec “Crawl”, qui fait mal. Ici l’esprit Dream Theater actuel plane pas mal sans que cela nuise à ce titre fort.
Place à la ballade “Find my way back”, qui fait son effet. Entre passages doux et nerveux elle met en avant les capacités vocales d’un Dino étincelant. On retrouve du puissant qui défonce tout avec “Crucifier”, qui te met un gros coup de pied au cul !!! La puissance délivrée par le groupe est phénoménale et ne laisse pas indifférent !
Keeper of the gate”, nous offre un Mid tempo qui fait penser à du Rainbow en version métal. Un moment sympa mais qui m’accroche moins que le reste.
L’instrumental “Hypernova 158”, va permettre à nos protagonistes de nous en mettre plein la vue. Un moment court qui suffit. On termine avec “Insanium”, un dernier bijou qui mélange bien les styles entre riffs puissants et chant mélodique. Le titre le plus progressif de l’album et perso mon préféré.
Place au bonus avec “Requiem”, qui comme on pouvait s’y attendre ne respire pas la joie. Un titre à l’esprit Queen qui est surprenant mais terriblement bon ! A ce demander pourquoi il n’est pas inclus directement dans l’album !!!!

Conclusion : pour un 1er album nos 5 virtuoses ont réussi à proposer quelque chose d'intéressant, à qui il faudra donner plus de personnalité, une identité plus forte pour vraiment s’en sortir. 9 (ou 10 avec le bonus, ce dont je vous conseille) compositions de très haute volée (on en attendait pas moins vu le Line up) qui raviront les déçus de la disparition de Sons Of Apollo et les fans de Prog puissant.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 89 fois