Chronique

BOB SALIBA - HOST OF A VANISHED WORLD / FTF Music 2024

Voilà cette fois-ci la version définitive de l’album solo de Bob (KingCrown, Ex Galderia). Après la mise en bouche avec sa version collector, penchons nous sur les 12 titres finaux.

On débute calmement avec “Introspection” qui porte bien son nom. La suite devient plus Rock et apporte son lot de bonnes sensations. A noter un travail de haut vol niveau solo de guitare ! Un très bon début qui met dans le bain comme il faut. “Excavations” prend le relais pour une sorte d’Aor bien troussé et nerveux. Une suite parfaite qui démontre très bien le potentiel mélodique de Bob.
Une très bonne guitare entame “Visions”, qui apporte du bon rythme. A noter la volonté de vouloir toujours un fond plus acoustique qui donne une saveur particulière aux morceaux. Avec “Crystal castel” on plonge dans un océan de calme et de belles mélodies minutieusement travaillées. Un travail d’orfèvrerie musicale que voilà !
Place au premier single “Entropy” cette fois ci en version longue. Celle-ci ne perds en rien, bien au contraire et reste toujours aussi délicieuse. Un entre deux arrive avec “Expectations” et son côté mélodique et sombre. Ici on souffle les deux ambiances pour un résultat réussi. Le travail niveau guitare est juste fantastique ça fourmille d’idées sensationnelles !!!
Transposition” est là aussi présente dans sa version totale et est toujours un pur bonheur de Hard Rock ! “Into the lab”, nous refait le coup du début plus ambiant avant de balancer la poudre ! De l’efficacité bienvenue qui va être un vrai bonheur en concert !
Un peu de calme avec “Reflections”, qui n’oublie pas de nous offrir, à travers la guitare, de grands moments de musique d’une maîtrise exceptionnelle. Une sorte de Break avant la plus rentre dedans “Rivality”, qui envoie comme il faut !
L’interlude Zeppelinienne “Saphire” est là et fait toujours son effet avant “To the zenith” et Jo Amore (KingCrown / Ex Nightmare), pour un morceau tout en évolution.
On termine avec la longue “Hosts of a vanished world” et ses 9 minutes, qui débute sur une somptueuse intro symphonique. La suite lorgne plus vers le Hard/métal Progressif et délivre à nouveau du très très bon porté par un Bob en voix !

Conclusion : cet opus vient confirmer tout le bien que je pensais de notre Homme. De la très bonne musique travaillée et ultra inspirée où la mélodie prédomine. Du grand art !
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 103 fois