Chronique

SUM 41 - HEAVEN :X: HELL / Rise Records 2024

Après presque trente ans de bons et loyaux services, les canadiens de SUM 41 ont décidés de tirer leur révérence.
Voulant sortir par la grande porte ils nous offrent pour ce printemps un double album nommé « Heaven :x : Hell ». Un plutôt « old school » et l’autre plus moderne, plus heavy. Vingt titres pour cinquante minutes, autant vous dire que ça va pulser sans faire dans le détail.

Le premier album, « Heaven » apporte cette énergie démentielle, entrainante, comme en atteste les extraits « Landmines » et plus récemment « Waiting for A Twist Of Fate ». Les titres font mouche grâce au savoir faire du combo, l’expérience donc « All Killers, No Fillers » avait besoin.
Ça y est, en les écoutant, j’ai de nouveau 18 ans, l’effet est direct ! Surtout en abordant des thèmes que nous avons tous vécu en ce temps. On a même quelques parties plus lourdes, typées « Does This Look Infected ? » (cet album est toujours parfait 22 ans plus tard) comme sur « Future Primitive » avec en plus un bon solo.
Impossible des ruptures ou des peines sans une petite ballade ou un peu de douceur. C’est « Dopamine » qui jouera ce rôle et elle se chante en boucle tant la mélodie est cool. « Radio Silence» sera elle jouée avec un joli piano pour conclure cette première partie qui est franchement de très bonne manufacture.
Le groupe rend hommage à ses débuts avec panache et savoir faire, avec même quelques nouveautés genre « Bad Mistake » qui m’évoque vraiment le dernier Offspring.

Une intro étrange et belle lance « Hell » avant que la claque « Rise Up » n’arrive. Heavy à souhait avec toujours cette petite touche punk. Et ça continue sur « Stranger In These Times » et « I Don’t Need Anyone », assez simples mais qui posent chacun une ambiance, un son différent.
« Over The Edge » sera un peu plus speed et punk que les autres (on ne peut pas renier toutes ses racines non plus) et ça passe crème. Certains des titres sont assez bateaux, ça s’écoute bien mais rien de magique (par exemple « You Wanted War »).
Par contre j’adore la reprise de « Paint It Black ». Inattendu et réussi ! Et on termine assez calmement avec « How The End Begins » qui passe bien mais sans être transcendante.

Il n’y a pas à dire, le groupe nous quitte avec un beau cadeau. J’ai clairement préféré l’album « Heaven » mais il y en a franchement pour tous les goûts. Le parfait hommage à une grade carrière pour un groupe qui a marqué son temps et une génération : la mienne. Merci pour tout les gars !!

 
Critique : SBM
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 99 fois