Chronique

EMPIRE – THE RAVEN RIDE / UNDERCLASS 2006

Empire est de retour pour un 3eme album, toujours accompagné de Tony Martin au chant (ex Black Sabbath / Giuntini Project) Neil Murray à la basse (Whitesnake, Black Sabbath, Brain May etc…) Andre Hilgers à la batterie (Silent Force, Axxis) et Rolf Munkes à la guitare (ex-Majesty) mais sans Don Airey partit définitivement chez Deep Purple. Allons voir de plus prés ce troisième essai (à noter que je connais pas les deux premiers) .
 
Le titre éponyme « The raven ride » ouvre le bal avec un bien bon riff heavy, qui rappelle Black Sabbath en plus mélodique. Tony comme c’est pas mal le cas ces derniers mois, nous délivre un très bon travail. Musicalement un bon titre qui se laisse déguster sans contrainte. Nouveau riff lourd avec « Breathe » qui donne une impression d’étouffement par son esprit chargé, heureusement que la voix de Tony est très mélodique rendant plus respirable cette chanson bien sympathique.
« Carbon based lifeform » est encore un mid tempo bien mélodique qui me fait penser au Deep Purple des 80’ en plus heavy. Le refrain très mélodique est bien agréable à écouter. Dommage que tout cela manque pour l’instant de rythme mais pas de qualité, car chacun y met du sien pour un résultat très convenable. « Satanic curse » pourrait encore rappeler Black Sabbath des 90’ avec son riff lourd et ses chœurs sombres, un mid tempo supplémentaire sur lequel Tony s’arrache dans une interprétation viscérale.
L’orient nous ouvre ses portes avec « Al Sirat – the bridge to paradise » rendant exotique se mid tempo enchanteur. Le refrain est très joli, bien dans l’esprit oriental, encore un bon point. Le solo de Rolf est très joli et bien inspiré.
 « What would i do ? » est une bien jolie ballade assez habituelle. Tout d’abord en acoustique elle nous laisse prendre place dans cet univers doux puis le refrain électrique bien présent fait son petit effet.
Intro à la sonorité moderne pour « Changing world » qui donne un rythme plus élevé mais rien de speed encore. Un titre sans grand plus qui se laisse écouter en attendant mieux, malheureusement. « Maxinum » qui est l’ovni de cet album ne me convient pas non plus. Un titre presque trash qui pulse mais est beaucoup répétitif qu’il en devient lourd à force. Dommage ça envoi !  
« I can’t trust myelf » reprend un style plus habituel à Empire, dans un mid tempo sympa ou Tony porte presque à lui seul ce titre aux sonorités Hard rock bien intéressantes. Le refrain se reteint en quelques écoutes seulement misant sur l’efficacité et sonne pas mal Pink Cream 69. Un titre bien cool.
Pour terminer ce n’est pas le titre le plus court « The devil speaks, the sinner cries » mais en revanche ce n’est pas non plus le plus rapide. Lourd comme un âne mort et prenant comme un cafard en plein moment heureux ce titre n’en est pas le plus mauvais car Tony se démonte dans une interprétation magistrale. Une fin sombre et torturée pour un album de qualité.
 
Conclusion : encore un bien bon album à l’interprétation exemplaire pour l’ami Tony Martin et ses acolytes mais qui manque cruellement de rythme. 45 minutes agréables à passer mais sans forcement taper du pied ce qui vient à manquer. A ne pas bouder.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 4871 fois