Chronique

TIERRA SANTA - MEJOR MORIR EN PIE / Locomotive records 2006

Formé en 1997 à La Rioja, Espagne, ce combo, considéré comme les fils hispaniques du grand Maiden nous pondent leur huitième album déjà. Certes, leur heavy metal est très franchement inspiré par la première partie des 80’s (dont Helloween, également), ce qui permet d’ailleurs à leurs détracteurs d’avoir toujours des arguments pour critiquer, mais je préfère aller voir (entendre plutôt !) par moi même ce qu’il en est vraiment.
 
Tout commence par la title track « Mejor morir en pie », d’abord à capella, puis l’influence de la vierge de fer se fait remarquer, sans aucun doute, mais agréablement, le chant en espagnol apportant une petite touche personnelle non négligeable.
« Un grito en el aire » arrive à son tour, sur la même lancée. Du heavy bien rétro, tel que je l’apprécie personnellement, et le chant verse toujours dans un côté épique et guerrier.
« Magia » raisonne, sur un rythme plus gentillet, presque passe-partout, et se laisse écouter avec plaisir.
« La impureza de la amistad » reste cantonnée dans la sphère de ce début d’album, donc, si le début vous a fait accrocher, ça continue, mais dans le cas contraire…
"Otelo" se présente à son tour, et bien que nous n’ayons pas à faire ici à un mauvais titre, je dirai simplement que je le trouve un peu inutile au milieu des autres.Un peu longuet de plus.
« Si tu alma has de vender » confirme et se présente comme un bon titre de heavy mélodique, sans  prétention, mais avec une certaine efficacité.
Puis c’est au tour de « Hoy vivo por ti » avec des claviers qui donnent à la chanson une couleur FM assez sympathique.
« Una luz en la oscuridad » sonne un peu plus hard, et me fait plaisir, avec son aspect retro. « La tentacion », titre relativement speed, passe également bien, mais rien de plus à signaler néanmoins. Nous nous approchons lentement de la fin de l’album, avec « Nunca te alejes de mi », titre sympa, mais qui n’apporte rien de plus que les autres.
Le dernier titre « Himno a la alegria », un bonus réadapté de l’hymne à la joie, avec goût, relance l’intérêt de la fin de l’album.
 
 
Conclusion : un album agréable d’un groupe talentueux. Certes, toutefois les riffs efficaces malgré leur relative simplicité, pourront peut-être en lasser certains ; l’influence de la New Wave Of British Heavy Metal étant parfois trop prononcée, privant le groupe d’une identité propre que le chant en espagnol ne suffit pas à garantir.
 
 
Critique :
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 4660 fois