Chronique

MOTORJESUS - DEATHRIDER / Locomotive music 2006

Tiens encore un nouveau groupe? Non, sous ce patronyme ‘Religieux’ se cachent les Allemands de The Shitheadz qui m’avaient mit une bonne branlée avec leur premier album ‘Dirty pounding gasoline’. Les voici de retour avec un nouveau nom (ils ont jugé l’autre négatif) et donc un deuxième album, qui je l’espère me mettra aussi en joie.
 
On ouvre le feu avec « Legion of rock » qui nous fait constater que le groupe a toujours bien la pêche et que son Heavy rock pulse toujours autant. La voix de Christoph Birx est toujours autant bonne, donnant une sacrée dose de testostérone à l’ensemble. Un début très prometteur.
« Destroyer » ne change pas un brin son style et envoie l’auditeur dans un bon gros titre qui fait effet direct : plus sauvage mais toujours aussi bonnard !! Quel pied !
On continue avec un véritable plaisir pour « Feet under ground » aux couplets calmes qui pourraient faire penser à Nickelback (le côté commercial en moins) et le reste envoie toujours des pieds. Plus mélodique, elle montre que le groupe peut proposer une chanson plus soft tout en restant diaboliquement venimeuse. La Title track débarque avec un bon gros riff rentre dedans à la Motorhead. « Deathrider » n’est pas là pour plaisanter. A noter que les refrains sont bien sympas et souvent bien mélodiques. Si franchement le premier album m’avait mis une claque monstre celui-là ne déroge pas à la règle : la bible dit : si on te met une gifle tends l’autre joue, et bien là je vois le pourquoi du mot Jésus dans leur nom, car voilà les Gifles !!!!
Trêve de passages religieux, « Distortion sleep » est bien trop couillue pour ça, riff d’enfer, son apocalyptique, chant écorché vif, du bon gros heavy rock qui arrache tout sur son passage.  A l’écoute de ce titre, cela me fait penser aux ricains de Corrosion Of Conformity, dont la voix de Christoph se rapproche de celle de Pepper Keenan. Ah putain que c’est trop bon ! « The howling » va vous arracher les cervicales avec son rythme effréné, ah la la ! Mon zizi devient tout dur, je ne me contrôle plus, on est tellement immergé dans cet océan de putain de bonne zic, que l’on oublie tout le reste, seul compte les coups prit dans la gueule à chaque nouvelle plage ! 
Début acoustique pour « The undertaken », la ballade de l’album est prenante, énergique, mélodique, bref terrible ! Comme ils nous l’avaient prouvé dans leur premier opus, ils savent aussi être calme sans se corrompre, même si tout ça ne dure pas. « Hellmachine », comme vous pouvez l’imaginer, tranche dans le vif du sujet. Encore une fois bien dévastatrice, elle remuera quelques âmes en manque de percussions. 
Allé ! On va remuer son cul avec la groovy « Invisible man » qui donne un côté plus fun à l’album. Une bonne idée de plus pour ces Allemands sacrément déménageants et « Black fuel domination » ne lâche pas l’affaire, speedant comme si leur vie en dépendait, ouf mortel. Si la groupe garde la même énergie sur scène ça va pogoter sévère !  
« Death hammer overload » là aussi envoie la sauce avec conviction. Il n’y a pas un brin de calme durant cet album. Ah la la ! Sur scène le délire que ça doit être. On finit cet ouragan avec « The Evil » qui se veut plus cool mais toujours bien remuant. Le refrain bien mélodique est bien sympa. Pour le reste du bien gros comme prévu. Ouf je suis lessivé. 
 
Conclusion : même si l’effet de surprise n’y est plus, la gifle prise reste la même. Motorjesus n’a pas à rougir face aux autres car avec des albums de cette trempe ils seront vite une référence. A acheter rapidement !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe : site officiel de Motorjesus
Vues : 4862 fois