Chronique

MASTERPLAN - MK II / Afm records 2007

Troisième album pour ce groupe que j’adore, oui mais, comme tout le monde le sait, ce Masterplan là n’a plus grand chose à voir avec l’ancien, après les départs surprises de Jorn Lande et Uli Kusch. Même si les remplaçants sont loin d’être des débutants est-ce que Mike DiMeo (Riot The Lizards) et Mike Terrana (Axel Rudi Pell, Artension Ex Rage) vont arriver à faire oublier les démissionnaires ? Réponse tout de suite.
 
C’est par une intro assez habituelle que nous commençons notre aventure « Phoenix rising ». Elle veut ‘mettre dans l’ambiance’, ce qu’elle fait parfaitement et nous envoie directement sur la speed « Warrior cry » qui reprend comme c’était prévu l’esprit heavy du premier album. Niveau batterie pas la peine de s’attarder trop, Mike assure comme une bête (comme d’hab quoi), et celui que tout le monde attend, Mr DiMeo, qui pour ce premier essai, le réussit avec les honneurs. Sa voix certes moins magique que celle de Jorn sied parfaitement au heavy speed musclé de Roland Grapow. Premier gros soulagement. Musicalement comme je disais, Masterplan est revenu à un jeu plus direct et tout aussi efficace.     
Place au single « Lost and gone » très mélodique sur lequel l’ombre de Jorn subsiste. Un super bon titre agréable, qui montre un visage plus doux avec beaucoup de synthé. « Keeps me burning » se fait plus heavy mélodique au relent FM un peu à la ‘Enlighten me’. Mike DiMeo assure vraiment super bien, étant plus incisif que dans Riot, tout en gardant son côté mélodique. Un titre qui se retient dès les premières écoutes.
Très jolie intro tout en agrège pour « Take me over » puis sur un gros riff métal nous poursuivons ce mid tempo couillu. Le refrain est délicieusement mélodique et le petit break avant le solo est super bien senti. En tous cas le Mr Grapow nous démontre qu’il sait vraiment jouer car voilà ce qu’il nous balance !! En tous cas il est très plaisant de constater que le groupe n’a pas tant perdu que ça, malgré son changement de chanteur car en plus l’ombre de Jorn est souvent là (la réponse est dûe au fait que la majorité des compos datent de l’époque où le Norvégien était encore là). Début presque folklorique pour « I’m gonna win » sur lequel Mike DiMeo nous sort une voix triste assez inhabituelle mais qui rend parfaitement bien. Un titre qui ne laisse pas indifférent : très prenant ce côté mélancolique. Encore une fois le refrain est bien trouvé : simple et efficace.
On reprend un rythme plus speed avec « Watching the world »  qui garde malgré tout l’esprit mélodique cher au groupe. « Call the gipsy » se veut plus exotique avec ses airs orientaux. Un titre sympa qui varie les plaisirs. Le refrain très oriental donne des envies d’évasion.
Seule ballade de l’album avec « Trust in you » qui met en avant Axel Mackenrott au piano et bien sûr Mike DiMeo qui assure grave. Le refrain donne plus dans la power ballade ce qui se propage pour la suite.  
Un petit « Masterplan » pour remettre de la testicule avec ce speed heavy rentre dedans au refrain guerrier. Mike Terrana se déchaîne encore un peu plus dans ce titre dévastateur. Mike DiMeo prouve pour ceux qui ne l’auront pas encore remarqué que sa place n’est pas usurpatrice ici. Un petit « Enemy » histoire de ne pas lâcher la pression. Plus conventionnelle elle passe bien mais sans grand plus. 
On termine avec « Heart of darkness » à la douce intro avant que tout ne se développe en un morceau plus progressif à la montée intense et prenante. Un mid tempo puissant qui délivre un refrain super mélodique. Le break en plein milieu est envoûtant et le solo comme d’hab à tomber ! 
 
Conclusion : pour moi ce MK II est la parfaite suite logique d’Aeronotics. Masterplan ne s’est pas trompé avec l’intronisation des deux Mike car leur travail est exemplaire. Un très bon album qui ravira les fans (dont moi) et les rassurera sur le futur de la bande à Roland Grapow ! A acheter les yeux fermés !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Masterplan
Vues : 4860 fois