Chronique

MAGNUM - PRINCESS ALICE AND BROKEN ARROW / Spv 2007

Et bien Bob Catley ne s’arrête donc jamais, un an après son très bon album solo il est déjà de retour avec son groupe pour donner naissance au successeur du bien bon ‘Brand new mouring’.

Début calme au piano pour « When we were younger » qui nous plonge directement dans l’ambiance Magnum. Une nouvelle fois bien pompeux et très bien chanté par un très grand Bob Catley (quelle voix magnifique). Petit défaut, le début n’est pas très entraînant, par contre après ça se réveille pour notre plus grand plaisir. Un titre entre couplet calme et refrain plus remuant pour mettre dans l’ambiance. Petite guitare discrète qui monte et qui monte pour la bien bonne « Eyes wide open ». Du Magnum comme je l’aime, rock et docile toujours sublimé par cet organe enchanteur.
On continue à découvrir cette nouvelle histoire avec « Like brothers we stand » qui se veut plus acoustique et soft. Agréable et un peu tôt je trouve ça casse le rythme. On remet du bon rock fort (ah quel humour moi alors) avec le mid tempo « Out of the shaadows » qui pulse bien. Tony Clarkin est bien incisif avec sa 6 cordes comme au bon vieux temps. Un petit plaisir.
« Dragons are real » donne dans le rock acoustique rythmé mais quelque chose cloche ! Un titre sans réelle accroche, un peu sans plus malgré un refrain facile d’accès (un peu trop là aussi). Moment intense avec « Inside your head » la ballade que Bob transcende littéralement. Juste un piano et une voix (et quelle voix !!) et tout devient magique. Ah que c’est beau.
« Be strong » débute de façon colossale et très symphonique à l’ancienne. Un titre de rock progressif très Magnum et guilleret, par contre « Thank you for the day » se fait plus soft et ralentie encore le rythme décidément loin d'être affolé de cet album. Sympa sans plus.
Là ça va envoyer dans les chaumières « Your lies » c’est du costaud. Un bon titre qui envoit des pieds et qui redonne le sourire. Voilà ce qui manquait depuis le début.
Retour du titre soft acoustique qui casse le rythme avec « Desperate times » qui même si elle est bien jolie fait un peu trop à force. Un titre très bien aidé par la présence de Bob au chant. Un moment agréable tout de même. On termine par « You’ll never sleep » qui monte en puissance doucement pour donner un bon rock remuant qui cloture de belle manière ce nouvel album.

Conclusion : Magnum m’a moins emballé qu’avec son précédent album, le fait à un manque de rythme qui empêche de bien entrer (accrocher) dans l’album. Une impression que Magnum est encore un peu plus en roue libre. Reste de bons passages.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe : site officiel de Magnum
Vues : 4875 fois