Chronique

STEVE THORNE - EMOTIONAL CREATURES PART 2 / Inside out 2007

Après un 1er album qui m’avait hautement étonné (dans le bon sens du terme) Steve revient nous présenter la suite avec plus ou moins les mêmes invités.

On commence par un « Toxicana apocalyptico » à l’intro acoustique et moderne. Une longue pièce instrumentale agrémentée de quelques passages électriques bien pensés avec un Goeffrey Downes bien présent au synthé. On poursuit avec « Wayward » qui débute calmement dans un esprit de pop Américaine avant que la voix de Steve n’arrive et n’enveloppe tout ça de feeling. Le refrain est bien joli avec cette voix plus aérienne, par contre on accroche moins qu’au premier chapitre.
« Crossfire » continue dans le même esprit avec cette fois-ci plus de piano, une jolie ballade comme on a pu en apprécier dans le 1er volume : Steve étant si touchant au chant. Un voyage doux et agréable. « Roundabout » démarre sur des sonorités étranges et aériennes presque martiennes, avant qu’on ne poursuive sur un titre très planant et pas tout à fait accrocheur.
« Hounded » c’est plus de 7 minutes d’acoustique plein d’air qui nous fait voler au dessus des nuages. Là aussi il manque ce petit plus qui à fait mon attachement au premier album. Là on se fait chier.
« All the wisemen » poursuit sans changer d’un iota, ce qui est bien dommage car il manque cruellement de rythme, d’accroche, de quelque chose a laquelle se raccrocher, tout ça est trop plat, lisse, sans âme ! « Great ordille » elle aussi pourrait se rapprocher du premier album, avec son côté folk évidant et touchant. Ce qui est dommage c’est qu’on a du mal à apprécier car on n’est plus dans l’album.
« 6 am (your time) » n’y changera rien ,cette instrumentale ne sert pas à grand chose et donc on est encore déçus. « Solace » est encore plus anecdotique que la précédente car là c’est 2 minutes de planage pour rien du tout, mais alors rien, nada !! à désespérer un dépressif.
« The white dove song » même chantée n’apporte pas un grand plus bénéfique, il faut, je crois bien, laisser tomber et passer à autre chose car là c’est le chaos total.
On termine ce massacre avec « Sandheads » une ballade au piano qui m’a l’air sympa mais le cœur n’y est plus du tout. Par contre je supporte pas la façon de chanter de Steve.

Conclusion : déçu, je suis ultra déçu par cette suite, sans aucune intensité, asceptisé comme une salle d’opération, il n'y a réellement qu’un titre qui sauve ce naufrage. Je suis vraiment déçu par cet artiste qui peut largement mieux. A oublier très vite ou s’en servir pour caler un meuble bancale.
 
Critique : Guillaume
Note : 3/10
Site du groupe :
Vues : 4664 fois