Chronique

MANTICORA - THE BLACK CIRCUS PART 2 : DISCLOSURE / Locomotive records 2007

Voici le deuxième volet de l’ambitieux concept des Danois de Manticora qui nous avaient présenté, il y a de cela 8 mois, une très bonne première partie. Allons nous pencher de plus près à la fin de l’histoire.

Très courte intro avec « Entrance » qui nous amène directement à « Beauty will fade » qui reste du pur Manticora, puissant et viril. Lars entame de fort belle manière ce premier titre. On ressent que le groupe a privilégié un côté sombre qui colle plus à l’histoire. Une longue pièce musicale qui montre à nouveau toutes les qualités de ce combos et Lars nous fait une démonstration époustouflante en fin de titre !
« Gypsies dance part 2 » débute sur de bonnes mélodiques, et poursuit en un lourd mid tempo très heavy et sombre sur lequel la voix de Lars semble possédée. Les chœurs accentuent cette ambiance pesante, et rend que plus mystique cette suite. Petite accélération pour le solo encore une fois merveilleusement interprété par Kristian Larsen très bon guitariste sous estimé. Un titre très progressif et prenant une très belle pièce musicale !! « Intuneric V » est une courte interlude acoustique, qui précède l’instrumentale « Haita di lupi » véritable joyaux de technique et de musicalité : quel groupe !! Une ambiance gitane mélangée au métal puissant et grandiose de Manticora. Un morceau de bravoure !!
« When the soulreapers cry » reprend le speed décapant. Petite partie folklorique à la Blind Guardian puis le lugubre reprend sa place. Un titre qui lorgne entre folklore celtique et métal sombre et lourd. Encore une fois le talent des Danois nous livre un somptueux titre de métal technique, malsain et rentre dedans. Très belle intro symphonique pour « Intuneric VI » qui calme l’auditeur avant de se prendre « All that remains » du pur Manticora speed trash, qui dévale à toute vitesse. Quelle leçon de musique que le groupe nous donne à chaque coup : époustouflant.
« Intuneric VII » se fait très mélancolique, avec un Lars convainquant. Une dernière interlude plein de sentiments qui vous prennent aux tripes, avant la dernière pièce de cette partie : « Of madness in it’s purity ». Une dernière tornade métallique qui déferle sur votre platine. Une conclusion moins sombre qui laisse passer un peu de lumière et ainsi libère toute sa colère. Voici la fin d’un périple qui ne laissera pas grand auditeur sans état d’âme.

Conclusion : une nouvelle fois rien à redire, Manticora finit cette histoire comme il a commencé à savoir très bien. Un album complexe qui prend l’auditeur et ne le lâche jamais.
Une véritable tornade de bien être qui n’attend plus que vous.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Manticora
Vues : 4893 fois