Chronique

AT VANCE - VII / Afm records 2007

Deux après un Chained sympa mais qui sentait le réchauffé, Olaf Lenk revient avec un 7eme album qui intronise Rick Altzi en lieu et à la place de Mat Leven.
Alors est ce que ce changement de chanteur va apporter une évolution musicale ?? Réponse de suite.

Ce 7eme album commence par « Breaking the night », un titre speed dans la plus grande tradition At Vance. Le voix de Rick débarque et la ressemblance avec Mat est bien trop évidente, dommage. Malgré tout voilà un bon titre au refrain énergique. « Shiver » change de registre avec un mid tempo heavy et sombre très bien composé et chanté. Certes le groupe n’a pas vraiment évolué mais bon, cela reste de qualité.
Passage un poil plus hard rock avec « Cold as ice » qui rappelle Masterplan. Un titre plutôt sympa et bien facile d’accès : un single potentiel !! La voix de Rick se rapproche par moment de celle d’Apollo Papathanasio (ex Time Requiem, Friewind, Evil Masquerade). « Victory » reprend les titres à inspirations Néoclassique, ce qui ne devrait pas choquer les fans du groupe. Même si l’originalité n’est plus depuis longtemps, les compos d’At Vance gardent un petit truc agréable.
Ambiance bien hard à l’entame de « Friendly fire » qui sonne comme du Whitesnake. Un titre bien différent qui fait du bien, on oubliera les paroles un peu trop cliché. Le speed reprend sa place avec l’énergique « Golden Leaves ». Un titre qui décape sévère à défaut d’être réellement intéressant. Malgré tout, on se prend au jeu.
« Answer me » débute calmement et laisse l’auditeur dans une ambiance des plus douce. Un début façon ballade, sympa, qui poursuit en un mid tempo assez cool. « Shine » déboule à toute vitesse pour un titre supplémentaire qui fera bouger sa tête mais pas le cœur. Une dernière speederie avec « Truth » qui accélère plus fort que le reste mais là aussi rien de réellement plus à l’horizon. Reste que malgré tout Olaf sait composer des titres énergiques qui se laissent écouter.
On termine avec « Lost in your love » une ballade déjà chantée par Oliver Hartmann. Jouer en acoustique elle n’apporte pas plus, juste une fin douce après les tornades passées. Mais bon où en est l’intérêt ?

Conclusion : At Vance change de personnel mais pas de style, un 7eme album comme l’ensemble de sa récente discographie sympa mais sans grand plus. Le meilleur du groupe est désormais derrière lui. Réservé aux fans !!
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 5351 fois