Chronique

JORN - LIVE IN AMERICA / Frontiers records 2007

Décidément que d’actualité pour Jorn Lande depuis son départ de Masterplan : un album de reprises suivit d’un Best of en début d’année, sa participation (grandiose) à l’album solo de Ken Hensley (Urian Heep) et voilà que le très grand chanteur Norvégien, débarque avec son premier album live, qui témoigne de son passage éclair sur le sol Américain durant le Festival Prog Power d’Atlanta.

On entame le concert avec pas moins de 4 titres extraits de son dernier album ‘The Duke’ . « We brought the angels down » donc ouvre le bal, le son est énorme et trop parfait pour être sincère (mais ça c’est une autre question) la voix du maître est irrésistible, chaude, envoûtante, puissante et d’une justesse à faire pâlir n’importe quel chanteur. « Blacksong » continue avec toujours cette interprétation plus que parfaite, Jorn prouve qu’il est un formidable chanteur Live, et donne des frissons à chaque note.
« Duke of love » met un peu de sex appeal dans ce concert. Son côté swingant fait effet sur scène et le public à l’air de bien apprécier même si on ne l’entend pas trop. Quelques paroles échangées avec son public puis dans un Are you Ready très Coverdalien nous envoie le « Are you ready » de Thin Lizzy qui déboîte sévère, puis première reprise de la soirée avec le célèbre « Cold Sweat » toujours de feu Thin Lizzy qui sur scène est l’extase complète, de plus l’interprétation de Jorn est magistrale !!
Passage plus que dispensable le « Drum solo » même s’il est bien fait ne sert pas à grand chose en concert mais alors sur album, c’est plus qu’inutile. Heureusement que « Out of every nation » prend place et ensorcelle tout le monde, un titre vraiment magnifique. Deuxième moment plus que dispensable le « Guitar solo » qui là aussi fort bien exécuté mais qui n’apporte rien (deux autres titres auraient été largement mieux !!). Pour finir le premier cd une reprise de Dio avec « Straight trough the heart » magistralement chanté par un Jorn admirable.

Deuxième cd qui débute sur une belle surprise puisque c’est « Godless and Wicked » de Beyond Twilght qui est interprété. Comment décrire les sensations qui se passe durant un tel titre c’est orgasmique et en plus quand « Soulburn » de Masterplan poursuit c’est l’extase assurée !!
Petite interlude guitare avec « Devibird » puis une 3ème reprise « Perfect strangers » de Deep Purple qui là aussi est plus que méchamment bien interprétée. Un petit titre de The Snake avec « I’m gonna find the sun » qui envoie des pieds avec son hard bleusy du plus bel effet. Une chose est plus que sûre dans ce live c’est que la voix de Jorn est impressionnante car toujours nickel, claire et puissante, elle semble inépuisable !
Pour terminer ce concert Jorn nous gratifie d’un medley des plus grandiose : 17 minutes de bonheur au grès des titres de son mentor David Coverdale et son Whitensake. « The Whitensake medley » c’est Come on, Sweat Talker, Crying in the rain, Here i go again et Give me all your love. Que dire de Jorn à ce moment là il est comme un poisson dans l’eau imitant à la perfection son maître (tout en gardant sa patte tout de même). Un passage des plus convainquant qui donne le sourire !!

Bon maintenant place à 3 titres supplémentaires (allez savoir pourquoi), tout d’abord « Out of every nation » dans une nouvelle version qui même si elle est sympa n’apporte pas garnd chose, le medley Black Sabbath « Lonely is the world / Letters from earth » déjà présente sur l’album de reprise sortie en début d’année et enfin un bonus « Sacrificial feelings ». Un titre des plus bleusy qui sent bon le sud des Usa. Bon ce ne sera pas la meilleure du Norvégien mais il me semble qu’il édifie le nouveau style de ses prochains albums… à suivre.

Conclusion : voilà un live en demi teinte, d’un côté une interprétation exemplaire : Jorn est toujours aussi envoûtant dès qu’il chante, un petit tour d’horizon très sympathique de ses différents projets, mais de l’autre aucun titre extrait de Starfire et Worldchanger, seulement 1 de Out to every nation (pour un live ça fait juste), trop de reprises à mon goût (même si elles sont toutes réalisées avec brio : ah la, la ce Medley !!) et surtout un show un peu court (les solos aussi sont bien en trop). Pour couronner le tout un peu de remplissage inutile (à part le bonus track). Bref il est difficile de noter un tel disque qui mériterait deux notes : 8.5 pour le show et 6 pour les défauts.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 5360 fois