Chronique

ENGEL - ABSOLUTE DESIGN / Spv 2007

Premier album de cette nouvelle formation Suédoise, Engel n’est pas un débutant, puisque Niclas Engelin (Passenger / In flames) est à la guitare ainsi que Michael Hakansson ex bassiste d’ Evergrey pour les plus connus. Produit par Anders Friden (chanteur d’In Flames et de Passenger) allons découvrir ce vrai faux ptit nouveau.

« In splendour » nous ouvre ce nouveau monde à coup de riffs bien lourds et gras. Dès le début on est en terrain assez connu en Suède avec une sorte de Trash / Death mélodique plutôt basique mais efficace. Pas des plus intéressant allons voir la suite. « Casket closing » poursuit dans la même veine, à part que là le chant se veut bien plus mélodique ce qui rend meilleure la chanson. Le refrain est extra : bourrin sur des parties de chant presque Pop. Un très bon titre.
Intro plus douce pour « Next closed door » qui comme sa devancière mélange aisément musique Trash à des vocaux dociles. Je ne sais pas vraiment pourquoi cela me fait penser à du The Rasmus en largement meilleur (ah oui peut être la voix de Mangen Klavborn résonne par moment comme celle de Lauri Ylönen). Sympa mais peut dérouter. « The hurricain season » n’a pas l’intention de changer de style. Perso j’adhère, même si les rapports avec le premier titre sont quasi inexistants. Le refrain cette fois ci reprend un chant plus Trash du plus bel effet sur des mélodies de voix féminines en fond plutôt glaciales. Un très bon titre.
Cette fois ci le Trash reprend le dessus pour un dévastateur « Propaganda ». voilà un titre qui sur scène fera effet avec ses relents d’In Flames new génération. « The paraclete » revient sur du soft, même si quelques beuglements Trash font leur apparition.
Ambiance qui lorgne presque vers un Evergrey avec « Scyth » puis se transforme en ‘clone’ d’In Flames (voir Soilwork). Pas le titre le plus inspiré même malgré un refrain au chant clair (déjà trop vu en ce moment). Une petite impression de tourner en rond commence à survenir lorsque « Descend » arrive mais que nenni, nous avons droit à un titre calme à l’ambiance malsaine. Un très bel exercice qui donne la chair de poule. Habité et envoûtant.
« Trial & error » reprend la bonne dose de métal Scandinave qui fricoterait avec la scène Trash moderne (Lamb of god / Bullet for my valentine / Shadow fall). Un bon refrain mais sympa sans plus. Tout comme « I’m the one » qui succède sur les mêmes bases utilisées plus tôt. On se laisse prendre au jeu sans forcément être transcendé.
Un peu plus de rythme pour « Calling out » qui là concurrence les plus grands de la scène Scandinave sans problème. Elle aussi sur scène c’est l’éclate assurée. On termine notre découverte par « Seven ends » qui ne change pas d’un iota sa musique et rappelle encore In Flames (on dirait presque une reprise). Malgré ce détail ça dépote sévère !

Conclusion : une bien bonne découverte qui devrait plaire à une large tranche du public. Certes un album qui manque d’unité et jongle trop entre deux mondes. Un premier essai plutôt concluant que j’ai hâte de voir grandir. Fans de bon métal écoutez ça.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe : site officiel d' Engel
Vues : 4863 fois