Chronique

JAMES LABRIE - PRIME CUTS / Magna Carta 2008

L'été est là, les best of fleurissent et le metal n'y échappe pas : Dream Theater , Rhapsody , Nightwish , Iron Maiden et de nombreux groupes sont passés par là .
Cette technique commerciale qui sent les sous sous à plein nez relève du barbarisme pour le metalleux fin connaisseur de ces idoles et qui affiche fièrement sa cd-thèque de la taille d'une montagne, fruit d'une passion sans limite. Alors pourquoi ? Et bien c'est pour démocratiser le genre et faire tomber les barrières de préjugés avec un CD allégé : ainsi pour la fête des pères on peut offrir un cd de metal sans passer pour un idiot ! «Même que maman, ben elle pourra écouter aussi, parce que parfois y'a des ballades. D'ailleurs ça tombe bien puisse que des fois elle aime bien la voix de James Labrie, ma môman»

James Labrie plus connus dans le cadre Dream Theater que pour le reste , et ce à tord puisque le bonhomme a une discographie plutôt fournie : outre la participation à divers tribute album il a fait trois albums solo ( deux sous le nom de MullMuzzler et un sous le nom de James Labrie ) , participé à au des projets de grande envergure tel que Age of Impact ( 2 volumes ) , leonardo: tha absolute man , Ayeron et récemment le True Symphonic rockestra .
Voilà que magna carta décide de mettre à l'honneur les divers projets du chanteur en un seul cd , piochant les morceaux les plus représentatifs de la carrière de James Labrie : la part belle est faite au morceaux de MullMuzzler ( Afterlife , Shores of Avalon , His voice , As a man think , A simple Man ) autour desquels s'articulent deux morceaux de tribute ( Rush et ELP : Emerson Lake and Palmer ) et trois participations aux projets explorer's club ( Vertebrates , No returning ) et leonardo:the absolute man . Une heure de rock progressif de haute qualité, d'autant que les musiciens qui accompagnent le chanteur ne sont pas les manchos du coin : il y a évidemment ses acolytes de Dream Theater mais aussi Billy Sheehan, Mike Mangini, Terry Bozzio, Steve Morse etc bref une belle brochette de talent qui contribue largement à la réussite des morceaux. L'ensemble de la compilation est plutôt rock progressif que metal, des morceaux très mélodiques d'une durée moyenne dans l'ensemble (sauf pour deux qui atteignent les 8 mns) qui rend le tout très abordable pour le néophyte. Et pour ceux qui doutaient encore du talent de James Labrie voici une preuve que l'homme est un musicien accompli et non pas simple chanteur de Dream Theater.

Idéal pour découvrir les différentes facettes du chanteur mais peut être un peu trop succin, trop anecdotique pour satisfaire l'appétit du fan de rock progressif : le public visé reste l'auditeur occasionnel qui apprécie de temps en temps un peu de rock. Pour mélomane il est préférable d'aller directement à la source et de se procurer les disques de MullMuzzlzer et Age of Impact qui sont de véritables moments de bonheur, témoignant non pas du talent d'un seul homme mais celui d'une grande famille de musiciens aussi doués les uns que les autres .
 
Critique :
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4154 fois