Chronique

MOTORHEAD - MOTORIZER / Spv 2008

20ème album de la bande à Lemmy, qui ne lâche rien et revient tel un métronome infatigable nous servir un opus au bon goût de rock’n’Roll chaud comme la b(r)aise.

Aller, on entre dans le vif du sujet avec « Runaround man » qui déboule à fond les ballons dans la plus pure tradition Motorhead ! Un super titre très rock’n’roll qui fait un bien fou. Putain quelle pêche ils ont encore !! On continue sans lâcher la pression pour un « Taech you how to sing the blues » plus heavy. Un bon gros morceau qui sens le sauvage, le brut. Phil Campbell semble bien inspiré dans ses solos, ce qui est toujours bon à prendre.
« When eagle scream » ne fait toujours pas dans la dentelle. Un gros mid tempo surchargé de testostérone où Mikkey Dee frappe tel un forgeron sur son enclume. Le speed décapant reprend les rênes pour un « rock out » qui débloque les cervicales. Après avoir perdu quelques litres de sueur à headbanger comme un fou, « One short life » va vous reposer dans un lourd mid tempo, bluesy, qui sent bon le Jack Daniel’s, les putes et tout ce qu’il faut pour être heureux.
« Buried alive » accélère à nouveau le rythme avec une force impressionnante. Le groupe semble de plus en plus Puissant ! Tout simplement ahurissant !! On ose imaginer le commun des mortels jouer aussi fort à plus de 60 ans, et pourtant « English rose » même si elle est moins speed, rock encore bien fort !!
Et si on ralentissait le rythme avec « Back on chain » ? Arrêtez, on parle de Motorhead !! Un bon gros titre rythmé, ce qu’il faut pour poursuivre les 33 ans de carrières des Lemmy. Et un lourd, très lourd « Heroes » au super refrain continue notre leçon de vrai rock dur, comme un roc. Le meilleur titre de l’album.
Maintenant qu’on s’est posé un reprend du quasi punk avec « Time is right ». Ici pas de réflexion inutile, pas de recherche d’harmonie, d’arrangement superflu, que du rock, basique et efficace. « The thousand names of god » (Lemmy ?) cloture notre mefait avec un rock sudiste. Un dernier mid tempo, pour nous faire voyager dans l’ouest sauvage.

Conclusion : Une nouvelle leçon que voici. En 39 minutes Motorhead démontre qu’ils sont de plus en plus forts en alignant un super bon album. Décidément rien ne les arrête et c’est tant mieux car avec de tels opus, on ne regrette rien.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 4861 fois