Chronique

MAGICIAN - TALES OF THE MAGICIAN / Dockyard1 2008

Venus tous droit du brésil et issus de la génération Angra, Magician est une formation créée en 2000 à Porto Alegre par cinq compères narrant l’histoire du sorcier Zhaldor arpentant les terres sombres où règne terreur, dans la contrée de Zelgian.
Vous êtes mauvaises langues, Tolkkien ou encore Rhapsody n’y sont pour rien et les dragons n’existent pas. Entre toutes ces folies, cette jeune formation brésilienne s’est payée pour le mix et le mastering de l’album, les services des studios High Gain ; à savoir ceux de Dirk Schlächter et Kai Hansen : les compères de Gamma Ray ; mais aussi Ame Lakenmacher (Primal Fear, Sodom, Kreator, Destruction…).

Bien évident, il y a une intro très mélodique et mystique, rappelant les temps anciens, avec l’appui de quelques chœurs. Cet « Let the spell begin » annonce la couleur de l’album. Et là pas de surprises : chœurs, clavier – un break – batterie et ça part de façon prog sur « Prime Evil ». Par contre premier défaut : le son de la batterie. Le son est sourd et trop sec, ce qui gêne il faut le dire.
Par contre niveau musique il est certain que le groupe ne sera pas un énième clône de Rhapsody. Non, le groupe se tourne plus vers du Fairyland, mélengeant les styles musicaux. Par contre les compos restent basiques, mais non pas simplistes attention. Les influences se font ressentir. Par exemple l’on ne pourra remettre en cause l’inspiration venue tout droit de Symphony X sur « Underworld terror », Blind Guardian sur « Terminal Day », ou encore pour ne citer que ça une orientation vers Tuatah De Dannan sur « Minstrel’s Domain ». Je ne citerai pas Y.J.Malmsteen aussi sur « Crossing the last gate », qui après un super solo guitare nous procure un beau refrain en duo piano / chant. Ils ont osé et ça passe.
Une baffe vient se glisser contre notre joue quand même avec la chanson « Siege of Zelgian » qui bombarde sévère. Tout s’y prête. Du bon speed metal épique tonique et motivant. Le gros bon point de l’album.

Pour ce qui est de l’album général, le concept est plutôt bien structuré et bien pensé. Les chansons s’enchaînent avec aisance mais arrivés vers la fin, cela devient un poil difficile du fait qu’il n’y a rien de bien original quand même sur l’ensemble.
La rondelle se conclue sur la traditionnelle chanson quasi narrative annonçant la fin de la première bataille, mais pas de la guerre. Il est évident que je me jetterai avec curiosité sur la prochaine rondelle de ce combo pour voir son évolution, car force est de constater qu’ils ont les idées, la volonté et le tonus pour. Maintenant, il leur reste aussi à travailler sur l’enregistrement des instruments pour avoir un meilleur son encore, et par conséquent nous clouer le bec bien fort !

Track liste : Intro : Let the spell begin / Prime Evil / Underworld terror / Sandstorm / Terminal Day / Dark ritual (hear your master’s call) / Minstrel domain / Siege of Zelgian / Crossing the last gate / Let the harmony endure
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel de Magician
Vues : 4859 fois