Chronique

AMANDA PALMER - WHO KILLED AMANDA PALMER / Roadrunner Records 2008

Aux vues de la pochette je me suis dis que l’album serait plutôt orienté vers du gothique et par conséquent une ambiance bien sombre. Après lecture de la biographie, je m’apperçois que cette Amanda nous propose là son premier album solo. Solo ? Oui car elle officie dans The Dresden Dolls ; groupe établi sur la scène pop-rock international qui a 2 dvds et 3 albums à son actif.

Ca c’est dit. Maintenant l’album… un concept piano voix divisé en deux acts de 6 chansons chacuns. Au chant Amanda et au piano Ben Folds, plus tout une floppée d’invités tout au long de l’album allant des violoncellistes, en passant par des compositeurs et d’autres musiciens.

Présenter la musique sera ici une chose fort difficile et facile en même temps. Pour le côté facile, vous aurez en effet droit à une musique comme annoncée sous la forme d’un piano – chant agrémenté d’arrangements et d’orchestrations donnant plus d’ampleur à cet univers bien barré et très particulier qui reste en plus, bien structuré.

Par contre comment vous présenter exactement cette pièce musicale qui est tellement particulière et à des années lumières des standards qui nous sont proposés actuellement un peu partout sur les ondes ou à la télé. Une ambiance sombre, pesante et étrange qui peut plonger certains dans un univers complètement farfelu et rêveur, tout comme cela peut aussi en faire déprimer d’autres voire même les effrayés tellement cette ambiance très 50’s - 60’s se propage bien.

La production y est bien évidemment pour beaucoup car bien propre, permettant de distinguer tous les éléments farfelus de la composition, et par conséquent submerger l’auditeur. Juger et noter un tel album n’est donc pas tâche aisée, et la note mise ne sera pas à prendre au pied de la lettre vu l’aspect musical qui correspondra plus à mon avis à la mentalité de chacun et à ses désirs ou pulsions musicales plus ou moins farfelues et planantes.

Quoi qu’il en soit, la voix d’Amanda sera prenante et porteuse de sensations par ce timbre si particulier et raillé.
 
Critique : Lionel
Note : 6/10
Vues : 4837 fois