Chronique

EVERGREY - TORN / Spv 2008

Je dois bien avouer que j’attendais cet album avec une grande impatience, car de 1, je suis un grand admirateur de ce groupe et de 2, il sort après un ‘Monday morning apocalypse’ qui amorcait une évolution et qui marquait en quelque sorte le summum de leur carrière. Donc à quoi doit-on s’attendre avec ce ‘Torn’ qui voit l’arrivée dans ses rangs de Jari Kainulainen (Ex Stratovarius).

Quelques petites notes d’ambiance arrivent à nos oreilles puis les grosses guitares ruisselantes ne tardent pas à faire leur apparition. Première constatation, le son est plus lourd et puissant, une bonne nouvelle et puis elle arrive, The Voice, celle de Tom toujours aussi époustouflante et vibrante. « Broken wings » est donc ce premier titre qui nous fait dire putain que c’est bon !! Un gros métal comme le groupe nous le propose depuis 10 ans. Un mid tempo ultra efficace. Le sourire ornant mon visage, je m’apprête à écouter « Soaked », qui débute de façon bien sombre. Une nouvelle armada de grosses guitares et une voix mélancolique se développe le long des minutes nous prenant aux tripes. Encore une fois le groupe a frappé fort, en nous matérialisant son univers sombre et mélancolique en une musique communicative.
Et bien si quelqu’un avait peur que le groupe ne sache plus faire de bons albums ça paraît raté.
« Fear » débute de façon bien puissante. Lourd et lugubre le groupe montre un visage bien plus sombre que d’habitude et nous émeut lors d’un refrain somptueux. Rien que les premières minutes suffisent à nous faire comprendre qu’on a affaire à l’un des meilleurs titres des Suédois : Un must !! C’est tout retourné que j’attends « When kingdoms fall ». Cette fois-ci le groupe reprend l’esprit déjà rencontré dans le ‘Recreation day’. Toujours rien à reprocher tant il est bon de s’écouter ce métal mélancolique et puissant (pour moi l’un des meilleur combo actuel sans hésitation). A nouveau Tom est si vibrant, qu’il semble torturé par chaque phrase prononcée. Le cœur serré on se laisse baigner dans cet océan de noirceur si réel.
Un peu de révolte arrive avec « In confidence » qui a plus de rythme. Un titre fait pour le live avec encore un superbe refrain. Par contre il est vrai que le groupe n’a pas changé d’un iota, mais bon quand on aime parfois c’est mieux ainsi, même si parfois je dis le contraire. Début calme pour « Fail », on pense à la ballade de l’album et que nenni, le riff débarque et vous plombe votre impression. Une sorte de single comme on en trouve dans les albums précédents. Pas le titre le plus novateur mais la conviction du chant de Tom et le bienfait de cette musique nous fait oublier le reste. Qu’est-ce que c’est bon cette tristesse.
Gros riff malsain pour « Numb » qui devrait faire passer certains groupes lourdingues pour des blaireaux. Evergrey marque à nouveau son empreinte dans le monde du métal et prouve qu’ils sont d’excellents compositeurs. A noter aussi la multiplication des solos tout en émotions de la paire Tom S Englund / Henrik Danhage. La title track arrive, et on ne change pas de rythme, toujours pas de ballade en vu, non encore un mid tempo lourd et rageur. « Torn » apporte son lot d’acoustique dans ses couplets puis le métal revient pour les refrains histoire de bien contraster.
Toujours pas de changement avec « Nothing is erased ». Alors même si le groupe est excellent j’avoue qu’un peu de changement de rythme aurait été le bienvenu. Surtout que l’on reste dans un esprit déjà connu et donc ça commence à sentir le réchauffé. Grosse intro à la basse (quel formidable bassiste ce Jari) pour un impressionnant « Still walk alone ». Un condensé de ce que sait faire de mieux Evergrey. Lourd, malsain, sombre, torturé, un must qui ne laissera indifférent personne ! Le deuxième hit de cette galette.
On termine par un « These scars » qui n’est toujours pas une ballade (et oui il y en a pas !), mais bel et bien un dernier rempart de métal gothico, progro… je ne sais même plus tout ce que j’ai pu entendre pour qualifier la musique des Suédois. Un super titre remuant qui devrait faire un effet bœuf en live, car taillé dans du sur mesure pour celle ci. Une fin représentative du reste de l’album : énormissime !!

Conclusion : Evergrey répond la tête haute à toutes les attentes avec cet album. Un nouveau condensé d’hymne sombre et puissant à se mettre entre les esgourdes. Alors même si le groupe reste dans son univers et qu’il n’apporte pas de nouveauté (il l’a fait avant et voilà comme certains l’ont reçu, toujours la même chanson), il a su garder ce qui fait sa force avec un talent intact. A savourer sans retenu et un grand merci pour cette offrande ténébreuse.
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site officiel d'Evergrey
Vues : 4885 fois