Chronique

GIRLSCHOOL - LEGACY / Spv 2008

Bon anniversaire !! Et oui cette année les filles les plus rock’n’roll d’Angleterre fêtent leur 30 ans de carrière !! Et que de chemin parcouru depuis 1978. Aujourd’hui c’est en chansons avec une pointe d’émotion après la tragique disparition de Kelly Johnson (en juillet 2007), que Girlschool, va nous fêter tout ça avec une pléiade d’invités tous prestigieux !

Un « Everything’s the same » dans la pure tradition de l’école de filles débute notre fête. Ce rock’n’roll graisseux proche de Motorhead, apporte son lot de bonnes sensations, et prouve que même après 30 ans la fraîcheur fait encore partie de leur force. A noter la participation particulière de Kelly Johnson grâce à ses cendres (si ça c’est pas rock’n’roll !?). Avec « From the other side » le mot rock’n’roll prend toute sa dimension ! Un vrai, un pur qui te donne qu’une envie, d’éclater. Par contre « I spy » est un lourd mid tempo plombé, aux relents Black Sabbath. D’ailleurs en bonus ce titre est joué par pas moins que Tony Iommy et Ronnie James Dio, la classe quoi !!
Après du lourd voici du festif : « Spend, spend, spend » qui voit Jay Jay French (Twisted Sister) se gratter le manche ! Un titre fédérateur qui plaira au plus grand nombre.
« Whole new world » et son groove d’enfer prennent suite. Un titre plus moderne étonnant mais pas mauvais. Plus conventionnel sans perdre son charme « Just another day », redonne cet esprit punk rock des 80’s qui parfois manque dans ce monde de perfection.
« Legend » en hommage à Kelly, ne fait pas dans le cul-cul mielleux, mais bien dans le rock gras et inspiré. Le refrain mélodique est terrible (R.I.P Kelly). « Still waters » est un poil moins bien, un peu trop convenue, mais au moins elle déménage. Par contre là on a affaire à du très lourd avec la « Metropolis » de la légende Motorhead. C’est toujours quelque chose d’écouter les paroles de Lemmy chantées par une fille ! A noter la participation de Fast Eddy Clarke l’ex cogneur maison.
« Don’t mess around » speede tel un asticot sous acide. Un rock sauvage et remuant avec un Eddie Ojeda (Twisted Sister) en soliste de fortune. Rock me baby !! “Zeitgeist”, reprend le heavy rock entre Sabbath et Motorhead. Là encore un peu moins bien, mais bon, on ne réussit pas à tous les coups, mais un nerveux « Don’t talk to me » remet les choses en place avec la prestation d’un Lemmy égal à lui même et toujours si vénéneux !!
Voici le « I spy » avec Tony et Ronnie, et bien que dire, si ce n’est : transcendantalisme ! La voix de Dio étant si, enfin si, bandante, exquise, qu’il dépasse toute version originale.
Deux petites surprises en cette fin d’album remplie jusqu’à la gueule, avec « Emergency » et « London ». Deux vieux titres remis au goût du jour, qui n’ont rien perdu de leur jeunesse.

Conclusion : voici un véritable album de rock à l’ancienne comme peu de combos savent nous les proposer. Un cadeau d’anniversaire fort réussit, qui prouve que finalement ces gens là ne vieillissent jamais.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 4838 fois