Interview

FAIRYLAND (2009) - Philippe Giordana (clavier)

Cela faisait un bon moment déjà que je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer Philippe Giordana (1an et demi). Lors de notre dernière rencontre on avait parlé du second album du groupe (Fall Of An Empire) que j’avais trouvé très décevant au niveau du chant. Aussi c’était avec appréhension que j’attendais le nouvel opus du groupe : Score To A New Beginning. L’album reçu, et une bonne baffe dans la face encaissée, l’équipe des Seigneursdumetal s’est décidé de convier à notre nouvelle soirée Fight The Night vol.4 (cf compte rendu) Philippe à fin de promouvoir le nouvel album entre autre.
Un bon album, la présence de Philippe, une interview s’impose alors autour d’une bonne bière chacun.

Depuis le second opus du groupe, il y a eu un gros changement au niveau du groupe. Que s’est-il passé entre le deuxième et le troisième (et donc nouvel) album ?


On a sorti l’album en novembre 2006 pour l’Europe, ça nous a permit de décrocher une tournée en Europe avec Kamelot (tête d’affiche) et Leave’s eyes en avril 2007. La tournée était prévue au début pour 30 dates, mais elle s’est vue réduite à 10 dates pour nous car le tourneur n’avait pas besoin d’un troisième groupe sur le reste de la tournée. A la fin de ces dates, on a joué trois fois en France. Puis au mois de juillet, tout le monde a décidé de quitter le groupe pour créer leur propre projet et cela ne s’est pas très bien passé. On a des problèmes comme par exemple avec leur manager qui nous a demandé à ce que les noms des musiciens soient supprimés de tout ce qui avait un rapport entre eux et Fairyland ; sur le Myspace ou sur le site officiel. Tout ça pour au final faire la promotion de leur nouveau groupe en utilisant le nom de Fairyland. J’ai eu beaucoup de rancune et j’en ai eu assez de ce concept de line-up. Aussi je suis parti dans l’aventure en travaillant seul au niveau de la composition, en ayant après des invités avec qui j’ai envie de jouer pour interpréter les morceaux.

Mais la séparation avec les autres membres s’est quand même faite en deux parties. Dans un premier temps Piwee (le batteur) et ensuite les autres.

Piwee a fait la tournée avec Kamelot au sein de Fairyland, et pendant la tournée on a appris que Fairyland ne lui plaisait pas plus que ça et qu’il faisait ça principalement pour la notoriété et aussi l’argent. Niveau argent on lui a dit que ça allait être tendu car on ne s’appelle pas Metallica ou Iron Maiden. A un moment il a fallu prendre une décision car jouer sans prendre plaisir à jouer les morceaux il n’y avait pas d’intérêts à continuer surtout qu’on avait Vincent à côté, qui était jeune, très motivé et qui a un très bon niveau aussi ; qui voulait absolument jouer dans Fairyland. On a fait l’échange en très bonne entente, Piwee étant tout à fait d’accord, il a été content d’avoir été sur l’album ce qui lui a permis d’étendre son CV. Par la suite, Vincent a suivi les autres dans leur projet dont je ne donnerai pas le nom…

Ils n’ont rien sortit depuis ce temps il me semble ?!

Oui. Vincent est parti tout simplement car à la base c’est le batteur de ce projet et que c’est Anthony qui l’avait proposé à Fairyland. Mais je n’ai aucune rancune envers Vincent.

Tu as parlé d’invités. Certains ont été annoncés et n’ont pas pu être sur l’album, comme par exemple Elisa C.Martin (chanteuse du premier album de Fairyland), et autre surprise : il y a le retour de Willdric Lievin (co-fondateur du groupe).

Pour Elisa, la collaboration ne s’est malheureusement pas faite parce qu’au dernier moment, quand il a fallu enregistrer les parties chant elle m’a annoncé qu’elle était entrée dans un nouveau groupe ; ce qui est super pour les fans d’Elisa – j’attends de voir ce que ça donne ; Du coup au niveau du planning ce n’était pas compatible et c’est un de mes regrets sur l’album. Mais ça sera vite rattrapé !
Pour ce qui est de Willdric on a eu des soucis avec le premier album, principalement au niveau de l’aspect financier pour le groupe, et Willdric s’occuper de ça. Il y a eu des zones de flou qu’on n’a jamais pu distiller. Au niveau professionnel il était impossible de travailler avec lui si on partait du principe que c’est lui qui gérait les choses. Après entre copains on ne s’est pas parlé pendant un an, mais c’est quand même un mec sympa, et le nouvel album arrivant – qu’il reste un bon batteur et qu’il a aussi son propre studio – cela reste assez pratique. Je lui ai demandé s’il voulait rejouer dans le groupe et il a accepté. Cette fois-ci la collaboration s’est très bien passée.

C’est le troisième album du groupe, et il vient conclure la Trilogie d’Oshyria. Que se passet-il en gros dans ce volet ?

Au début du second volet, les armées de la Lumière se faisaient complètement massacrer et que le peuple d’Oshyria était réduit en esclavage. Doryian a été plongé dans un sommeil un peu comme une malédiction pendant 500 ans. Au milieu de l’album il se réveille et part en croisade pour libérer les escalves.
Au début du troisième volet, une partie des esclaves sont libérés et les armées qui étaient cachées dans la montagne blanche rejoignent Doryian. L’ensemble se met en route vers Duna pour libérer les autres esclaves pour faire front et attaquer Cenos… la fin de l’album dit s’ils gagnent, ou s’ils perdent !

Au niveau de la pochette qui est une nouvelle fois très belle, c’est toujours Genzo (qui a réalisée la pochette du Fall Of An Empire(FOAE)) qui est aux commandes. Comment l’as-tu rencontré / contacté ?!

J’ai découvert Genzo sur Internet en faisant des recherches sur les morceaux du premier album et je suis tombé sur un dessin qui s’appelait Ride With The Sun qui est un titre d’une des chansons du premier album. C’était juste un croquis d’une femme en armure brandissant une épée. J’ai adoré et du coup je l’ai contacté pour savoir si ça l’intéressé de faire un essai pour la pochette du deuxième album. Il a été surpris que je le contacte directement car c’est un grand fan du groupe et bien évidemment il a accepté. Il m’a proposé le croquis de la pochette du FOAE que j’ai trouvé hallucinant et on a commencé à travailler ensemble comme ça.

Au niveau des invités, il y a deux noms qui se démarquent principalement : Georg Nehauser de Serenity et Olivier Lapauze (Heavenly). Pourquoi ce choix pour ces deux là ? Après on parlera des autres…

Pour Georg c’est tout simple. Au moment où on faisant l’annonce du départ des autres membres via notre label Napalm Records, Serenity venait tout juste de signer chez eux pour leur premier album. Et spontanément Georg m’a envoyer un mail pour me proposer ses services si il y en avait besoin ; ce que j’ai trouvé très gentil de sa part. Et il ne m’a fallu écouter qu’un morceau de leur groupe pour écouter la voix qu’il avait et ça m’a suffit (ndlr : petit rire de Philippe)

C’est clair !

Pour Olive c’est aussi tout simple. On est potes depuis pas mal de temps, on s’est connu sur la tournée avec Sonata Arctica en 2003. Il devait à l’origine être guitariste live de Fairyland mais quand Ben (Sotto) m’a demandé si je ne connaissais pas un guitariste pour Heavenly je lui ai proposé Olivier. Maintenant il fait parti de Heavenly. Du coup je l’ai appelé pour savoir s’il voulait faire un solo sur l’album et il a accepté de suite. Il m’a envoyé un sample audio et j’ai été agréablement surpris comme d’habitude. C’est un des solos les plus techniques de l’album et j’en suis très content.

Technique mais court quand même !

Oui mais technique (rires)

Pour le trouver il a fallu chercher quand même !

Il faut savoir où il est…

Il est juste après le bon solo clavier à trois minutes de la fin sur le titre éponyme Score To A New Beginning.
Pour les autres invités, il y a une petite coïncidence sympa car quelques uns des principaux invités sont du groupe italien Pathosray et ils sortent leur nouvel album fin mai via Frontiers Records. Comment les as-tu rencontrés ?


C’est vrai que ces coïncidences sont intéressantes pour les deux groupes, et cela permettra aussi de découvrir Pathosray à un plus large public, et inversement aussi. Pourquoi eux ? Et bien tout simplement parce qu’ils sont sous le même management que Fairyland (Intromental), et lorsqu’il y a eu le clash lors du deuxième album, le responsable d’Intromental m’a dit qu’il venait de signer un groupe et que le chanteur conviendrait parfaitement à Fairyland. Il m’a dit écoute et si ça te plait tu les contacte. J’ai écouté, effectivement c’était monstrueux et j’ai contacté le groupe (Fabio - basse). On un peu discuté et il était très enthousiaste pour la participation de Marco (chant) et il m’a dit que si j’avais besoin d’un bassiste, il se portait volontaire ! Comme je voulais avoir un son homogène sur l’album et que la structure de la basse, la batterie et la guitare rythmique soit identique sur tout l’album – au niveau du touché etc – Comme c’est un très bon bassiste je lui ai proposé le poste.

Pour ma part et tu l’a peut être lu dans ma chronique, cet album fait office de musique de film autant pour sa structure au niveau des titres, qu’avec la pochette, ou encore avec des chansons comme Score To a New Beginning qui pourrait se placer dans des films de fantaisie. D’ailleurs l’album se situe entre la B.O de Conan le Barbare et celle du Seigneur Des Anneaux.

Avec le premier album j’avais essayé de donner une dynamique de cinéma avec une overdose de narrations et d’interludes – ça plait ou pas. Sur le second album c’est principalement axé sur les interludes. Sur le nouvel album j’ai voulu quelque chose de plus fluide à fin de donner l’impression qu’on regarde un film avec justement le premier titre qui s’intitule Opening Credits où l’on pourrait imaginer le logo d’un grand studio hollywoodien et les noms des stars du film avec les noms qui défilent. Le End Credits avec le super chant de Flora qui fait bien générique de fin de film. J’ai voulu faire quelque chose d’homogène. Certains vont dire qu’il y a des mélodies qui se répètent sur l’album, mais c’est un peu le but. Il faut qu’il y ai des rappels comme dans une B.O de film.

Pourquoi avoir choisi la chanson Master of the Waves pour présenter l’album au public ? C’est ton choix ?

A l’origine j’avais demandé à ce qu’ils utilisent le titre Godsent car c’est un morceau assez rapide et tenu, puis il rappelle un petit peu les albums précédents. Le label et le management ont pensé que Master Of the Waves serait plus efficace car il y a une alternance chant masculin et chant féminin, le refrain est un peu plus simple à comprendre etc. Ca a été plus leur choix que le mien mais écoute ; ça à l’air de fonctionner !

Ce soir tu es dans le fief du webzine à Arles, pour notre soirée Metal et pour promouvoir ton nouvel album. On va dire que l’on a une exclusivité nationale car il y a eu quelques déboires au niveau de la distribution dans l’hexagone. Merci d’être venu. Quel est ton ressentit sur la soirée à venir ?

Tout d’abord merci de me recevoir, c’est bien gentil. Je n’ai aucune idée… (rires). Je ne sais pas si dans les personnes qui seront présentes certaines connaîtrons Fairyland. Je pense que ça devrait bien se passer et que des personnes connaîtrons le groupe (ndlr : ce fût le cas !) histoire de discuter et boire un coup avec eux, répondre à leurs questions.

Merci pour cette interview. Tu peux la conclure si tu veux (rires) !

Merci à Seigneursdumetal pour l’interview et aussi pour la soirée. J’espère que ça sera sympa, mais d’ici la translation la soirée sera passée donc vous aurez le compte rendu (rires). Et si l’album vous plaît, n’hésitez pas à l’acheter et j’espère vous voir lors d’une tournée. Merci !
 
Critique : Lionel
Vues : 1882 fois