Interview

HACRIDE - HELLFEST 2009 - Benoist Danneville – Basse et Olivier Laffond - Batterie

ITW réalisé dans les calmes bureaux d'interview (le groupe ADX foutait un bordel pas possible !!) mis à disposition par le HellFest le dimanche 21 juin 2009, avec Benoist Danneville – Basse et Olivier Laffond – Batterie vers les 14h30, l'heure de l'apéro !!

Tout d'abord bonjour messieurs et merci de m'accorder cette interview que j'attendais avec impatience !!

BD, OL : Mais merci à toi

Ce qui m'a marqué d'entrée de jeu sur votre musique, c'est la mise en avant des ambiances et des atmosphères au détriment de passages purement techniques, comment en êtes vous arrivés-la ?

BD : nous venons d'horizons différents, Olive vient plus du Jazz, pour ma part je viens du Black, du Death et le but est d'essayer de faire parler chacun afin d'en écouler la substantifique moelle !!

OL : on n'essaye pas de surenchérir sur la technicité musicale actuelle !!

Qui compose chez vous ?

BD, OL (les deux en même temps…) : c'est Adrien (guitares) !!

BD : il compose tout chez lui dans son home studio, avec boites à rythmes mais sans parties vocales et il essaye de peaufiner au mieux ses titres afin de nous les faire écouter. Une fois cela fait, nous apposons nos remarques et commence alors le boulot d'arrangement. Ensuite, nous nous mettons tous d'accord, sur les morceaux à bosser et enfin nous prenons les instruments pour donner vie au morceau, avec toujours la possibilité de les ré-arranger ! Mais nous bossons principalement aidés de l'informatique.

Cela fait combien de temps que vous vous connaissez ?

OL : holà !! nous, 8 ou 10 ans, quelque chose comme çà !! Et Adrien depuis la maternelle…

Comment c'est passé votre première signature chez Listenable qui marque le vrai début de la carrière d'HACRIDE ?

BD : En fait, on a enregistré Deviant Current Signal avec Franck notre ingé son live, on l'a sorti, puis envoyé chez listenable, mais obtenu aucune réponse. Pourtant un label canadien nous a contacté, mais aucun accords fut trouvé et c'est alors que Listenable nous a contacté presque à point nommé !!! Et cela fait 3 albums maintenant !!

Parlons un peu du show qui s'est déroulé ce matin à 11h00 dans la tente RockHard. Comment se fait-il que Sam votre chanteur a annoncé plutôt solennellement que c'était la dernière ?

BD : Et bien en ayant une demi-heure de show, notre dernier titre fait plus de quinze minutes (…)

AaaaaaH putain d'accord, non, j'avais cru comprendre que c'était sa dernière scène ou quelque chose comme ça (rires), il m'a bien fait peur !!!! (rires)

OL : oui en effet t'es pas le seul à qui ça a fait ça !!! A la sortie de scène, il y a une personne qui nous a fait la meme réflexion… !

Ah, vous me rassurez !!! Alors justement parlons un peu de la setlist, surtout basée sur la dernière sortie, Lazarus. J'ai trouvé ça vachement couillu de placer "To walk among them", le morceau d'intro qui pèse pas moins de quinze minutes, pourquoi ce choix sur l'album ?

BD : c'est la première chanson qu'Adrien a composée après "Amoeba", le deuxième album, et il voulait tenter l'expérience de composer un titre progressif. Il ne voulait pas se donner de limites, et pour te dire, à la base ce morceau était meme plus long !! On a préféré le raccourcir quand meme un peu. Et dans l'esprit, on adhère complètement à l'état d'esprit "prise de risque" et de ne pas s'enfermer dans les "étiquettes" bien de chez nous !!

Avec Adrien, on s'est vachement basé sur le temps d'écoute et non pas sur le temps réel d'un morceau. C'est à dire qu'il y a des morceaux de 3 minutes ou tu peux vite te faire chier et on a voulu essayer de rendre ce morceau le plus "surprenant" possible pour ne pas gaver l'auditoire, meme au bout d'un quart d'heure.

C'est pour cela que vous le jouez en live ?

BD : oui on essaye de donner de l'émotion dans les morceaux et notamment celui-là.

OL : On ne veut pas a tout prix faire bouger les gens, mais plutôt les faire "rentrer dans autre chose", comme un peu un film, un voyage.

Comment se passe la tournée dans l'ensemble ?

BD : Là, pour l'instant, on a privilégié les "fest", quelques dates en France, l'Allemagne dont on a reçu un accueil fort chaleureux, la Belgique, la hollande, tout en continuant de défendre le dernier album.

OL : peut-être un clip entre deux dates de la tournée (My enemy), c'est un pote à nous qui va faire cela. C'est la meme personne qui nous fait le teaser du nouvel album et le clip de "Perturbed".

Ca fait travailler des gens HACRIDE ?

BD : oui, oui, dans notre région, nous avons été toujours en famille, on a la chance aussi d'être à Poitiers et d'avoir des gens très compétents la-bas, comme notre ingé-son, ingé-lights, des technos backline qui restent pour la plupart de très bons potes. Nous sommes en train de construire une structure le plus stable possible mais ça ne se fait pas en 1 jour !!

Revenons à la musique et plus sur les parties de batterie, comment gères-tu cela Olivier ?

OL : étant donné qu'Adrien, aidé de Marco Casanova, compose 95 % des titres, j'essaye de ne pas écouter les parties déjà programmées pour ne pas être trop influencé, et par la suite je pose mes directions. Possédant beaucoup de cymbales, mon jeu est plus aérien, ce qui accentue l'aspect atmosphérique d'HACRIDE.

A propos des paroles, qui s'en occupe ?

OL : c'est Sam, principalement qui s'en occupe, et il est parti dans un trip de concept album, avec une histoire chapitrée par les titres de l'album. Cela parle du syndrome de Lazare. Suite à une mort clinique, la personne qui se réveille trouve sa vision altérée des choses qui l'entourent.

BD : cela ramène à toutes les craintes de l'être humains, tous ces moments de doutes qui font la vie.

OL : mais ce sera juste une tentative pour HACRIDE, car nous essayons de toujours se remettre en questions, pas faire 2 fois le meme album et surtout se surprendre nous meme !!! Comme la reprise d'un morceau de flamenco sur le deuxième album, on aime se faire peur !!

Et bien merci les gars et surtout très bonne continuation pour vous et à bientôt !!

Merci a toi !!
 
Critique :
Vues : 1741 fois