Interview

FREEDOM CALL (2010) - Chris Bay (chant - compositeur)

C’est dans une ambiance plus que détendue que Chris Bay, le meneur de Freedom Call, me convie à faire cet entretient avec lui lors de leur passage en concert à Paris ce mercredi 10 février ; Un concert qui a lieu juste une semaine après la sortie de leur monstrueux album LEGEND OF THE SHADOWKING.

Tout d’abord nous allons faire un retour en arrière et parler de l’album CIRCLE OF LIFE. Il semble qu’une grande partie de vos fans ont été un peu déçu par cet album ; comme moi d’ailleurs. Un album différent musicalement, qui vous a fait faire un faux pas dans le business de la musique, niveau ventes, tournées etc. Que penses-tu de cet album maintenant ?


En fait on se calcule jamais la direction que va prendre l’album avant d’avoir attaqué sa composition. Un album est le résultat des émotions que tu as au moment de l’écriture des chansons. Par exemple pour l’album Circle of Life ont été plus dans une envie d’avoir un côté groove dans la musique. Bien évidemment tu peux tout prévoir et te dire ok, Freedom Call c’est du Happy Metal avec des rythmiques rapides. Je peux te faire en deux jours dix titres avec de superbes mélodies mais je ne serai pas honnête avec moi-même. La musique dépend de mes émotions et les fans sont plus intéressés par ce que le groupe ressent, et je pense qu’il est plus important pour Freedom Call de montrer à ses fans ce que le groupe ressent à travers sa musique. Et la raison pour laquelle nous ne tournons plus en tête d’affiche est qu’une tournée comme ça coûte très cher. Il y a la location des bus, du matériel, le personnel etc. et nous n’avons pas un tel budget. On a aussi besoin du soutient des promoteurs et ce dans chaque pays. Une tournée comme celle-ci avec Gamma Ray est un pas en avant pour le groupe. Et si tout se passe bien nous partirons en tournée en tête d’affiche cet automne et j’espère que beaucoup de promoteurs nous prendrons pour que Freedom Call puisse faire une grosse tournée à travers toute l’Europe.

Avec l’album Dimensions, vous avez eu un nouveau départ avec un retour aux sources au niveau musical, un nouveau line-up ; une suite logique à l’album Eternity. Que penses-tu des retombées de cet album ?

Oui, j’entends ce type de question régulièrement.

Ah, excuse-moi…

Non, non. Pas de soucis. Il y a une raison à tout ça. Pour moi en temps que musicien et créateur de ces albums, il est difficile de comparer mon travail actuel à mes précédents travaux. Beaucoup de gens compare les albums en disant, oh celui là ressemble plus à Eternity ou Stairway to Heaven… (rires) Ah non, ça ce n’est pas moi, c’est Stairway to fairyland. Je ne peux pas faire ça. Pour moi chaque album est particulier car j’y mets toute mon énergie et toutes mes émotions à chaque fois donc c’est très spécial pour moi personnellement. Mais pour les fans ou les médias, ils veulent toujours comparer et je ne peux pas le faire, je ne suis pas d’accord avec ça. J’aime tous les albums de Freedom Call parce qu’ils représentent une partie de ma vie. Et pourquoi les fans et les journalistes se doivent de comparer, je n’en ai aucune idée. Car chaque album est indépendant des autres. Je pense que la chose la plus importante est de faire ce que tu veux faire comme style de musique et de ne pas changer de direction parce que la par contre tu peux décevoir les fans. Et pour ce qui est de Freedom Call je pense que le nouvel album LEGEND OF THE SHADOWKING est la logique continuité du travail du groupe.

Pour moi cet album est certainement le meilleur album que vous tu ai fait à ce jour !

Merci beaucoup

Maintenant parlons un peu de ce concept. Niveau musical il y a toujours ce côté joyeux, mais aussi le côté plus heavy de Circle of Life. Pour moi c’est vraiment énorme, un vrai chef d’œuvre, on pourrait en faire un opéra metal. Pourquoi as-tu choisi ce concept là ?

Merci du compliment. Je ne pense pas qu’au début on avait prévu de faire un album conceptuel. Le premier titre sur lequel nous avons travaillé n’avait pas vraiment de nom. C’était juste une face-B, juste pour le plaisir. C’était King Ludwig. Et quand on a commencé à s’approcher un peu plus de ce personnage on s’est dit qu’il serait intéressant de faire un album conceptuel ou de raconter l’histoire du Roi Lugwig II de Bavière, c'est-à-dire de là où je vis. Et beaucoup de groupes retournent au moyen âge pour raconter des histoires de dragons, de chevaliers ou d’elfes. Puis on s’est rendu compte que l’histoire de notre propre ville était juste là. On n’avait qu’à la saisir, et c’est ce qu’on a fait. Aussi tous les membres du groupe sont allés se renseigner sur l’histoire de ce Roi, on est allé visiter le château de Hohenschwangau, et on s’est rendu compte de la fin tragique de sa vie car il s’est suicidé dans un lac tout proche de Munich. Après on a cherché plus de détails sur sa vie, son histoire dans les livres et on s’est rendu compte qu’il était vraiment intéressant. Il était une sorte de Rock ‘n Roller ou heavy metaler il y a de cela 110 ans. Il était un peu fou comme gars. Il ne s’intéressait pas à la politique, et je ne pense pas que ce soit la meilleure chose pour un roi (rires). Il avait des idées vraiment folles. Il a dépensé des millions de Marks pour faire construire des monuments, des châteaux. Il a aussi donné beaucoup d’argent à Richard Wagner, le compositeur ; il le soutenait puis à côté de ça il se moquait totalement de la politique. Il ne voulait pas partir en guerre car cela ne l’intéressait pas… Il préférait dépenser son argent pour tout ce qui se rapprochait de la culture. Un vrai Rock ‘n Roller. Et toutes ces choses ont fait que l’on s’est vraiment intéressé à lui pour créer les chansons. Et c’est pourquoi certaines chansons sont un peu différentes des autres ce qui donne à Freedom Call un nouveau visage avec des sons plus sombres et plus mélancoliques comme par exemple avec Dark Obsessions, The Darkness ou Under The Spell Of The Moon. Et cela me fait plaisir car le groupe ouvre ainsi son domaine musical, pour la scène, surtout pour les concerts en tête d’affiche. Cela va enrichir notre set.

C’est sur. En plus il m’est difficile de dire quelle chanson est mieux que l’autre sur cet album. Ce n’est vraiment pas facile du fait de la variété des styles musicaux de cet album. Sur les autres c’était un peu plus facile. Je dirai peut être Remember ! A côté de ça j’ai une question sur une chanson, la plus courte, qui pour moi est comme une chanson de Queen. C’est Merlin – Requiem. Tu peux m’en dire plus ?

J’ai écrit cette chanson Merlin et à la base c’était le début de la chanson, juste avant la montée et l’accélération du tempo. Au début ce n’était qu’une seule et même chanson (ndlr : avec Merlin – Legend of the past). Après je me suis dit que ça serait mieux que les deux parties soient séparées. Elles ont les mêmes lignes au niveau du chorus, mais les émotions sont complètement différentes. Une partie est très joyeuse et l’autre plutôt mélancolique. C’est pourquoi nous avons coupé cette chanson en deux parties. Et la comparaison avec Queen est un compliment. Queen est un des plus grand groupes que nous ayons eu, et je pense que ce n’est pas une honte que de prendre inspiration dans des groupes comme Queen. C’est une dédicace et un hommage à leur travail. J’adore vraiment cette chanson mais c’est juste une ballade qui donne à l’album une atmosphère spéciale.

Il y a une autre chose qui m’a marqué sur cet album, et c’est au niveau de la pochette. Fini le côté joyeux et comics. Place au côté moderne et sombre. Pourquoi ce choix ?

Il y a tout qui y fait. La musique, les paroles, le concept ; Tout ça se rejoins et dans la vie du roi Ludwig il y a eu des moments tragiques et des moments joyeux car il était vraiment fou et cela aurait était vraiment inauthentique si on avait utilisé une pochette plus joyeuse. Il y a eu des moments sombres dans sa vie et on se devait de montrer aux gens cet esprit là avec la pochette, qui décrit la vie du roi Lugwig II. Cela montre aussi que Freedom Call est en vie et que le groupe évolue constamment, qu’il se développe. Nous sommes des êtres humains et chaque année est différente dans notre vie. Il y a des années où tu seras content parce que les choses iront bien, tu auras de bonnes nouvelles avec ta copine, au boulot, avec la famille etc. Et d’autres années tu as envie de changer certaines choses parce que tu ne te sens pas bien. Tes vêtements changent, ta mentalité change et dans mon cas, la musique change.

Maintenant vous tournez avec Gamma Ray et la première chose qui m’ai venue à la tête c’est : est-ce que Dan va jouer avec les deux groupes ? Car ça serait une performance incroyable !

L’idée de partir en tournée avec Gamma Ray existe depuis longtemps maintenant. Depuis le début je pense même. Et c’est la raison pour laquelle ca n’est jamais arrivé car Dan ne peux pas jouer deux fois le même soir. Il le pourrait en jouant de temps à autre mais cela ne serait pas cool pour la production qu’un batteur jour dans deux groupes en même temps. Aussi nous avons décidé que Klaus (ex-Primal Fear) jouerait avec Freedom Call pour cette tournée, ce qui a rendu possible le fait d’avoir cette tournée Freedom Call et Gamma Ray. Après la dernière tournée l’année dernière de Helloween et Gamma Ray (ndlr : quelle tournée !), c’est une nouvelle dream team pour les fans de melodic power metal.

Merci bien
 
Critique : Lionel
Vues : 1864 fois