Interview

MORTON (2012) - Max Morton (Chant)

MORTON figure parmi les 10 groupes que j'ai nommé comme ayant sorti un très bon album au cours de l'année 2011. Cette interview est l'occasion de vous faire découvrir la personnalité de son leader et les projets à venir de ce groupe.


Au commencement, MORTON n’était pas un groupe, peux-tu m’expliquer comment est née cette aventure musicale ?

Oui, MORTON était fondé comme un side-project, avec moi comme seul membre. C’était début 2010, quand j’ai enregistré notre EP. Mais très vite, ce projet s’est transformé en un véritable groupe. J’ai sentis que je devais jouer ces chansons en live, j’ai rassemblé un line-up and c’est arrivé, j’ai trouvé un batteur et un guitariste, en un clin d’œil. À l'époque, j'étais chanteur et guitariste, dès que nous avons trouvé le bassiste, MORTON n'était plus un projet.
Plus tard, fin 2010, j’ai décidé de sacrifier la guitare pour me consacrer au chant. Maintenant je réalise que c’était la meilleure décision. Nous sommes encore au début de « aventure musicale » et je trouve que c’est incroyable.


Comment avez-vous débuté dans la musique ? Quels sont les groupes qui t’on donnés envie de créer ta propre musique ?

Je pense que je devais avoir 12 ans quand la musique rock s’est développé en moi et m’a motive à devenir un musicien. Mon premier intérêt pour la musique était inconscient et est apparu bien plus tôt quand j’avais environs 3 ou 4 ans. Etant enfant, je n’avais pas compris que cet engouement pourrait se transformer en quelque chose de grand.
Parler d’influences… dans mon enfance, j’adorais les Beatles et ABBA, j’ai souvent écouté l’album de Rick Wakeman, “Journey to the Center of the Earth”. Plus tard, durant mon adolescence, j’étais un grand fan de hard classique et de prog-rock. Deep Purple, Led Zeppelin, Grand Funk Railroad, YES, Jethro Tull, Pink Floyd, King Crimson. Un peu après, j’ai découvert le metal et c’est devenu ma principale obsession. Judas Priest, Saxon et Black Sabbath dans les années 80 (je suis un très grand fan de la voix de Dio et de Tony Martin) sont mes groupes favoris. Actuellement, j’adore l’extrême metal et d’autres sous genres.
Je pense que c’est intéressant d’être à travers les décennies du développement de la musique rock. Si tu fais attention à cela, tu comprendras pourquoi un certain style de sons est comme ça, comment les évolutions transforment le rock classique – l’ère du vinyle, les cassettes, les tubes, la télévision en noire et blanc – en du moderne « derrière le metal » des genres extrêmes – où nous avons des ipods, des pistes audio, des ressources internet.


Qu'est-ce qui vous a aidé plus de votre carrière jusqu'à présent: les connexions ou votre talent?

Ce serait assez arrogant de dire le “talent”, alors je ne vais pas affirmer cela  Rien ne peut arriver si tu es un introverti doué ou si tu es un extraverti peu doués – tu dois être tous à la fois professionnels et communicatif.
Mon opinion est que si tu aimes ton travail et sit u travailles dur, tu atteindras tes objectifs.


Quelle est la storyline de cet album ?

Chaque chanson a sa propre intrigue, et ensemble, elles façonnent l’ambiance de l’album. Un concept d’album est similaire à un livre de conte, ils ont un point en commun mais ce ne sont pas des nouvelles c’est une collection d’histoires. Quelquefois mystiques, quelquefois effrayantes.


Peux-tu raconter aux lecteurs comment t’en es arrivé à signer avec un label japonais label ? Des projets pour jouer dans ce pays ?

C’était notre première chance, et nous sommes parvenus à l’utiliser. Peu de temps après avoir l’enregistrement de notre première vidéo, “Sleeping King” hébergée sur YouTube, j’ai reçu une proposition d’une maison de disque japonaise, le label, Spinning. A ce moment, je travaillais encore sur l’album, j’ai d’abord du le finir avant de signer quoique ce soit. Cela a prit quelques mois, merci à Spinning pour sa patience ! Tu te rappelles probablement de l’horrible tremblement de terre et les autres désastres qu’a connu le Japon en 2011. Ils sont vraiment une nation héroïque, le tremblement de terre n’a pas arrêté Spinning pour la signature d’un nouvel arrivant d’Ukraine avec leur premier album.
Je pense que tourner au Japon est un achèvement pour chaque groupe. Nous allons certainement le faire à l’avenir mais il n’y a pas d’information exacte pour le moment.


Poser cette question permet d’avoir l’opinion la plus fidèle de la part des musiciens sur leur propre album. Quels sont les trois mots que tu utiliserais pour décrire Come Read The Words Forbidden?

En rassemblement de toute ma fidélité:)…
1) Honnête ; 2) Epique ; 3) Metal


J’aime le style très sombre de la couverture… peux-tu m’en dire plus à ce sujet ?

L’auteur est le grand artiste américain, Peter Mohrbacher. J’ai accidentellement trouvé sa page Deviantart et je ne pouvais détacher mes yeux de ces œuvres. La peinture s’appelle Azrael. Peter a gentiment accepter de collaborer et il nous l’a vendu. Sous son influence, j’ai même renommé une des chansons qui est devenue : “Azrael”.


A quoi peut s’attendre ton public avec ce nouvel album ?

Je dirais une large palette de musique metal écrites avec sincérité :). Je déteste le classement parmi les meilleures pistes, et à mon avis, il n’y en a aucune. Il y a assez de vibration d’un heavy classique, et à la fois, je peux décrire cet album comme un moderne heavy/power metal. Il y a assez d’obscurité (Weeping Bell) et assez de lumière (Eaglemark).


Quels sont les thèmes explorés à travers les paroles de l’album ?

Comme je l’ai dis auparavant, “Come Read the Words Forbidden” est comme une collection de petites histoires mystiques : sombres, épiques avec une touche de fantasy.


Ressens-tu que MORTON a musicalement ou lyriquement un message à transmettre et quel serait (éventuellement) l’impact que tu souhaites donner à tes auditeurs ?

Il peut y avoir différentes humeurs que nous générons à travers notre musique et nos paroles et souvent, il me semble que le public la trouve bonne. Mais je n’appellerais pas cela un message.


Quelles sont tes chansons favorites dans ce premier album ? Personnellement, j’aime beaucoup Weeping Bell, tout est absolument brillant.

Merci ! Je suis d’accord avec toi :) Weeping Bell est une de mes favorites, c’est une chanson spéciale. J’ai aussi beaucoup aimé Oblivion et Sleeping King.


Jusqu’à maintenant, dans la vie de ton groupe, quelle a été ta plus grosse déception et ta plus grande victoire ?

L’année 2011 a été radieuse. Notre plus grande victoire jusqu’ici c’est d’avoir signé avec AFM Records.
Parlé de déceptions, non, je ne peux pas. Nous avons fait plus que ce que nous espérions alors il n’y a pas lieu d’avoir des déceptions (heureusement !).


Quand tu écoutes ton album, en es-tu heureux ou trouves-tu qu’il y aurait des choses à améliorer ou que tu aurais fais différemment ?

Quand j’étais encore au mixage et au mastering, il y a beaucoup de choses que je voulais changer. Je me suis forcé à dire stop ! Je pense que je ne vais pas te surprendre, je l’ai rarement réentendu  ... Mais quand je le fais, je suis totalement satisfais. J’accepte “Come Read The Words Forbidden” comme un tout et je ne peux changer une seule chose qui le compose. Il y a toujours la place pour l’amélioration, mais je le ferais pour mes futurs travaux.


Enregistré un album est en principe un moment très excitant dans la vie d’un groupe. Comment ça s’est passé pour MORTON ?

Oh oui, très excitant! En même temps nous n’avons pas gaspillé notre temps à le célébrer. Plutôt, nous avons utilisé notre énorme motivation pour avancer. C’est ce que nous avons fait : travailler sur les nouvelles chansons, préparant nos prochains concerts.


Comment s’est passé le processus d’écriture pour Come Read The Words Forbidden?

Due au fait que je dirige mon propre studio nous n’avons pas séparé les scènes : compostions, répétitions et enregistrement. Quand nous avons commencé, j’avais déjà composé des chansons. Nous avons réenregistré les titres de notre EP et nous avons composé le reste tandis que l’enregistrement de la batterie a eut lieu en seulement une semaine.  C’était en automne 2010 et durant cette période, nous avons eut des changements sérieux de line up, alors, j’ai tout enregistré (guitares, basses, claviers, chant) sauf pour la batterie. Avec notre second album, j’envisage une autre approche, je chanterais davantage et je produirais l’album. Mais je continuerais encore de composer.


Ton album est lâché depuis quelques mois maintenant, tu n’as pas eus trop peur des réactions qui en ressortiraient ?

Quand j’ai travaillé sur l’EP, j’avais vraiment besoin de savoir que ce que je faisais était bien. J’avais besoin de connaître les réactions et les réactions étaient bonnes.
C’était encore mieux avec “Sleeping King”. Alors pendant qu’on travaillait sur l’album, nous étions très optimistes.


Comment est perçut le metal dans ton pays ?

C’est littéralement underground. Il y a aucune structure metal (label) mais d’un autre côté, il y a beaucoup d’enthousiasme. En fait, je vois al forte croissance de la scène metal Ukrainienne depuis ces dernières années. Il y a quelques groupes et ils sont de plus en plus meilleurs. Le niveau des performances et de la production vont inexorablement s’amplifier. Cela reste une grosse dépense pour les groupes. En Ukraine, un groupe de metal, c’est difficile (voire impossible) d’obtenir du soutien de la part de label professionnel. Il y a encore trop de choses à faire et les racines de ce problèmes sont profondément ancrés dans la faiblesse de la société – culturellement, financièrement et démographiques conduisent à l’incapacité à acheter des CD et assister aux concerts. Le piratage informatique est important ici surtout parce que la capacité d’acheter et de gagner sur internet est souvent limitée. Ce fait augmente encore plus la passivité de l’auditeur. Leur motivation va rarement au-delà du téléchargement d’un nouveau CD. Ce que je veux dire, c’est que bien souvent acheté légalement un album ou un MP3 sur internet est techniquement impossible des metalhead locaux. C’est un énorme cercle vicieux et il devrait être brisé. Ca prendra des années, ou mêmes des décennies. Nous y travaillons à notre échelle:)


2011 a été une année riche dans laquelle s’est succédé différents albums très réussis. Pour moi, ton album Quels sont tes favoris ?

Merci beaucoup ! Hmm, c’est une honte, mais je n’ai pas eus le temps de vérifier les dernières sorties (ndlr : sous entendu de l’année 2011). De ce que j’ai entendus, j’aime beaucoup le nouvel album de Saxon, je suis un très grand fan. J’ai beaucoup aimé “Back On Track” de Shakra, “Obsessions” d’Epysode et “The Landing” d’Iron Savior, de bons groupes et de bons albums !


Une chanson a-t-elle été choisie pour figurer sur un nouveau clip ?

Oh, oui mais je ne peux rien te dire  Ce doit être une surprise.


As-tu des side project ou d’autres activités qui t’occupent ?

Quand MORTON était encore un projet studio, je pensais que j’aurais le temps pour un autre projet qui s’appelait “Mirrorside”. Très vite, j’ai réalisé qu’il n’y aurait aucun moyen de combiner MORTON avec un autre projet. J’ai annulé ce projet. Je veux dire qu’en faisant 16 heures de musiques sur sept jours par semaine, c’est assez à mon goût  je contribuerais de plus en plus à MORTON que de gaspiller de l’énergie sur d’autres projets.


As-tu des idées sur un prochain album ?

A dire vrai, en ce moment, il y a beaucoup de nouvelles idées et de projets mais je tiens à laisser une place à l’improvisation dans le processus d’écriture. A un certain moment, je vais laisser aller mes idées et voir ce qui se passera  c’est toujours mieux que la planification de chaque chose qui limite l’imagination. Le second album aura définitivement une forte personnalité.


Quels sont les projets de MORTON ?

En 2012, nous filmerons une vidéo supplémentaire basée sur une de nos chansons. Nous travaillerons encore sur notre nouvel album et je crois que nous ferons plus de dates.


En cette période de fête, nous retrouvons notre âme d’enfance, quel est le meilleur souvenir que tu gardes de ces festivités ?

Tu as raison. Ce n’est pas très connu mais ici, en Ukraine (et dans d’autres pays de l’ex-URSS) nous célébrons historiquement Noel après la nouvelle année. Si je me rappelle bien, c’est parce qu’il y a une différence entre le calendrier catholique et celui des orthodoxes.
De toute façon, en Ukraine, Noel est célébré le 7 janvier. La nouvelle année est une très grosse fête. Au cours de ces trois dernières années (en premier avec Mirrorside, puis MORTON), j’ai passé la veille en studio pour enregistrer les cadeaux de nouvelles années à nos fans:) la meilleure façon de célébrer ces fêtes.


En France, nous avons nos propres spécialités culinaires quelles sont celles qui existent en Ukraine?

Bonne question. Nous avons un rituel spécial qui s’appelle Kutya, il doit être servi à la veille de Noel. Kutya est fait avec du blé, du miel, des noix, des raisins secs, etc.
Il y a également une tradition de servir douze repas traditionnels qui ne contiennent pas de viande pour la table de Noel


Qu’a fait MORTON durant les derniers jours de l’année 2011 ?

Pour les derniers jours de 2011, nous avons préparé un cadeau pour tous nos fans, c’est quelque chose qui s’est transformé dans une chanson. Il s’agit de notre nouveau single gratuit qui s’intitule “Foreteller”. Tu peux le vérifier sur notre chaîne You Tube :)


Si tu as quelque chose à ajouter, c’est à toi de jouer…

Merci pour cette interview, ça a été un plaisir.
Je te souhaite et à tous les metalheads de France un très bon noël et une bonne année. Restons ensemble et gardons notre scène solide et prospère !
 
Critique : Alisia
Vues : 1748 fois