Interview

IRON MASK (2013) - Dushan Petrossi (Guitare)

Tout d'abord merci de répondre aux questions pour les seigneurs du métal!
Il est plaisant de constater que tu as gardé le même line up pour cet album!


Merci à vous pour cette interview. Pour te répondre, oui, c’est le même line up, à l' exception du claviériste Matts Olausson qui vit en Thaïlande. Maintenant c’est de nouveau Andreas Lindhal qui avait joué sur 'shadow of the red baron' ; il est suédois.

As-tu eu une approche différente lors de la composition de cet opus ?

Ma façon de composer reste la même, je pars toujours du refrain car c’est très important pour moi d’avoir de bons refrains qui restent dans la tête.

On note que tu as fait quelques évolutions musicales, tes chansons sonnent moins Néoclassique, les titres comme Seven Samourai lorgne vers le Thrash, la title track est très épique et celtique, d'autres sont plus heavy…

J’ai toujours eu des chansons un peu plus agressives, (Nosferatu, ghost of the tzar, etc) j'aime bien avoir un album très varié. Le coté celtique, on pouvait le retrouver aussi sur « black devil ship », j'aime bien ces mélodies qui touchent le cœur, mais j'emploie aussi des éléments plus asiatiques pour certaines intros. Le coté neo classique est toujours là aussi, peut-être moins que sur un album comme 'Revenge is my name', mais ma recette reste cependant la même depuis « hordes of the brave ». Le plus important est vraiment d’avoir des chansons qui se chantent et pas des démonstrations techniques ; il y a des passages difficiles, et des solos, mais pas partout, ce n’est pas ma priorité du tout.

Une fois de plus tu as tenue à explorer le plus de styles différents, c'est vraiment la marque de fabrique d'Iron Mask ?

Un groupe évolue peut être inconsciemment, et comme j’écris tout tout seul, je ne peux que m’en prendre a moi-même. J’essaye toujours de faire au mieux, d’avoir un album de qualité à offrir, j y passe des jours et des nuits et croyez moi, parfois les revers de la médaille sont très difficiles, affectant la santé, le stress, et le portefeuille ; mais bon je suis toujours vivant pour l’instant ! (rires)

Tu es prolifique comme artiste avec 8 albums en 15 ans c'est un beau score ! Où trouves-tu l'inspiration si facilement !?

J’ai eu un long break entre 2005 et 2010 ; il était temps de s’y remettre sérieusement! Je ne sais pas pour l'instant d'ou vient l'inspiration. II ya des jours où tu es devant ta page blanche et rien ne sors, ou alors des trucs que j’ai déjà fait. Ne pas se répéter est très dur, dans chaque branche artistique, et le jour ou je n’aurai plus rien a dire, j’arrèterai; mais pour l’instant je sens qu’il ya encore tellement de voies à explorer… Je ne m’en lasserai jamais. Il ya beaucoup de choses différentes à incorporer dans le metal, les gens sont parfois trop simplistes, et j’essaye de ne pas trop mélanger les styles. Mais pour moi il ya un vaste territoire mêlant du prog, des passages orchestraux et autres musiques extrêmes à explorer en dosant avec le néoclassique où de nos jours on préfère dire symphonique. Je l’ai déjà fait à plusieurs reprises avec des titres comme « metallic tragedy » et la pentalogie sur « symphony of war ».

Doit on y voir un lien logique entre les pochettes de 'Black as Death' et celle ci ?

Oui, bien sur, c’est notre mascotte. L’homme au masque de fer, mais il représente la mort pour la seconde fois aussi, c est un album qui fait partie de mon processus de guérison. J’ai perdu ma mère il ya quelques années et beaucoup de mes chansons sur les albums précédents parlaient de ça. L’année passée j’ai perdu mon père ; j’y ai donc fait un rapprochement avec l’hiver, car tous deux sont partis en hiver et le fait que je sois le 5ème enfant de ma famille… je suis le 5ème enfant de cette malédiction hivernale.. C’est aussi notre 5ème disque.. Le bébé sur la pochette c’est moi, les deux loups mes parents, et notre mascotte la mort.

Y aura-t-il une tournée de prévu et est ce qu'on aura la chance de te voir en France où tu te fais rare?

Je l’espère de tout cœur, vous avez de vrais fans en France, ils nous demandent sans cesse, on recherche une bonne agence de booking pour l'instant, car je ne sais pas gérer ça tout seul. C'est énormément de boulot avec la musique, à composer les enregistrements, les mixes, et les connections dans ce milieu sont très importantes. Les tournées se font rares et il ya beaucoup de groupes qui veulent la même place.

As-tu des nouvelles de Magic Kingdom à nous donner ?

Je suis en train de travailler sur le prochain album 'Savage Requiem'. Il y aura un nouveau chanteur, un brésilien : Mario Pastore.

Question plus personnelle, mais ça fait quoi de travailler avec des messieurs comme Mark Boals et Matt Olausson ?

J’aime bien travailler avec des gens, qui n’ont pas la grosse tête malgré leurs carrières. Ils sont restés humbles et adorent IRON MASK. Donc moi ça me va (rires). C’est dur de parfois tous se réunir, mais quand on a une bonne tournée et des concerts,on se retrouve, et on est vraiment comme des frères. Avec Mark, il n'y a jamais de problèmes.

Autre question plus perso, que penses-tu de la place du néoclassique dans le métal aujourd'hui ?

Je ne vois pas beaucoup de groupes dans ce style, ou alors juste instrumentaux et sur des petits labels. Ca devient rare de toute façon d’avoir un deal pour des jeunes qui démarrent, donc moi j'espère juste que les fans restent accros à cette musique plus influencée par le symphonique, mais comme je l’ai dit, j'aime bien avoir des albums très diversifiés et le cote néoclassique, bien que toujours présent, ne représente pas le seul coté d’IRON MASK.

C'est la fin de notre entretient je te laisse conclure.

Merci a toi et j’espère vous voir tous très bientôt pour quelques dates en France!!! Cheers and stay metal !
 
Critique : Guillaume
Vues : 1586 fois