Interview

HOPES OF FREEDOM (2016) - Loris (Basse) et Thibault (Guitare)

Bonjour à vous ! Enchantée de vous rencontrer !

L+T :
Pareillement !

Quel sont les thèmes qui vous inspire pour écrire vos chansons ?

Thibault :
Pour la musique, y en a pas en fait, pour ma part. Pour Lucas, le guitariste qui compose 98% des morceaux.. Moi je sais que pour les deux morceaux que j'ai composé sur cet album j'ai pas vraiment de thématique qui m'inspire. Peut-être la musique que j'écoute au moment où je compose a surement une grosse influence dans la façon de l'écrire et les couleurs un petit peu qui sont abordées mais y a pas qu'une thématique précise. C'est juste je joue de la gratte ou j'ai un riff de batterie ou de basse qui me passe par la tête et je l'écris donc voilà ça part de là. Soit je me dis non y a rien qui vient et je laisse de côté soit j'y arrive je vais bosser un peu dessus et je travaille quand je sens que ça me gonfle je laisse de côté j'y reviens deux ou trois jours après, un mois de mois, et j'essaie de boucler le truc le plus efficacement possible.

Loris : Globalement pour la musique, pour Lucas, je vais parler en son nom, de toute façon il est pas là donc on s'en fou ! Lui ce qui l'inspire le plus c'est la musique orientale, les musiques pour enfants .. non je déconne ! C'est les musiques fantaisiste, je crois que ça se voit sur toute l'imagerie du groupe.

Thibault : On est tous branchés héroic fantasy, littérature, jeux vidéos, cinéma. Perso j'aime beaucoup me coller une bande originale du Seigneurs des Anneaux sur les oreilles et ferme les yeux, j'ai l'impression d'être juste totalement ailleurs. Ou ouvrir un GoT, les scènes qui sont décrites, les paysages.. c'est quelque chose qui influence fortement l'état d'esprit quand on compose.

Alors il n'y a pas de chansons en français sur vos albums, pourquoi ?

T :
J'aime pas du tout la langue française dans la musique, ça me gonfle, mais j'assume hein. J'écris pas les textes parce que j'en suis incapable, mais on est tous à peu près d'accord pour dire que la musicalité de la langue française c'est moche. Puis aussi parce que l'univers héroic fantasy c'est quand même un univers assez ancré dans la culture anglo-saxonne et pour le coup du heroic fantasy chanter avec des paroles en français ce serait peut-être un peu planplan.
L : C'est difficile déjà d'écrire en français mais alors en plus faire sonner ça en métal, c'est vraiment difficile, en plus nous c'est des histoires donc encore plus difficile, et c'est bête à dire mais c'est aussi une facilité d'écrire en anglais. Parce que l'anglais c'est musical et tout sonne en anglais.


Comment décririez-vous votre groupe ?

L :
Ben je dirai une bande de gros cons.

T : OUAIS, 4 gros nazes. (rires) Sur le sens le plus humain du terme, 4 mecs qui se sont rencontrés autour de Lucas et qu'ont appris à vivre ensemble et a devenir vraiment potes. Sur le plan musical un groupe de Power Folk métal. Donc un mélange entre la musique power métal et métal speed mais mélodique, du folk avec des instruments et des influences folklorique et puis l'import heroic fantasy dans le scénario, dans l'univers, pour moi c'est la meilleure façon de nous décrire complètement. Mais 4 gros cons ça résume bien !

L : Je dirai aussi un groupe qui a l'optique de communiquer quelque chose de joyeux aux gens. Mais ça c'est difficile à montrer mais en live par exemple on a toujours la banane ! On s'éclate sur scène, on sourit, on est pas renfermés, on est contents de jouer ! C'est du métal mais du métal gentil, voilà.

La pochette du nouvel album est de la même personne que celle du premier album..

L :
Oui, c'est d'Alexandre. Pour le premier album on cherchait une pochette avec Lucas. Et il se trouve qu'on a vu la pochette d'un groupe qui s'appelle ASYLUM PYRE et c'était vachement cool donc on est allés voir qui faisait ça et on l'a contacté. Et puis voilà !

T : Il a répondu tellement efficacement à ce qu'on lui a demandé, il a transformer un croquis qu'on lui avait donné et il l'a transformé en une vraie image et ça si rapidement et sans prise de tête. Et pour le deuxième album on s'est pas posé la question, c'était cohérent, c'est la même histoire et la même imagerie.


Quel est LE groupe avec lequel vous aimeriez collaborer ?

L:
Henri Dès!

T: Je crois qu'on a tous des influences musicales différentes et des idoles totalement opposés. Moi je suis pas du tout issu du métal à la base. Plutôt du rock des années 60-70, les Pink Floyd, et un groupe en particulier que j'aimerai rencontrer c'est TOTO. Alors c'est toujours bizarre de dire ça quand tu fais du métal mais voilà pour moi c’est des dieux du studio et de la musique. Eux et Dream Theater, Muse aussi je suis assez fan. Mais je pense qu'on pourrait tous te répondre des trucs diffèrent là dessus. Loris il va te dire Nightwish parce qu'il aimerait bien se taper la chanteuse.

L: Non !

Laquelle ?!

T: Les trois !!!

L: Mais non ! Anette, je la trouvait mignonne. Mais pas du tout, Nightwish c'est pas ma came. Plutôt Panthera, ça va être dur aujourd'hui. Rise again the machine. J'ai pas de préférence.

T: On est tous les 4 des gros consommateurs de musique au sens large. J'ai tellement d'artistes que j'idolâtre que je pourrai pas me dire avec lui ou lui plutôt.

L: Si on devait faire coller notre genre de groupe avec un autre je pense que ce serait genre Rhapsody, Edguy, Maiden ce serait le Graal !


Premiers extraits de votre nouvel album, In agony et Oft go Astray.. pourquoi avoir choisi ces chansons ?

L:
Peut-être pour l'effet coup de poing dans la gueule directement un peu..

T: Des fois on a des longs débats sur les directions à prendre, on peut passer des heures à discuter et assez bizarrement ou heureusement je sais pas, quand on s'est dit au moment d'enregistrer le deuxième album que ce serait bien de faire la promo avec un clip. Avant la sortie de l'album pour booster la communication. On est tous tombés d'accord pour Oft go Astray. Pour la mélodie.

L: Du coup un peu pour balancer on a voulu mettre un morceau peut-être un peu plus pêchu, plus "violent", plus percutant. Donc In agony. Y a un peu de tout dans ce morceau.

T: Ouais y a un côté un peu plus bourrin que dans le reste de l'album. Puis aussi pour Oft go Astray pour moi y a ce côté un peu piraterie, Rome, tu vois. Donc ouais c'était assez simple de choisir ça s'est fait naturellement.

D'ailleurs comment vous est venu l'idée du scénario du clip justement pour Oft go Astray

L :
Ben, je crois que j'ai eu l'idée..

T : Ouais c'est toi qui a eu l'idée de départ. Une fois qu'on a décidé du morceau on a pris le texte, on a cherché à se rapprocher le plus possible au niveau des images, des scènes et du texte, par rapport à ce que racontait le texte, on a passé pas mal de temps à discuter de ça. On a toute suite inclus le réalisateur dans nos réunions qu'il puisse travailler avec nous, qu'il puisse nous dire si "ça c'est possible, ça non" qu'on parte pas dans des directions irréalisables. Donc Loris a apporter l'idée du jeux d'échecs. Parce que dans ce morceau y a une dualité entre les Dieux et les Humains, et je trouvais que le jeux d'échecs étant donné qu'on a pas des budgets complètement ouf pour les effets spéciaux et tout, imageait bien ça. Et du coup on s'est dit qu'il faudrait autre chose donc rattacher des moments de l'histoire, comme relier des mouvements de troupes au mouvement d'une pièce d'échec. On a tout construit autour de ça. Après le réalisateur a mis un peu sa pâte et on a fait à sa sauce puisqu'on avait déjà travailler avec lui sur le 1er clip et on savait déjà qu'il était efficace et qu'il savait ce qu'il faisait. Et tout en y mettant sa pate il respectait notre couleur.

Il y a beaucoup d’intros à vos chansons par exemple sur On a hazy morning ou même Human Era où l’intro dure un peu plus d’une minute.. c’est quelque chose que vous aimez faire ?

L :
A la base c'est pas spécialement voulu, je pense pas que Thibault et Lucas cherchent absolument à faire une intro, ça vient comme ça en fait.

T: Ben, Human Era en l'occurrence ; des fois je compose des morceaux, que ce soit pour HOPES ou pas si je vois que ça colle pas je laisse de côté pour d'autres projets, là donc j'ai voulu mettre un peu ma pate, j'ai cherché à coller à ça. L'idée de départ elle est venue parce que j'étais en train de bosser mon instru et j'en avais marre de faire de la technique donc je me suis amusée un peu et y a la mélodie d'intro qui est sortie comme ça et je me suis dit ah tiens ça irait bien comme harmonie et j'ai posé les accords. En fait, l'intro est venu comme ça, le morceau en lui-même à la base c'était pas du tout censé ressembler à ça, par rapport à ce que j'avais écrit sur l'intro avec la suite qui est venue naturellement, j'en ai fait une maquette et j'avais plus d'idées qui venait ou c'était des idées trop clichées donc j'ai arrêté je suis revenue une semaine après dessus et en réécoutant, j'ai trouvé et le morceau est parti comme ça.
L: Si y a une intro qui est vraiment fait exprès c'est l'intro de l'album qui nous sert aussi pour les concerts. On essaie de créer l'immersion pour les gens.

Vous avez déjà des concerts de planifiés ? Qu’est-ce qui vous plait le plus pendant les tournées ?

T:
De planifié sur, y'a le 20 Mai au Hard Sport café, le 8 Juin à Lillebonne et le 9 Juillet à Louviers. On en a d'autres sur le feux en Normandie mais l'idée c'est de sortir et aller trouver plus de publique.

L : Et en tournée ce qui me plait c'est le contact avec le publique. Personnellement ce qui me plait c'est faire découvrir à des gens qui n'ont jamais écouter notre musique et pouvoir leur communiquer ce qu'on a à communiquer. C'est festif et qu'ils viennent nous voir après pour nous dire qu'ils ont passé un bon moment. Ça c'est vraiment gratifiant et c'est ce qui me plaît le plus.

T : Oui, pareil, et puis passer du temps avec les 3 là, toujours assez cool d'être en immersion comme ça. T'es hors de la réalité quand tu te balades avec 4 mecs t'es dans ton univers t'es coupé de tout, à la fois c'est difficile pour le coté familiale parce que quand t'es 3/4 jours en studio c'est un peu "culpabilisant" mais après les moments qu'on a passé en studio, les deux semaines je sais qu'on a passé des bons moments. On s'est éclatés, mais aussi y avait des moments difficiles parce que quand t'es enfermé avec les mêmes types, que t'as chaud et tout c'est un peu difficile mais tu t'éclates. Donc ouais le coté partage avec le publique et y a cette bulle assez importante pour moi.

Quelle est la chose la plus folle que vous aimeriez faire sur scène ?

L: J'aimerai faire venir un orchestre pour jouer avec nous sur scène.

T: On est d'accord là-dessus. Jouer l'album avec un vrai symphonique.

L: Pour l'instant on peut se permettre deux ou trois instruments. Comme pour la sortie du deuxième album on avait une cornemuse et des flûtes.

T: Il faudrait une grosse salle qui puisse vraiment faire résonner le son d'un orchestre symphonique aussi. Ce serait LE rêve. Le budget c'est pas le problème parce que si tu t'adresses à des écoles des trucs comme ça, y a un bon pédagogique pour eux qui peux être bénéfique et qui donc ne nécessite pas de budget mais il faut la place, la programmation.

L: Faudrait aussi une chorale derrière.

T: Ouais un vrai sympho avec un chœur ça pourrait être juste énorme !

Je vous laisse le mot de la fin…

T : Ben merci à toi déjà, merci aux SDM et aux gens qui liront et qui essayeront de porter une petite attention sur ce qu'on fait musicalement et puis merci de prendre un petit peu le temps pour nous. Et puis merci à ceux qui nous suivent déjà. Parce que sans le publique ben ça sert à rien de faire de la musique donc un grand merci !

L : Moi je dirai à ceux qui ne nous connaissent pas encore d'être un peu curieux et d'essayer de voir un peu ce qu'on fait et nous rejoindre sur Facebook !


Vous savez ce qu'ils vous reste à faire.. ;)
 
Critique : Aurélie
Vues : 1718 fois