Interview

BARISHI (2020) - Graham Brooks (Chant, Guitare)

Avec « Old Smoke » leur troisième album les Américains de Barishi frappent très fort. Un disque comme on entend rarement entre metal prog et sludge auquel on ajoutera des pincées de black et des envolées psychédéliques pour bonne mesure. Un entretien avec ce groupe unique du Vermont s'imposait. Graham Brooks, leur chanteur-guitariste a répondu à nos questions.

« Vous avez sorti un premier album en 2013 puis « Blood from the lion's Mouth » en 2016 et le nouveau, « Old Smoke » sort ce vendredi. Vous prenez votre temps entre les albums. »


« C'est vrai qu'on met pas mal de temps. J'écris la majorité des morceaux. Je perds de l'intérêt pour ce que j'écris assez rapidement donc cela n'avantage pas l'avancée du travail. Tout cela est de ma faute. En plus, il y a eu un changement de line-up dans le groupe. »

« Depuis vos débuts il est difficile de décrire votre musique. Il y a des éléments prog, sludge, black et même psyché. Vous êtes impossible à classifier. »

« Je suis d'accord avec toi mais je dirai quand même que nous sommes un groupe de sludge progressif. Il y a des gens qui nous classifient black metal, d'autres doom. Les gens savent mieux que nous ce que nous sommes. j’apprécie beaucoup un groupe comme Rwake. Leurs premiers trucs sont sludge/prog. Ils sont parmi mes groupes préférés. J’aime aussi beaucoup ce groupe de l’Oregon, Yob. Ils ont de supers morceaux. Ces deux groupes avec Mastodon font partie de nos influences.. »

« Tu disais à l'époque du précédent album que tu étais loin de n'écouter que du metal, que tu étais fan de groupes comme Roxy Music ou Cure. C'est toujours le cas ? »

« Absolument. Ma copine est une excellente musicienne. Elle m'a fait découvrir de super trucs new-wave. Je travaille dans un magasin de disques depuis 8, 9 ans. Du coup, j'écoute de tout, du post-rock, notamment. Il y a quelques années on avait été voir Cure à Londres avec ma copine. Cela avait été un très très bon concert. »

« Sur le nouvel album, les morceaux sont très très longs. »

« Nous avons toujours aimé les groupes qui ont de supers longs morceaux. Mon titre préféré de Maiden est « Rime of the Ancient Mariner ». On voulait écrire de longs morceaux comme ça. »

« Vos morceaux sont très atmosphériques. »

« Cool que tu les aies ressentis ainsi. C'est ce que nous voulions. Les morceaux longs dans le metal se doivent d'être atmosphériques. Il est nécessaire d'incorporer différentes structures dans les morceaux. Il faut que ceux-ci flottent. »

« Vous venez du Vermont, un état où la nature est omniprésente. Cela vous influence-t-il votre musique ? »

« Totalement. Le Vermont est unique. C'est l'un des Etats les moins peuplés d'Amérique. La plus grande ville Burlington compte un peu plus de quarante mille habitants. C'est sauvage. Nous avons grandi en jouant dans la nature. De ce fait, nous faisons une musique très organique. Je suis fier d'être du Vermont. La scène ici est petite. Les concerts de sludge, de black ont lieu dans les fermes. Il y a même une ferme au Nord de l'Etat qui organise un festival metal. Tu ne trouveras pas ici le public metal de New-York. Ce sont des hippies, des fermiers qui viennent aux concerts. Ils ne sont pas forcèment fans de metal mais il ne se passe pas grand chose donc tu les trouves à ces concerts. »

« Il y a un court instrumental sur le disque, « Cursus Ablaze ». Le morceau fait très musique indienne. C'est un peu votre « Kashmir » à vous ? »

« J'écoute beaucoup de musique indienne. Il est donc possible que cela m'ait influencé. Led Zep est l'un de mes groupes préférés. Je voulais un instrumental pour l'album. Sur « Physical Graffiti » tu as ce super instrumental « Bron-Yr-Aur ». Il y a des vibrations incroyables dans ce morceau. »

« Le dernier titre de l'album, Old Smoke » a un côté très 70's entre rock prog et Pink Floyd surtout l'intro. »

« J'adore Pink Floyd, le rock 70's. Led Zep, Pink Floyd m'inspirent énormément. J'adore le jeu de guitare de Jimmy Page. J'aime beaucoup ce morceau. Nous prenons toujours un énorme plaisir à le jouer live. Il a une super dynamique. »

« Comment composes-tu ? La structure de vos morceaux est très complexe. »

« Chacun dans le groupe arrive avec une idée puis on la développe. Nous avons été très méticuleux pour ce disque. »

« Pourquoi Sascha votre chanteur a-t-il quitté le groupe ? »

« Sascha est parti il y a trois ans parce qu'il est professionnel en roller. C'est sa passion. Il ne fait plus que cela maintenant. C'est cool pour lui. On a essayé des chanteurs après son départ mais ça ne collait pas parfaitement ou ils n'étaient pas totalement dispos. Alors je me suis mis au chant. Je n'aimais pas cela au départ mais maintenant j'apprécie. »

« Qui a réalisé la pochette du disque ? »

« Une artiste polonaise super douée, Kuba Sokolski. Je voulais une pochette verte car cette couleur est omniprésente dans nos vies. Comme tu le disais tout à l'heure nous venons d'un Etat où la nature est partout. J'avais envie d' un truc organique et psychédélique. Nos morceaux sont cinématographiques. La pochette refléte bien cela. »

« Vous avez enregistré l'album à Nashville. »

« Oui avec Mikey Allred, au Dark Art Audio. J'adore la façon dont il fait sonner les groupes. Le studio où l'on a été est le plus beau que j'ai jamais vu. Ils ont enregistré des trucs pour Disney là-bas. Cela a été une expérience incroyable. »

« Avec la crise du Covid-19 que fais-tu en ce moment ? »

« Je suis bloqué à la maison, comme tout le monde. Heureusement, je n'ai pas de problème de boulot. Je suis chanceux. Je travaille le bois en ce moment. La tournée a été annulée bien sûr. On ne sait pas encore quand elle sera reprogrammée. C'est trop tôt pour le savoir. J'espère que les choses vont retourner à la normale mais personne n'est sûr de rien. Ce serait un rêve que de tourner en Europe. J'adore particulièrement le Portugal et votre pays, la France. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1764 fois