Interview

AGATHODAIMON (2022) - Von Yanesh (Basse)

The Seven » marque le grand retour de Agathodaimon après huit ans d’absence. Un disque qui montre que les allemands restent aujourd’hui encore les maitres du dark metal. Entretien avec Von Yanesh, bassiste du groupe.

« Vous revenez après un break de huit ans. Comment vivez-vous ce retour ? »


« C’est un vrai bonheur. J’ai rejoint le groupe il y a trois ans et étais tellement heureux de faire partie de ce combo dont j’étais fan plus jeune. Cet album est celui de notre come-back. Nous avions des shows prévus en Mars 2020 et bien sûr comme tout le monde sait le Covid est arrivé. Le disque n’arrive finalement que maintenant. On a dû patienter mais on est content. »

« Pourquoi Sathonys avait-il fait ce long break ? »

« Il a fait une pause parce qu’il a deux enfants et qu’il voulait se concentrer sur eux. Il savait qu’il reviendrait avec le groupe mais avait besoin de cette pause pour se focaliser durant un temps sur ses enfants. »

« Musicalement le groupe n’a pas trop changé. »

« Oui et non. C’est toujours Agathodaimon c’est sûr. Ce n’est pas du prog ou du power metal, c’est certain mais il y a quand même des choses différentes. On a toujours essayé avec ce groupe d’explorer plein de choses musicalement. »

« Le groupe est connu comme un groupe de dark-metal. C’est une appellation qui vous convient ? »

« Oui c’est le terme qui convient. Ce serait un non-sens que de nous classifier comme black metal même si nos racines sont black. Nous avons bien sûr aussi des éléments gothiques donc dark metal correspond assez bien à ce que nous sommes en effet. »

« Les mélodies sont très importantes dans ce disque. »

« Tout à fait. Le guitariste a amené des trucs à la Megadeth ou à la Rhapsody qui amènent à ces mélodies. »

« Cet album est peut-être le plus ambitieux de toute l’histoire du groupe. »

« C’est possible. Nous avons essayé d’aller le plus loin possible sans se freiner d’aucune façon. »

« Tu continues ton autre groupe ? »

« Non. J’ai d’autres projets à côté : un cover band et un trio jazz mais Agathodaimon est le projet sur lequel je me concentre le plus. »

« Vous avez choisi Kristian Bonifer comme producteur du disque. Pourquoi ? »

« C’est un très bon producteur et un mec honnête. C’est un ami donc il y a une relation de confiance qui s’est établie avec lui. Sathonys le connait depuis des années. Le retrouver c’est un peu comme de se retrouver en famille. »

« Qu’est-ce que cela représente pour vous que d’être sur Napalm. »

« J’en suis plus qu’heureux. Il y a plein de groupes dont je suis fan sur ce label. Napalm nous a contacté lorsque nous sommes revenus pour savoir si nous voulions bosser ensemble. Nous avions des démos à leur proposer. Cela a été un vrai bonheur. C’est un excellent label qui connait parfaitement le marché européen. »

« Le groupe existe depuis plus de vingt cinq ans. Qu’est-ce que cela représente pour un groupe d’avoir une si longue carrière ? »

« Je n’ai jamais parler de cela avec Sathonys. Mais j’imagine que pour lui c’est normal de poursuivre sa voie encore aujourd’hui. »

« Vous avez sorti trois singles avant la sortie de l’album. Pourquoi ces choix ? »

«Ain’t Death grand » est le premier morceau que nous avons enregistré pour le disque. C’est un titre hyper punchy. On voulait exprimer à travers celui-ci que nous étions bien de retour. Le second, « Wolf Withhin » montrait notre côté mélodique et « Kyrie/Gloria » est à l’opposé, très black. C’est mon morceau préféré du disque. »

« Vous avez fait des œuvre d’art avec de superbes visuels pour chaque titre de l’album. »

« Oui nous avons travaillé avec un duo d’artistes portugais Credo Quia Absurdum. On avait envie de bosser avec eux depuis des années. A la base on voulait qu’ils fassent la pochette du disque puis on a eu envie qu’il fasse un dessin pour chaque chanson. Ils ont fait un super boulot. On est très heureux de leur travail. Encore aujourd’hui je suis impressionné par ces images lorsque je les regarde. »

Le premier morceau de l’album « La Haine » est en français. Pourquoi ?

« Notre chanteur habite Sarrebruck. Il va en France très souvent. Je pense que c’est pour cela. »

« Vous avez plusieurs concerts prévus bientôt ?»

« Oui nous faisons un concert chez nous en Avril. Nous en avons ensuite quelques-uns en Allemagne, un autre en Roumanie. Il y a encore des restrictions en Allemagne du fait du Covid donc c’est encore compliqué. Nous ne voulons pas organiser des concerts que nous ne pourrions pas donner au final. »

« Vous viendrez jouer en France ? »

« Je l’espère. D’autant plus que je ne suis jamais allé en France. Pour le moment il n’y a rien de prévu mais ce serait cool. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 2454 fois