Interview

POINT MORT (2022) - Aurélien (Guitare)

Avec ses deux premiers EP Point Mort avait fait forte impression dans la scène post-metal française. Leur premier album « Pointless » enfonce le clou, disque où se côtoie crust et pop dans une hybridation musicale à nulle autre pareil. Entretien avec Sam, chanteuse du groupe et Aurélien, guitariste.

« Après avoir sorti deux EP vous avez pensé qu’il était temps de passer au format album ? »


« Cela s’est fait naturellement. On avait envie de bosser ses huit pièces là. Nous ne nous sommes pas posés de question sur le format. »

« Il y a avait déjà pas mal de contrastes dans vos Ep. C’est encore plus le cas sur cet album. C’était voulu ? »

« Non. Nous ne sommes jamais allés aussi loin dans la réflexion. On ne sait pas ce que l’on fera par la suite. On se laisse porter. La pandémie nous a laissé du temps. On a fait un break avec les concerts. La pandémie à ce niveau a été profitable, nous permettant d’explorer plein de choses pour le disque. »

« Votre musique est totalement inclassable, il y a des côtés noise, d’autres crust, d’autres pop. »

« Parce que nous avons des goûts musicaux très différents à l’intérieur du groupe. On fait des choses qui vont plaire à tous les membres du groupe. Nous n’avons pas de style. Le style c’est la musique. C’est assez intuitif. Nous faisons les choses de manière instinctive. »

« On sent des influences chez Point Mort mais votre musique est tellement à part qu’elle ne ressemble à rien de connu. »

« Merci. C’est un super compliment. Quand tu as beaucoup d’influences et que c’est mélangé cela devient difficile de les identifier. Si on ne ressemble à rien de connu, c’est tant mieux. »

« Il y a des passages post metal et post hard-core aussi dans le disque. »

« Oui et également des passages crust. La musique est comme de la pâte à modeler pour nous. On triture les morceaux pour en tirer quelque chose. »

« Il y a aussi un côté mélodique dans le disque. Un côté mélodique qui peut surprendre au premier abord. »

« Oui. Là encore cela vient de manière spontanée. La mélodie ne vient pas que du chant. Sur cet album il y a une grande place laissée au chant. On ressent le besoin d’exprimer une certaine mélodie. Et il y a, à l’opposé, quelque chose de sauvage dans notre musique. Les deux s’entrecroisent. »

« Il y a un côté très émotionnel dans vos textes. »

« Les textes viennent d’émotions diverses. Ils viennent également de l’observation des gens. On peut le voir avec la pochette du disque, ces sentiments évoluent entre le sombre et le lumineux. C’est ce que nous vivons que nous exprimons. Après, libre à chacun d’interpréter les textes à sa façon. »

« Dans cette pochette il y a des symboles de vie et d’autres de mort. Et il y a des chrysanthèmes symbole de deuil en Occident de mais longévité en Chine. »

« C’est complétement ça. On a voulu quelque chose de lumineux avec cette pochette, quelque chose qui puisse contraster avec le côté sombre de la musique. On y voit des chrysanthèmes, un cercueil. Il y a un tiraillement constant. La mort est positive. Sans la mort, la vie n’existe pas. La mort est symbole de renaissance. Même si le disque est sombre, ce n’est pas de la musique triste. »

« Ce que vous faites représente le cycle de la vie. »

« C’est cela. Avec des côtés joyeux et ces côtés sombres. »

« Quel est le label Almost Famous sur lequel vous êtes. »

« C’est mon label. Il n’y a que trois groupes sur celui-ci : nous, Clegane, un groupe doom et Tankrust un groupe de death/core, death/trash. On a commencé comme une asso. Il n’y a pas de style musical précis pour être sur le label. L’amitié y compte, plus que tout autre chose. »

« Vous avez des concerts prévus ? »

« On joue au Hellfest le 18 Juin sur la scène de la Valley. On jouera aussi le 4 juin à Paris dans le cadre du Festival Post in Paris au Petit Bain. On jouera ensuite au FGO Barbara le 22 Octobre prochain. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 77 fois