Interview

KARRAS (2022) - Groupe

Avec un ancien Aqme désormais dans Déliverance et un Mass Hysteria, le trio Karras pourrait n’être qu’un super groupe. Il est bien plus que cela. Leur premier album entre death, rock’n’roll et grindcore était assez impressionnant. On attend le nouvel album avec impatience. Entretien au Hellfest.

« Votre album « None More Heretic » est sorti au moment du premier confinement. Est-ce qu’il a pu avoir malgré tout une visibilité ? »


“ Cela a été compliqué. A ce moment-là nous nous sommes dit que les gens écouteraient peut-être plus de musique du fait d’être enfermés mais clairement ce confinement ne nous a pas servi. Rétrospectivement cela a été une erreur de le sortir à ce moment-là. Loudblast a sorti un album à cette époque mais le groupe a une longue carrière derrière lui. Pour un groupe débutant comme nous on ne peut pas se permettre de sortir un disque dans une telle période. »

« J’imagine que du coup vous allez vous remettre rapidement à l’écriture d’un nouvel album ? »

« Le nouvel album est déjà fini et enregistré. On veut une belle sortie cette fois. On a enregistré le disque dans le studio d’Etienne (Sarthou).»

« Il y a deux thématiques dans « None More Heretic ? »

« Oui j’ai tiré le nom Karass avec un r et deux s du livre « Le Berceau du Chat » de Kurt Vonnegut, la société secrète des Karass. J’en ai parlé à Etienne et il m’a dit que c’était aussi le nom du prêtre dans l’Exorciste. »

« Du coup c’est un concept-album autour de « L’Exorciste » ?

« Pas tout à fait. Je trouvais dommage que le film se termine avec la défenestration du prêtre avec le démon en lui. J’ai réécrit une histoire avec sa résurrection après sa défenestration. »

« La pochette représente-cela ? »

« Elle représente le moment où le prêtre absorbe le démon »

« Vous combinez l’amour des films d’horreur et du death old school. »

« On est à fond dans les films d’horreur des années 70. On aime ça, c’est vrai. On aime aussi beaucoup le death old school effectivement.”

“Il y a un côté rock’n’roll dans le disque. »

“Oui on aime le death et le rock’n’roll. Nous sommes fans de Benediction, Entombed, Morbid Angel, Terrorizer. Ce sont nos racines. »

« Vous n’avez jamais pensé ce projet comme un simple side-project ? »

« Avec des mecs comme nous cela n’aurait jamais pu être un simple side-project. Dès la troisième ou quatrième répet même si nous ne nous le sommes pas dit on savait déjà que l’on serait un groupe. »

« Vos autres groupes, Mass Hysteria, Deliverance nourrissent Karras ? »

« On a des influences diverses. J’ai pris une claque il y a vingt cinq ans avec Terrorizer et récemment avec Nails. J’ai mis ce côté grind dans le prochain album. « None More Heretic » était violent mais le nouveau est encore plus brutal. »

« Vous êtes chez Verycords. Vous resterez chez eux pour le prochain ? »

« On s’entend bien avec les gens du label mais Karras est une musique de niche. Avec Verycords on a une distribution géniale mais avec un label plus pointu ce serait peut-être plus adapté à nous. Verycords a un super réseau de distrib mais un réseau assez mainstream. On est peut-être trop niche pour eux. Aujourd’hui c’est compliqué avec les labels. Nuclear Blast signerait un Kreator, pas un groupe en développement. On a envie d’être sur un label où on sera signé avec le cœur, pas en étant un autre nom sur un catalogue. »

« Vous vous retrouvez sur des plateaux éclectiques. En Septembre dernier vous avez joué avec Dvne et Déluge qui n’évoluent pas dans votre style musical. »

« Notre tourneur fait tourner Dvne et Déluge, c’est pour ça. Le public de Déluge n’est pas forcément focus sur Karras mais on aime mélanger les genres. Un festival avec Sonic Youth et Napalm Death à la même affiche c’est top. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1800 fois