Interview

ECSTATIC VISION (2022) - Doug Sabolick (Chant / Guitare)

Le nouvel album d’Ecstatic Vision « Elusive Mojo » est un excellent disque de rock’n’roll avec des incursions psyché et kraut-rock. Après avoir enflammé la Valley au Hellfest le groupe jouait dernièrement au Rock in Bourlon. C’est là que nous nous sommes entretenus avec leur fort sympathique chanteur-guitariste Doug Sabolick.

« Votre dernier album vient tout juste de sortir. Es-tu content des retours ? »


« Oui. On a eu du temps pour le faire cette fois. J’étais satisfait par rapport à cela. Les gens semblent partager mon avis, donc c’est bien. »

« Votre musique est un mélange de space-rock, de kraut-rock et de psyché. »

« Nous sommes avant tout un groupe de rock. Space rock aussi clairement avec le saxo. »

« Hawkwind est une de vos influences ? »

« Oui c’est l’une de nos influences principales mais ce n’est pas la seule. Nous adorons les Stooges, par exemple. »

« Vous essayez de faire un mur de son ? »

« Tout à fait. C’est notre ambition. »

« Comment avez-vous signé avec Heavy Psych Sounds ? »

« Le boss du label est fan du groupe. On se connait. On a terminé le disque en Février et il est sorti en Mai. Peu de labels sont capables de sortir un album aussi rapidement. »

« Vous étiez chez Relapse avant. Pourquoi avoir quitté ce label ? »

« Ce sont eux qui nous ont quitté (rires). Ils aimaient le groupe mais nous n’avons pas grandi assez vite à leurs yeux. Ils étaient dans ce plan marketing tu dois exploser au bout de cinq ans. »

« Comment aviez-vous signé chez eux ? »

« Ils sont de la même ville que nous, Philadelphie. Ils nous ont vu jouer et nous ont signé. Cela s’est passé simplement même si c’est un label plutôt orienté metal. »

« Il y a une influence soul sur votre dernier album. »

« Oui. Tout à fait. Nous aimons la soul. Je ne sais pas si cela vient du Philly Sound. Ce que je sais c’est que j’aime la musique que produit cette ville. »

« C’est très dur de vous classifier. Il y a aussi des éléments Kraut-rock chez vous. Can est une grosse influence ? »

« Clairement. Une énorme influence. L’avant dernier album « For the Masses » est très space-rock, le nouveau très rock’n’roll. « Sonic Praise » est kraut-rock. On aime aussi le funk, le rock psyché donc on mélange tout ça. »

« Vous êtes un groupe live. Vous aimez aussi le studio ? »

« Oui. Dans le dernier album on a réussi à capter notre énergie live. Dans le passé c’était plus compliqué car il y a eu beaucoup de changements de line-up. Tout a été fait live pour cet album. J’ai fait les prises pour les voix en quatre heures. »

« C’est du fait du covid que vous n’aviez pas sorti d’album depuis presque quatre ans ? »

« Bien sûr. J’ai construit une maison durant ce temps. Je n’ai pas fait de musique durant un an. »

« Des gens pensent que vous n’êtes pas aussi gros que vous devriez l’être. Qu’en penses-tu ? »

« Je ne sais pas. Je suis heureux de ce que nous faisons. Bien sûr on pourrait être plus gros. Ce serait cool si on grossissait mais si cela n’arrive pas ce n’est pas si important. »

« Vous êtes tous fans de musique dans le groupe. »

« A fond. Nous écoutons plein de choses différentes. De la soul, du funk, du punk, du kraut-rock, du psyché. »

« Vous voulez explorer à chaque fois de nouvelles choses dans chacun de vos disques. »

« A vrai dire je n’y pense jamais. On ne veut pas faire le même album à chaque fois, c’est sûr. Après, il y a des groupes que j’adore qui l’ont fait comme Slayer. »

« Vous êtes tous dans d’autres groupes ? »

« Oui je suis aussi dans un groupe indus qui marche bien. J’ai été aussi dans un groupe noise/punk. Les autres ont aussi d’autres groupes, certains font du blues. »

« Vous étiez en tournée en Juin en Europe. C’était comment ? »

« C’était super. Cette tournée continue en juillet d’ailleurs. Nous avons joué pour les festivals du label Heavy Psych Sounds en Europe. On a donné trois sets différents à Rock in Bourlon qui est un super festival. On vit ici chez l’habitant. Nous aimons rencontrer les gens. Nous n’aimons pas la vie typique d’un groupe sur la route à ne rester qu’à l’hôtel entre chaque concert. »

« Vous avez joué au Hellfest aussi. »

« Oui c’était un très beau moment. Nous avons joué sur la Valley. Je pense qu’avoir joué là fait que les gens nous prennent désormais plus au sérieux. Le merch nous a dit que l’on avait les plus beaux tee-shirts du festival. On a été au concert de Killing Joke. C’était top. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1810 fois