Interview

SCARLEAN (2022) - Alex (Chant)

Deux ans après « Soulmates » les sudistes de Scarlean nous reviennent avec un excellent « Silence », un disque qui évoque Leprous ou A perfect circle mais avec un son propre aux avignonnais. Interview avec Alex, chanteur du groupe.

« Votre album précédent, « Soulmates » est sorti au moment du premier confinement. J’imagine qu’il n’a pas eu beaucoup de visibilité de ce fait ? »


« Cela a été difficile bien sûr que l’album sorte à ce moment-là et oui il a été peu visible, effectivement. Toutes nos dates ont bien sûr été annulées. Mais cela nous a permis de créer notre line up actuel et de se lancer dans l’écriture de « Silence ». S’il n’y avait pas eu ça peut-être que cet album ne serait pas sorti. »

« Vous vous êtes lancés dans la compo de « Silence » dès la sortie de « Soulmates » ? » 

« Oui. On a travaillé à distance en s’envoyant les idées, les projets. Nous avons toujours parlé de l’humain dans Scarlean et le Covid était au cœur de ses problématiques sociales : la solitude, la violence à l’intérieur de certains couples, le désarroi des personnes âgées, un gouvernement infantilisant…Ce qui s’est passé socialement à ce moment-là nous a inspiré. On parle tout le temps des relations entre les êtres humains et là nous étions au cœur de cela. »

« Vous parlez de la dualité dans ce disque. »

« Tout à fait. Il y avait déjà cela dans le précédent mais c’est encore plus présent dans ce disque. Le Silence dont nous parlons a plusieurs significations possibles. »

« La production du disque est très léchée. »

« Nous n’avons pas passé plus de temps sur ce disque que sur « Soulmates » mais cela a été un vrai travail d’équipe. Tout le monde dans le groupe a contribué à la réalisation de l’album. »

« Je trouve que « Silence » sonne très Leprous. »

« J’adore ce groupe mais il ne m’a pas forcément influencé pour cet album. On nous parle souvent de Korn ou de Disturbed à notre propos. Mais pour la voix je suis plus influencé par le trip-hop que le metal. »

« Il y a cette composante électronique dans le disque d’ailleurs. »

« Oui nous aimons le groove. Nous n’utilisons pas le trigger pour les batteries pour avoir un son organique. »

« Vous avez enregistré l’album dans le Sud ? »

« Oui au Studio Artmusic à Nice chez Sebastien Camhi où ont été enregistrés les albums de Heart Attack ou d’Akiavel. Il est très metal brutal mais peut faire aussi d’autres choses. »

« Cela sort chez votre propre label, Ghost Prod ? »

« Oui. Nous nous sommes rendus compte que l’on pouvait faire les choses aussi bien en ayant notre propre label. On a fait un crowfunding pour ce disque qui a super bien marché. Le disque sortira aussi en vinyle 180 grammes. »

« C’est un album ambitieux. »

« Nous n’avons pas pensé aux conséquences de ce disque mais les retours sont bons et l’on sent que nous avons passé un cap. »

« Ce n’est pas un album purement metal. Vous pouvez toucher un public non metal avec cet album. »

« Nous avons toujours touché un public non metal. Nous venons du metal mais en vieillissant on se rend compte que plein de festivals ne font pas que du metal et cela nous va très bien. Nous sommes un groupe metal mais composons comme un groupe de rock. A perfect circle ou Tool sont classés metal mais touchent un public plus large que le simple public metal. »

« On vous classifie souvent comme metal alternatif. Vous vous retrouvez là-dedans ? »

« Il y a peu de groupes dans notre style en France. Nous avons un côté romantique à la Archive ou à la Anathema. »

« Ta voix peut parfois faire penser à Mike Patton je trouve. »

« J’adore ce mec. Ce n’est pas Patton qui a influencé ma voix, c’est en me rendant compte que je chantais un peu dans ce style que je l’ai découvert et écouté. De la même façon j’ai découvert Leprous parce que je faisais des voix de tête. »

« Vous venez de sortir « No remedy » comme second single tiré de l’album. Pourquoi ce titre ? »

« Parce qu’il correspond bien à ce qu’est le disque. C’est le dernier titre qui a été composé pour l’album. »

« Vous êtes d’Avignon où la scène n’est pas énorme. Cela ne vous handicape pas ? »

« Non ce n’est pas gênant. Nous sommes très bien où nous vivons et situés à une heure de tout : Montpellier, Marseille, Nîmes…»

« Il y a des dates à venir ? »

« La release sera le 22 Octobre à St Just dans l’Herault puis nous jouerons le 19 Novembre au Foud’rock en banlieue parisienne et le 23 au Cherrydon avec Bad Situation dans les Bouches du Rhône. Puis après : Nice, Bordeaux, Paris et des festivals. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 89 fois