Live Report

ADAGIO - JAS ROD Penne Mirabeau - 27/11/2009

 
En cette fin novembre, nous prenons la direction du Jas' Rod pour assister au concert d' Adagio, que j'attendais de voir sur scène, depuis la sortie de leur excellentissime quatrième album: Archangels in black !!

Me voilà arrivé sur place (pour une fois ni à la bourre, ni sans me perdre, un exploit !) je constate que le nombre de personnes présent à attendre l'ouverture des portes est ridicule mais ça va arriver.

20h30 dans la salle, juste le temps de discuter un peu avec un Kévin Codfert en forme que le premier groupe débarque.
Pryde est une très jeune formation qui évolue dans un métal mélodique bien fichu sans grande originalité mais qui reste attachante. Une bonne demi-heure de jouée sans accroc, avec certes de la jeunesse, mais pas de quoi fouetter un chat !
Les titres de ce soir auront certes une structure similaire, ce qui entache un peu l'intérêt par moment, mais l'interprétation est à la hauteur, surtout pour notre petit chanteur tout excité mais efficace !

Deuxième groupe : Opram. Une formation de pur prog qui m'aura littéralement mis sur le cul, pas d'autre mot à dire. Ce quatuor est tout simplement impressionnant. D'une maitrise instrumentale et musicale sans faille, d'une simplicité et d'une douceur agressive sans pareil. Tous les titres joués ce soir auront enchantés votre conteur qui n'en revient pas. De plus le groupe apparaît comme très sympathique, avec un peu d'humour et surtout un côté humble fort appréciable. Les titres longs et parfois alambiqués ne sont en rien une gène car le talent de nos quatre protagonistes permet d'aérer et de capter l'auditeur même pendant 15 minutes ! Bref la très grande surprise de cette soirée !!!

La dernière partie de ce soir est prête à prendre la scène à sa pleine mesure. Adagio nous arrive sur un « Vamphiry » qui malheureusement est entaché d'un son fouillis qui ne met pas, mais alors pas du tout en valeur cet excellent titre. Comment décrire l'ambiance? Frank Hermanny totalement absent des débats (on aura pas entendu sa basse de tout le show), un Eric Lebailly qui atomise tout avec son kit batterie, Stéphan Forté et Kévin Codfert essaient tant bien que mal de faire apparaître leurs instruments respectifs et le pauvre Christian Palin est perdu au milieu de tout ça.
Un début plutôt décevant surtout que le groupe est en très grande forme et prend enfin vie sur scène à l'image d'un Stephan Forté totalement libéré qui fait plaisir à voir ! De son côté, notre petit nouveau tient la scène presque à lui tout seul; hyperactif il ne s'arrête pas une seconde de bouger et d'haranguer le public, respectablement présent finalement mais un peu trop mou. Seul hic, Christian aura quand même mis trois titres à se chauffer avant de délivrer une prestation vocale fort correcte !
Niveau set list, le groupe fait le forcing sur son dernier né avec pas moins de cinq titres (Vamphiry, Fears circus, Undead, The fifht ankh, Twilight at dawn ) qui passent l'épreuve de la scène allègrement. Pour le reste, quatre titres de Dominate (
Fire Forever, Dominate, Fame et Terror jungle) deux de Santus ignis (Second sight / Panem and circences) et toujours pas de Underworld !
Pour le rappel, une petite reprise du grand maitre Ozzy Osbourne avec son « I don't know » qui m’a emballé et un « Dominate » qui clôture définitivement le show avec puissance.
Bref la prestation de ce soir restera en demi teinte du fait de ce son totalement à la ramasse (le groupe n'aura de cesse de s'excuser de ce désagrément lors de sa descente de scène), mais de très bons points subsistent quand même (la prestation sans faille du combos, et la bonne vie sur scène).

Après quelques minutes de repos le groupe arrive dans la salle pour les autographes, photos, papote le tout comme d'habitude avec eux dans la plus grande joie et bonne humeur et un Christian qui ne s'arrête toujours pas !! Un grand malade qui va les épuiser sur leur future tournée avec Kamelot !
 
Critique : Guillaume
Date :
Vues : 1579 fois