Live Report

HellFest 2012 - 15-16-17 juin - PART THREE - - 9/8/2012

 
Après un petit dej très furtif (2, 3 bières…), me voila reparti bon pied bon œil, pour cette nouvelle journée riche encore en émotion.

Et ce sera sur une grosse déception que la journée commença. En effet les américains d’ASG ne furent au rendez vous et c’est donc avec un peu d’amertume que je me rendis au niveau de la mainstage 01 pour les affolants GAMA BOMB et leur Thrash ultra speed et déconnant. Même si le climat ne fut pas de la partie, les irlandais toujours en joie, nous gratifièrent comme en 2009, d’un show très bien huilé et toujours aussi marrant. Par contre, pourquoi ce groupe est toujours programmé sur la grande scène, L’Altar aurait été parfait.

Changement total d’ambiance avec les Finlandais d’ORANSSI PAZUZU et leur doom psyché. Capuche vissée sur la tête, les finnois arrivèrent dans une ambiance des plus froide et malsaine. Le morceau « Komeetta » fut un des plus enivrants moments, mêlant ambiance décousue, rythme syncopé et passage black et tout ceci très bien amené et maitrisé. Une très bonne découverte pour ma part et pour apparemment aussi de la part de beaucoup de badaud venu, comme moi, découvrir ce groupe trop rare dans nos contrées sudistes. Un événement à coup sur à ne pas manquer !

Ce qui est bien au HellFest, c’est toujours cet éclectisme. Failli commencer par du sludge matinal, rabattu sur du speed métal vidéo ludique, en passant par du Black atmosphérique et maintenant me voici devant la grande Mainstage 2 pour contempler un groupe découvert que trop tard en l’occurrence les Belges de Channel Zéro. Après leur reformation si inattendue et fort d’une déconctraction et d’une joie non dissimulé le quartet se donna à cœur joie pour nous asséner leurs classiques comme l’énorme « suck my energy », véritable titre taillé pour le live. Malgré l’attitude du frontman, parfois très agressive, le public ne pris pas plus parti et resta du début à la fin assez stoïque, peut être du a une heure trop tôt et à une digestion trop lourde, allez savoir. Néanmoins un très bon concert mais peut être a programmer légèrement plus tard….

Tiens, deux grosses boules de métal entre les cuisses d’une femme sur le backdrop du groupe suivant sur l’autre mainstage 1, mais ne serait-ce pas les « Fatal Bazooka » du Glam Rock ??? Et oui Steel Panther et leurs perruques affriolantes, véritables bêtes de foires ayant su rassembler aussi bien, vrais amateurs de Glam comme les irréductibles Black ou Death Metalleux dans un seul et même pit !!! Et vous comprendrez aisément pourquoi, parce que quant on aperçoit autant de nénés au meme endroit, c’est que nous sommes dans un peepshow, et la un peepshow à ciel ouvert c’est carrément la classe !! Niveau musique, ca joue grave, mais le vrai intérêt réside dans les tenues et les attitudes des musiciens jouant à fond le coté Glam en exagérant tous les traits et qu’est-ce que l’autodérision face à un par terre de fans complètement conquis. Un très très bon concert tout en énergie et en déconne. Que du bon !!!! Je vous conseillerais donc de vous pencher sur l’album et surtout les paroles !!!

Après quelques bières et autres sandwhicheries en compagnie de Cancer Bats, je laissai partir mes amiEs pour le concert de Sébastian Bach pour aller voir totalement l’opposé en la personne de Niklas Kvarforth et son groupe SHINING. Véritable attente pour moi et pas seulement pour ses frasques ô combien connus, mais seuleument pour leur musique de très bonne qualité. Mais ce jour ci , a par quelques injures de la part de Niklas a l’encontre de l’autre scènes du fait de balances assez bruyantes, mais nécessaires, (les deux scènes partageant le même chapiteau), nous eûmes droit a un gros show de la part des suédois, assez sobres, basés exclusivement sur les trois derniers opus, très mélodiques et dont les samples furent indispensables. L’apogée fut atteinte sur le dernier morceau, « Förtvivlan, Min Arvedel » avec son intro si dérangeante reprise en chœur par la masse impressionnante de fans à ce moment la.

Préférant le planant SAINT VITUS à la machine de Guerre MACHINE HEAD, ces avant derniers mirent l’accent sur leur dernier opus : « LILLIE : F-65 », et toute l’ampleur de morceau tel « Let Them Fall » prirent toute leur envergure en live, enivrant, flippant, obsédant, toute la foule massé en nombre dans The Valley ne pu sortir indemne de cette expérience unique. Grace à un hypnotique Wino toujours vissé à son pied de micro et d’un Dave Chandler encore expressif jusqu'à nous gratifier d’un solo de guitare avec la tête d’un des gars pouvant accéder a la stage…. !!! Un gros moment, dur de s’en remettre

Enorme enchainement avec les suédois d’ENSLAVED et leur show si parfait que le dilemme MACHINE HEAD fut vite effacé…. Les lumières, le son très travaillé le jeu de scène impeccable me fit quasi oublié que nous étions dés lors dans un festival ! Setlist accès sur le dernier opus Axioma Ethica Odini, ENSLAVED parvint à faire décoller un public enchanté et uni. Première fois du festival où je perçois vraiment des musiciens heureux d’être là et du coup donne un trés bon concert, une grosse claque qui me mis en forme pour la fin soirée.

Petit détour par la mainstage en attendant le retour tant attendu de REFUSED, passage obligé par GUNS qui, à la grande surprise générale, joua a l’heure !!! Et comme pour MOTLEY CRUE en 2009, la prestation fut trop difficile à ingérer. Des musiciens trop « absent », malgré les quelques belles envolées de la part de RON THAL (mais que fait il ici dans ce groupe, besoin de cachtoner !!!!?????), bref après quelques minutes et des dauphins sur projetés sur l’écran géant, nous décidâmes de prendre la poudre d’escampette pour aller nous rincer les oreilles avec le GRAND retour du groupe qui a marqué l’esprit punk des années 90.

Et c’est une Warzone complètements délavée que nous rencontrèrent, véritable champ de bataille ou les premières notes de Worms of Senses mirent tout le monde d’accord !!! éclairage à contre jour laissant à peine apparaitre le combo sacrément bien sapé et armé d’instrument des plus vintage, brisant la coutume des baggies et autre casquette propres à nos coreux … ici, place à la classe ! Le chanteur, véritable pile électrique de ce combo extrêmement bien expérimenté et envieux d’en foutre plein la vue !! Le point culminant se fit sur le titre phare « new noise » et ses samples accueilli comme le messie par certains d’entre nous. De quoi vous laisser sur le cul et tout cas une énorme leçon de sagesse et d’humilité comparé à l’autre artiste se produisant en même temps à juste quelques mètres de là…. Et je ne parle pas de BHEHEMOTH bien entendu ;)

Quelle fin de soirée, une bonne nuit de sommeil sera bien sur des plus bénéfiques mais METAL CORNER d’abord !!!

A suivre….
 
Critique : Bierrr
Date : 9/8/2012
Vues : 1517 fois