Live Report

FIVE FINGER DEATH PUNCH + UPON A BURNING BODY + POP EVIL - LE BATACLAN - 26/3/2014

 
Enorme Line up qu’affiche le BATACLAN ce mercredi soir à Paris, au fronton fièrement marqué d’un FIVE FINGER DEATH PUNCH déboulant à paris pour son The Wrong Side Of Heaven Tour 2014! Au vu de la queue qui n’en finit pas sur le boulevard Voltaire, et malgré d’autres scènes attrayantes le même soir sur Paname (FFF à la Cigale, TRIGGERFINGER au Trianon avec BUKOWSKI, STATUS QUO au Palais des sports), la soirée promet d’envoyer du lourd. Lors de leur dernier passage à la capitale en 1ere partie d’AVENGED SEVENFOLD au Zénith, les 5FDP m’avaient fait une très forte impression et je dois dire que j’étais impatient de les voir dans une salle plus intime : ce soir c’est chose faite. Nous aurons le droit à une affiche 100% ricaine ce mercredi avec les Death coreux Texans de UPON A BURNING BODY et les métalleux de POP EVIL en ouverture des hostilités.

Il est 19h00 quand les portes du Bataclan ouvrent laissant un flot continu de fans survoltés investir la fosse et le balcon. Il est évident que les trois groupes présents ce soir seront supportés très largement au regard des T-shirt dont sont vêtus les fans.

Et c’est donc à POP EVIL d’ouvrir le bal pour une petite demi-heure de métal bien couillu. Les cinq gus assurent un set carré et énergique. Sautant dans tous les sens, ils ont un mental et une attitude bien Rock’n’Roll auxquels le public accroche directement sans se faire prier. Fort de leur 3eme album « Onyx » sortit en mai dernier et encensé par la presse, ils confirment en live ce soir la qualité de leur compos.

Même si certains s’interrogeaient sur la pertinence de la programmation de POP EVIL sur l’affiche de ce soir, la prestation pêchue et énergique du groupe ce soir a remit les pendules à l’heure. Avec une setlist dont 5 titres sur les 6 joués ce soir sont tirés de leur dernier opus, ils ont assuré un set parfait et fait le boulot.

Il est 20h30 quand déboulent sur scène les furieux de UPON A BURNING BODY, véritable déferlante de métal sapé en costard. Les texans sont de retour à Paris après quelques changements de Line up et pas vraiment d’actualité, mais peu importe car dès les premiers accords il est clairement écrit que l’on va prendre une dérouillée monumentale. Prenez un deathcore ultra efficace à la sauce tabasco doublé d’une présence scénique épileptique et vous aurez un petit aperçu de l’énergie que ces gars-là balancent sans pitié.

La fosse est en ébullition et ça se jette partout. Il pleut littéralement des mecs derrière les crash bar ! Les pogos sont légions et à l’initiative du frontman Danny Lea un circle pit digne de ce nom balayera la fosse dans sa quasi-totalité. Le public est conquis par ces furieux latinos gominés qui, en l’espace de huit titres, retourneront le Bataclan. Les cinq gus, tirés à quatre épingles et bien énervés nous ont livré une excellente prestation ce soir. Bravo !

Le Bataclan est surexcité quand Ivan L. Moody et ses sbires déboulent sur scène sur un fond remixé de 100 Ways to Hate. A peine les premières notes de Under and Over It résonnent dans ce Bataclan entièrement acquis aux Californiens que les acclamations font place à un raz de marée de slammers qui mettent à mal la sécurité dans le pit. Après une mise au point très friendly de Moody avec les gars de la sécurité pour laisser les fans se poser en douceur derrière la crash bar, les choses rentrent dans l’ordre et ils envoient le démentiel Burn It Down qui retourne la salle.
La communion entre les 5FDP est totale ce soir. Le parterre de fans est au taquet et reprend tous les titres à l’unisson. Jason Hook confirme (s’il en était besoin) la qualité de son jeu de guitare comme sur Hard to See. Kris Keal aussi impressionnant physiquement que comme bassiste, matraque une rythmique implacable avec Zoltan Bathory.
Jeremy Spencer aux futs martèle un rythme effréné comme sur le monumental Lift Me Up, qui verra la foule entrer en hystérie collective.

Autant vous dire qu’avec Burn MF et l’efficacité redoutable de ce titre on frise l’émeute. Moody, en parfait gentleman, fera même monter sur scène une fan avec qui il chantera le refrain. Grand moment pour la belle (Sarah)qui n’est pas prêt d’oublier cette date. Moody et sa bande assurent un set brutal et de très grande qualité.

Comment vous retranscrire un moment comme celui de l’interprétation de Coming Dow, tant l’émotion est palpable dans la salle. Les refrains sont repris sans faute par l’ensemble de la fosse. Les 5FDP enfoncent le clou avec Remember Everything exécuté en mode acoustique et à Cappella par un Moody et son compère Jason Hook inspirés.

Le reste de la soirée n’est qu’une suite de moments savoureux à l’image de Here To Die sur vitaminé et au refrain redoutable d’efficacité. Tous les classiques du groupe sont là ce soir, pour un final sur The Bleeding qui terminera le set sur une note plus calme.
Moody se fendra même d’un bain de foule pour le bonheur d’un public aux anges. La salle se vide, sur la bande enregistrée de House Of The Rising Sun, il est 22h15 et l’on peut voir dans les yeux des participants que cette soirée restera inoubliable pour la majorité d’entre eux.

Pas grand-chose à redire sur ce concert : un light show au top, un son carré et impeccable et une ambiance de folie. Peut-être un bémol sur la longueur du set des 5FDP (1h10 à peine) que j’ai trouvé un peu court à mon gout. Mais je fais la fine gueule, car cette soirée vient de prendre la tête de mon top 10 2014!

Un grand merci à Olivier de REPLICA, pour avoir rendu ce report possible et de programmer des dates de qualités.


SETLIST

POP EVIL
Deal With The Devil
Boss’s Daughter
Goodbye My Friends
Sick Sense
Last Man
Trenches


UPON A BURNING BODY
Intermission
Devil's Advocate
Mimic
Once Upon a Time in Mexico
Game Over
El Mariachi
Texas Blood Money
Sin City


FIVE FINGER DEATH PUNCH
100 Ways to Hate (Remix)
Under and Over It
Burn It Down
Hard to See
Lift Me Up
Bad Company (Bad Company cover)
Burn MF
Coming Down
Remember Everything
Battle Born
Here to Die
Never Enough
Far from Home
The Bleeding
 
Critique : Stephan
Date :
Vues : 1542 fois